Vivre en fraternité : une l’école de l’amour

Baptiste a 23 ans et vit à Paris dans une fraternité mixte depuis deux ans. Il nous raconte comment cela fonctionne, ce que cela lui apporte, et en quoi « vivre en Frat’ » permet d’évangéliser. Au milieu du salon, trône une guitare tout près d’un oratoire. Interview.

Anuncioblog : Baptiste, que fais-tu dans la vie ?

Baptiste : Je suis étudiant en troisième année à Psychoprat et j’ai la chance d’être chrétien, de pouvoir vivre ma foi en ce moment dans une fraternité, entouré de jeunes chrétiens.

Cette fraternité, c’est quoi ?

Ce sont huit jeunes qui vivent ensemble et qui se sont engagés pour une année renouvelable dans une sorte de « camp d’entraînement à l’amour », pour grandir dans l’amour, ouvrir notre cœur aux autres, nous appauvrir et nous laisser rejoindre par l’autre, vivre des amitiés en Christ.

Comment s’est-elle fondée ?

Ce sont cinq jeunes qui ne se connaissaient pas et qui se sont rencontrés lors d’un pèlerinage marial à Medjugorje, il y a cinq ans. Comme ils avaient vécu quelque chose de très fort, ils se sont promis à la fin de ce pèlerinage qu’ils aillaient tout faire pour vivre ensemble l’année suivante dans un même lieu où ils pourraient grandir avec le Seigneur. Deux autres les ont rejoints, ils ont beaucoup prié pour trouver un lieu. En attendant ils dormaient les uns chez les autres… Ils ont finalement trouvé un super appart’ avenue des Ternes et se sont rattachés à la paroisse Saint Ferdinand des Ternes pour que cela soit un projet d’Eglise. C’est pourquoi nous avons la grâce d’avoir un aumônier qui est un prêtre de Saint Ferdinand. Il nous accompagne et nous aide à être dans le juste chemin, avec le Seigneur.

Comment fonctionne cette fraternité ?

Pour y entrer, il y a d’abord un discernement éclairé par l’aumônier, pour voir si le désir de chacun est compatible avec ce que nous voulons vivre ici. Après cette étape, nous nous engageons pour un an sur une charte avec la vocation de la Frat’ et ses règles de vie (voir ci-dessous). Il y a plusieurs engagements concrets. D’abord, une soirée par semaine – le lundi soir cette année – où nous avons notre « soirée Frat’ ». Nous nous rassemblons pour dîner tous ensemble, pour prier, pour partager comme des frères et sœurs, se porter dans la prière et rendre grâce. Ce sont souvent des moments où les choses qui nous divisent sont clarifiées pour se réunifier, c’est aussi l’occasion pendant ce temps de prière de se demander pardon pour toutes les blessures qu’on a pu provoquer chez l’autre pendant la semaine. Petit à petit, les masques tombent : nous sommes faibles parmi les faibles et en s’appuyant sur la force de Dieu nous nous relevons. Cet engagement de fidélité est très important tout au long de l’année. Ensuite, nous avons un temps d’accueil le vendredi soir, où nous recevons nos amis autour d’un dîner festif, mais aussi les personnes que nous rencontrons (parfois même dans le métro), tous ceux qui sont touchés par notre manière de vivre et qui veulent venir voir comment cela se passe. Si jamais nous sentons qu’il est bon de prier à ce moment-là, nous louons tous ensemble et c’est génial !

A huit dans deux cents mètres carré, ce n’est pas trop le bazar ?

Cela peut être le bazar puisque nous sommes des jeunes (rires), mais il y a une certaine discipline, au-delà des questions matérielles par l’organisation de services tournants. Nous essayons de faire attention : par exemple le soir, après une prière à Marie – le Magnificat – c’est le silence de la nuit, pour respecter le rythme et le sommeil de chacun. Nous sommes aussi dans un climat de chasteté et de pudeur : c’est une fraternité mixte et c’est absolument génial de pouvoir vivre ensemble garçons et filles pour se connaître au-delà de la séduction. Les soirs de semaine ne sont pas ouverts aux visites et c’est pour cela que nous avons notre soirée du vendredi soir, afin que nos amis et connaissances puissent profiter des grâces de ce lieu.

En quoi votre fraternité est-elle missionnaire ?

La Frat’ est missionnaire car elle est un lieu où le jeune peut se laisser convertir progressivement et se laisser travailler par la grâce. Les personnes de l’extérieur sont touchées de voir vivre ensemble huit jeunes alors qu’ils ne se connaissaient pas, qu’il y a ici un climat de paix et de bonne ambiance : c’est touchant et c’est même assez rare. Ces personnes touchées nous le disent ou pas, mais nous avons souvent des retours positifs, comme « je ne savais pas que ça existait, des cathos comme vous ! ». Les familles des jeunes qui vivent à la Frat’ sont aussi très touchées parce qu’on peut y vivre. Cela dit, la première mission se passe dans le cœur de chacun et elle est d’abord interne à la Frat’. « Ce qui montrera à tous les hommes que vous êtes mes disciples, c’est l’amour que vous aurez les uns pour les autres » dit Saint Jean au chapitre 13, verset 35. « Voyez comme ils s’aiment », disait-on aussi des premiers chrétiens. Ce n’est que parce ce que nous recevons énormément à la Frat’ que nous pouvons ensuite être missionnaires ailleurs, extérieurement. C’est pour cela aussi qu’il est très important que chacun d’entre nous puisse avoir un service d’Eglise dans les paroisses, dans les aumôneries ou les groupes de prière, afin de redonner ce que nous recevons ici.

Qu’est-ce que cela t’a apporté depuis que tu en fais partie ?

Cela m’a apporté d’avoir ce désir de plus en plus grand d’aimer mes frères à fond ! Pas un plus que l’autre, mais à fond l’un et à fond l’autre. Cela m’a appris aussi à ne pas avoir peur de mes faiblesses, puisque j’ai des frères et des soeurs qui m’aiment malgré mes faiblesses ! C’est un lieu où mon cœur s’est unifié petit à petit dans l’amitié, j’ai pu tisser des liens forts et enrichissants. C’est vraiment une école. C’est un temps donné d’un an ou deux, pour grandir. Cela nous donne une vraie confiance en l’autre et c’est aussi l’occasion d’expérimenter le pardon, qui est un truc génial !

Au quotidien, qu’est-ce que cela t’apporte ?

Au quotidien c’est une stabilité, l’apprentissage de la fidélité, dans la prière, puisque nous prions les laudes ensemble tous les matins. Les laudes quotidiennes sont un engagement très important, la fondation, le socle de notre Frat’, pour que chaque amitié repose sur le Christ. Je ne connaissais pas avant cette fidélité à la prière qui me donne le désir de confier tous les matins ma journée au Seigneur. C’est aussi un lieu où nous sommes poussés à vivre en chrétiens, poussés à la prière, à nous dépasser, alors que cela reste un climat de jeunes normal : ce n’est pas dur, ce n’est pas rigide, il y a une souplesse, un vrai plaisir : partager le petit-déjeuner ensemble, regarder des films à plusieurs, les jeux de société, jouer de la guitare, chanter, ou d’autres moments conviviaux… « Voyez ! Qu’il est bon, qu’il est doux, d’habiter entre frères tous ensemble ! » dit justement le psaume 133.

Que dirais-tu à quelqu’un qui voudrait vivre en fraternité ?

S’il veut vivre en frat’, il faut qu’il prie et qu’il entre dans cette frat’ avec un vrai désir d’aimer et d’ouvrir son cœur à l’autre, un vrai désir de se convertir chaque jour, à fond tous les jours. Qu’il puisse vraiment profiter de ce temps comme un temps donné par le Seigneur pour lui, comme un temps de grâces, de bénédictions où le Seigneur va le travailler, le modeler petit à petit, avec des grâces visibles ou invisibles mais qui sont bien là. Il faut que ce soit un fort désir, beaucoup plus que celui de vivre dans une simple collocations entre chrétiens. Cela doit être un désir de charité et non d’affinités. Aimer l’autre pour ce qu’il est, et non pas parce qu’il a un caractère qui colle au mien. Il faut aussi rentrer dans cette frat’ en prenant des armes pour le combat spirituel. Cela n’est pas facile tous les jours, c’est sûr : même si l’appartement est grand, il y a une proximité qui n’est pas évidente, on se frotte à l’autre. Mais en se frottant à l’autre on le connaît, en le connaissant on l’aime, et en l’aimant on met notre vie en Dieu et on vit dans la joie ! Il faut vraiment s’armer des armes du Seigneur car ce n’est pas non plus le Club Med !

Le mot de la fin ?

Je voudrais lancer un appel car nous, jeunes chrétiens, nous avons besoin de vivre l’amitié, pour nous donner à l’autre et orienter toute notre vie vers l’autre. Pas pour rester centré sur soi-même. C’est aujourd’hui le cas plus que jamais, pour tout le monde, et pour moi aussi encore maintenant après deux ans de frat’. Je pense que de telles fraternités sont appelées à germer un peu partout – et pas seulement à Paris parce que c’est notre ville – pour que nous puissions nous porter les uns les autres. J’ai là un beau texte de Saint Ephrem le Syrien : « Mes frères, vous qui avez des entrailles de miséricorde, prenez compassion de moi; ce n’est pas sans raison que l’Écriture a dit : « Le frère qui est aidé par son frère est comme une ville forte et élevée (Pr 18,19). On peut le comparer, pour la puissance, à un empire qui reposerait sur des fondements inébranlables. Et ailleurs: « Confessez-vous mutuellement de vos fautes et priez les uns pour les autres, afin de mériter le salut » (Jc 5,16). » Ce que j’aime dans ce texte, c’est qu’il nous rappelle qu’un chrétien seul est un chrétien en danger. Ici, nous vivons ensemble entre chrétiens, cela nous fortifie et nous permet de répondre à l’appel du Seigneur. Vivre en fraternité nous permet de répondre à l’appel de notre vocation chrétienne et d’avoir de grands désirs pour le reste de notre vie. Amen !

N.B. : la Frat’ des Ternes cherche un nouvel appartement pour cause de fin de bail, si vous avez des idées ou si vous souhaitez monter une autre frat’ l’an prochain, vous pouvez contacter Baptiste sur baptiste.loeven@gmail.com.


VOCATION DE LA FRATERNITE

Seigneur notre Dieu, parce que nous t’aimons et voulons te suivre, voici ce que nous désirons :

– Vivre en frères et sœurs sous ton regard…

Nous sommes étudiants et jeunes professionnels, souhaitant vivre pendant un an l’expérience d’une vie fraternelle chrétienne. A travers cette vie sous le même toit (tout en poursuivant nos vies professionnelles ou nos études) nous souhaitons fortifier notre foi, vivre la charité fraternelle et l’oubli de soi.

« Si quelqu’un veut venir à ma suite, qu’il se renie lui-même, qu’il se charge de sa croix et qu’il me suive. Qui veut en effet sauver sa vie la perdra, mais qui perdra sa vie à cause de moi et de l’Evangile la sauvera. » (Marc 8, 34-35)

– …à l’école de la Vierge Marie…

A l’école de Marie, notre mère, nous voulons vivre une vie simple, chaste, humble et joyeuse.

« Jésus, voyant sa mère, et auprès d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère : Femme, voici ton fils ». Puis il dit au disciple : « Voici ta mère ». Et dès ce moment, le disciple la prit chez lui . » (Jean 19, 26-27)

– …pour vivre dès maintenant du Royaume…

Nous désirons, vivre dans l’abandon et la confiance en Dieu.

« Vous non plus, ne cherchez pas ce que vous mangerez et ce que vous boirez ; ne vous tourmentez pas. Car se sont là toutes choses dont les païens de ce monde sont en quête ; mais votre Père sait que vous en avez besoin. Aussi bien, cherchez son Royaume, et cela vous sera donné en surcroît. » (Luc 12, 29-32)

Sois sans crainte petit troupeau, car votre Père s’est complu à vous donner le Royaume. » (Luc 12, 29-32)

« Et il leur disait : « En vérité je vous le dis, il en est d’ici présent qui ne goûteront pas la mort, avant d’avoir vu le Royaume de Dieu venu avec puissance ». (Marc 9,1)

– …et ainsi témoigner de la présence de Dieu autour de nous.

REGLES DE VIE

Pour l’harmonie de la vie fraternelle, voici les règles que chaque membre de la Fraternité s’engage à suivre pendant un an (renouvelable) :

– Prières quotidiennes :

Laudes : 7h15, tous ensemble de lundi au vendredi
Prière de soir : Avec ceux qui sont présents, remettre notre journée dans les mains de la vierge Marie.
– La soirée du mercredi (ou autre jour à déterminé) est consacrée à la Fraternité, et consiste en un temps de prière et de partage fraternel.
– Le vendredi est une soirée réservée à l’accueil. La présence de chacun est importante.
– Du dimanche soir au jeudi soir, les membres de la Fraternité s’engagent :

– à ne pas inviter d’ami, sauf cas particulier en accord avec le serviteur,
– à respecter, après la prière du soir, le calme de l’appartement,
– à ne pas se coucher, sans demander pardon, si nécessaire à sa sœur ou à son frère (et chercher la réconciliation au plus vite).

– Les week-ends sont, quant à eux, libres et ouverts à tous, dans le respect du rythme de chacun et la fidélité à l’esprit de la fraternité.

Par ailleurs :

– Tous, nous nous engageons à vivre cette année dans la chasteté. A tenir si besoin est, ses sentiments secrets tout au long de l’année, à ne pas avoir relation amoureuse avec un autre membre de la Fraternité et à favoriser par son comportement général un climat de chasteté (sobriété vestimentaire, langage, attitude…).
– Les chambres de la Fraternité ne sont pas mixtes. Il ne sera possible d’entrer dans une chambre qu’à l’invitation de son occupant.
– Après la prière du soir, filles et garçons veilleront, à ne se retrouver que dans les pièces communes et à regagner « leurs appartements ».
– Un serviteur, choisi par les membres de la Fraternité, et proposé par l’aumônier, sera chargé de l’organisation de la vie matérielle et du respect de la charte de vie. Les frères et sœurs auront à cœur de lui obéir dans la joie et l’amour.
– Chacun aura pour un temps un service, choisi en accord avec le responsable (liturgie, course, cuisine, vaisselle, ménage…), qui changera tous les quinze jours.
– L’accompagnement spirituel de la Fraternité sera remis entre les mains d’un aumônier (l’un des prêtes de la paroisse) donné par l’Eglise.
– Les membres de la Fraternité s’engagent à payer « le tronc commun » mensuel, au trésorier de la Fraternité, qui couvre le loyer, les charges et la nourriture.
– L’engagement de chacun au sein de la Fraternité se fait du 1er juillet au 30 juin inclus. En cas d’absence prolongé ou de départ anticipé, il sera indipensable de trouver un remplaçant. Le serviteur de la Fraternité veillera, avec le discernement de chacun et l’approbation de l’aumônier, à ce que les désirs de ce dernier soient en accord avec la charte.

2 réflexions au sujet de « Vivre en fraternité : une l’école de l’amour »

  1. Stéphanie

    Bonjour,
    j’ai vécu à la frat’ cette année également et je trouve le témoignage de Baptiste très juste.
    La frat’ est un lieu de vérité sur qui l’on est. C’est un moyen extraordinaire pour grandir, se corriger et continuer dans la vie avec une grande confiance dans l’amour reçu. Nous devons nous aimer comme le Seigneur nous aime, un amour rempli de miséricorde et de bienveillance. Nous pouvons l’apprendre dans nos familles ou des lieux comme la fraternité pour en vivre ensuite avec les nouvelles personnes que nous rencontrons.
    Stéphanie

  2. Anne-Sophie

    A Stéphanie…

    ma semaine commence sans rien a faire alors j’en profite pour lire le
    témoignage de Baptiste que tu nous a envoyé et je te transcris mes
    réflexions et commentaires en lisant :

    tout d’abord, petit détail rigolo, Baptiste étudie dans la même école qu’une de mes meilleures amies je ne le savais pas car je pensais qu’il était en fac !

    Je trouve extraordinaire que l’amour soit aussi présent dans vos réflexions
    et dans votre vie : l’amour y est central et je trouve cela essentiel car je crois qu’au delà du fait que vous croyiez en un dieu, vous chercher à savoir comment vivre dans l’amour, avec son ou sa partenaire mais aussi avec tous les autres qui vous entourent. Si tout le monde était comme cela la planète
    serait toute autre !

    Je ne pense pas croire en Dieu ou en tout cas je ne l’ai pas encore trouvé,
    mais j’ai envie que ma vie ressemble à cette communion d’amour avec les
    siens et avec les autres. Je pense en effet que c’est le meilleur moyen de
    vivre bien et d’aider les autres dans leur chemin de vie.

    Je trouve important et approuve que vous ayez des engagements et des règles
    de vie. A toute étape de notre vie nous serons face à des engagements et des
    règles à respecter : c’est notre capacité à les appliquer et à montrer notre
    respect qui sera le gage d’une vie réussie (a tout point de vue).

    Ton acceuil et ta gentillesse a toujours été quelque chose que j’ai admiré
    chez toi et je pense que tes amis partagent ces valeurs.

    la "chasteté" requise va faire bondir olivia !! Je fais un peu d’humour bête
    désolé. On en a déja parlé du sujet ensemble : si ce n’est pas pour moi une
    règle de vie je le respecte et trouve cela très beau. De toute façon sans
    amour le sexe n’est pas vivant, en tout cas de mon point de vue. Pour moi le
    sexe en soi n’est rien, il devient car il est le fruit de l’amour entre deux
    personnes.

    Baptiste dit ne plus avoir peur de ses faiblesses : je trouve cela génial
    et l’envie …..

    Voila mes petites réflexions matinales sur le très joli témoignage de
    Baptiste ! Malgré tout, ne partageant pas votre croyance qui est je pense le centre de votre vie à tous, certaines choses me paraissent parfois un peu étrange voire excessives car je n’y suis pas habituée. Mais l’important est selon
    moi de savoir s’ouvrir à l’autre et de comprendre ses différences tout cela
    avec respect !

    Les quelques moments que nous avons passé Jérôme et moi à la Frat ont
    toujours été très sympathiques et tu pourras remercier les autres de leur
    accueil toujours chaleureux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *