Appelés à la vérité – nouvelle évangélisation et laïcité

Le numéro 50 de Liberté Politique vient de paraître et titre « Appelés à la vérité – nouvelle évangélisation et laïcité ». A ne pas manquer !

Présentation :

Le pape Benoît XVI vient de créer un nouveau dicastère pour promouvoir la nouvelle évangélisation des pays de vieille chrétienté gagnés par une sécularisation continue : une occasion de porter un regard rétrospectif sur la question. Pourquoi les Églises occidentales ont-elles pratiquement toutes cessé d’annoncer la foi pendant plusieurs générations ? Après trente années de théorisation de l’« apostolat indirect », commencée bien avant le concile Vatican II, Paul VI mettait fin en 1974 à la pastorale de l’enfouissement. Depuis, les papes ne cessent d’appeler à une « nouvelle évangélisation ». Il s’agit, explique Benoît XVI, d’aider la société contemporaine à redécouvrir la direction de la vérité. Cette mission « socratique », selon le mot du pape lui-même, n’est pas sans obstacles, à commencer par le pluralisme de droit qui constitue le « régime mental » des démocraties libérales. Or ce prisme intellectuel et moral conditionne chez certains catholiques le sens de l’évangélisation et leur participation à la vie sociale et politique. Ouvrir le chemin de la vérité dans une société laïque ne va pas de soi quand la notion de vérité, donc de dialogue, est disqualifiée. L’enjeu est la définition de la foi, et sa dévitalisation, si elle se coupe de son horizon métaphysique, anthropologique et moral.

Dans la partie sur l’évangélisation, trois articles traitent de cette question :

– Au service de la vérité dans une société sécularisée – par Thibaud Collin

Le pluralisme de droit qu’est le « régime mental » des démocraties libérales conditionne chez certains catholiques le sens de l’évangélisation et leur participation à la vie sociale et politique. L’enjeu est la rationalité de la foi, et sa dévitalisation si elle se coupe de son horizon métaphysique, anthropologique et moral.

– L’évangélisation entre chrétienté et enfouissement (1940-1965) – par Jean Chaunu

Alors que Benoît XVI vient de créer un nouveau dicastère pour l’évangélisation, un regard rétrospectif sur la question s’impose. Après trente années de théorisation plus ou moins fumeuses de l’« apostolat indirect », Paul VI mettait fin en 1974 à la pastorale de l’enfouissement.

– La dissolution du progressisme chrétien – par Gérard Leclerc

Un récent numéro de la revue Esprit est consacré au « déclin du catholicisme européen ». Un traitement partial, réducteur, mais révélateur de ce qu’est devenu le progressisme chrétien : une pensée suiviste, effrayée par la contradiction chrétienne, incapable de penser la place de l’Église dans le monde avec une réelle liberté

Pour en savoir plus : Liberté Politique

Addendum :

A l’occasion de la sortie de ce numéro, Liberté Politique et l’Espace Bernanos proposent une conférence-débat sur le thème « Nouvelle évangélisation et laïcité – comment sortir de la pastorale de l’enfouissement ? » le mercredi 13 octobre prochain. Plus d’infos : Liberté Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *