Cardinal Schönborn : « faisons face à la déchristianisation »

Schönborn Dans une interview accordée à l’hebdomadaire Famille Chrétienne, le Cardinal Schönborn déclare qu’il faut faire face à la déchristianisation de l’Europe. Au sujet du Congrès pour la nouvelle évangélisation qui a lieu en ce moment à Budapest, l’archevêque de Vienne affirme que le plus grand défi relevé par le pape Benoît XVI est d’approfondir la foi de ceux qui ont la grâce de l’avoir reçue pour les rendre plus aptes à être des témoins. Extrait.

La nouvelle évangélisation est-elle un remède efficace à la déchristianisation de l’Europe ?

Cardinal Schönborn : Je pense qu’il faut se rendre à l’évidence de ce qu’est la situation de l’Eglise en Autriche et en Europe. Nous assistons à une déchristianisation à vive allure de la vie quotidienne. Je constate cela en Autriche, mais c’est aussi le cas de la France et dans d’autres pays d’Eruope. Jusqu’à il y a peu de temps, la plupart des jeunes avaient au moins des grands parents avec des attaches chrétiennes et une certaine connaissance du catéchisme. Aujourd’hui, pour la plupart des populations, ces attaches n’existent plus du tout, ou au niveau d’une trace homéopathique.

C’est une nouvelle situation parce que de toute évidence, l’Eglise catholique principalement, les Eglises orthodoxes et les protestants dans une certaine mesure, constituent le patrimoine principal de la culture européenne. Les touristes viennent en Europe non pas pour voir la Grande Arche de la Défense mais Notre-Dame de Paris et le Mont-Saint-Michel – et c’est ainsi dans toute l’Europe. D’un autre côté, les chrétiens qui vivent activement et consciemment leur foi chrétienne se trouvent effectivement en minorité. Mais il n’y a rien d’effrayant à cela : pensez que du temps de l’empereur Constantin, il y avait peut-être 20 % de chrétiens dans l’Empire romain.

Aujourd’hui, le plus grand défi que relève le Saint-Père, c’est l’approfondissement de la foi de ceux qui ont la grâce de l’avoir reçue : les rendre plus aptes à être témoins, dans une société qui, en général, n’est même plus hostile au christianisme, parce qu’elle connaît peu cette religion.

La grande chance, c’est que nous vivons aujourd’hui ce que le christianisme a vécu dans l’Emprie romain : le christianisme comme nouveauté, comme découverte et comme surprise ; la foi chrétienne comme une véritable alternative à une société qui a ses valeurs mais qui est déroutée et en recherche d’elle-même.

Le cardinal concluait : « Nous sommes devenus terre de mission, il faut humblement le reconnaître ».

Une réflexion au sujet de « Cardinal Schönborn : « faisons face à la déchristianisation » »

  1. Bruno Bonet

    Bonjour,

    Ralisateur mon reve est de faire un DVD racontant l’histoire du Christ de le vendre 15 euros au profit des pauvres.Baptisé mais paien ma foi c’est réveillé il ya dix ans. Le Ciel m’a envoyé ses plus grandes aides, le démon ses plus grandes souffrances, mais c’est un immense plaisir d’aider le Ciel. Donc je vois avec tristesse que les églises se videsnt mais un film caritatif peut redonner la foi à quelques ames et celà vaut bien quelques souffrances.
    respectueses salutations
    Bruno Bonet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *