Evangéliser les évangéliques

Voici le témoignage de Richard Borgman, ancien pasteur évangélique converti au catholicisme, publié dans Dieu est de retour au chapitre Proposer la foi catholique aux autres religions. Suite à la polémique initiée sur le portail évangélique Topchrétien.com (lire ici), nous le publions dans son intégralité.

Né en 1947 aux Etats-Unis, Richard Borgman est adopté par une famille méthodiste. Il rencontre le Seigneur en 1972 à la faveur de la guérison et de la conversion de sa femme Danelle. Tous deux intègrent une communauté protestante et, en 1976, ils s’installent en Afrique où Dieu les appelés ; ils témoignent pendant quinze années par la compassion et la proclamation de la Parole. En 1998, Richard découvre l’amour maternel de Marie, qui le guérit de la blessure d’abandon qui le poursuivait. Il devient catholique, ainsi que Danelle. Sa conversion au catholicisme bouleverse sa vie, mais une chose ne change pas : toute sa vie est dédiée à l’évangélisation. Cependant, il ne peut plus être missionnaire de la même manière, et il se met à chercher à comment être un missionnaire catholique. C’est alors qu’il découvre, providentiellement, le message de Paray-le-Monial : « voici ce cœur qui a tant aimé les hommes et qui n’a reçu en retour qu’indifférence ». Il comprend qu’il touche au but. Ce qui caractérise l’évangélisation catholique, selon lui, c’est la Miséricorde. Faire connaître la Miséricorde de Dieu aux hommes d’aujourd’hui est pour lui le premier défi de l’évangélisation.

Comment un pasteur évangélique est devenu catholique

Voici comment Richard Borgman explique sa conversion au catholicisme : « en un mot, la compréhension de la Communion des Saints m’a amené après 25 ans de vie de pasteur à la plénitude de la révélation dans l’Eglise Catholique. Les livres écrits depuis – Le Royaume Equilibré de Dieu, Je t’aime Comme Ca, La Genèse de Ton Avenir, Le Coup de Grâce, À la Recherche Jardin Perdu, et Une Vie Conduite par la Miséricorde expliquent bien mon cheminement. »

L’Eglise, c’est la communion des saints

« L’Eglise équivaut pour moi à la Communion des saints, une communion entre l’Eglise des apôtres et l’Eglise glorifiée. L’Eglise est surtout la famille par excellence que le cœur de l’homme recherche. Pendant mes 25 ans de vie comme pasteur et missionnaire évangélique, j’ai toujours ressenti que malgré le fait que j’avais rencontré Jésus pour le Salut, il me manquait encore profondément quelque chose. Avec Jésus nous avons tout, n’est-ce pas ? Mais quand Jésus m’a présenté à Sa Mère, je me suis rendu compte que dans un certain sens, Jésus seul ne suffit pas ! »

La profonde recherche du cœur de l’homme

Pour Richard, « le cœur de l’homme cherche profondément Jésus, Marie et une Famille – qui est l’Eglise. En réalité, mon cœur n’a été réellement comblé que le jour où j’ai trouvé l’Eglise catholique. Il y a de très bonnes choses chez les évangéliques, mais malgré tous les défauts et les imperfections de la Famille, elle tient debout depuis 2000 ans . »

Pourquoi les catholiques devraient-ils évangéliser les évangéliques s’ils connaissent eux aussi le Christ et qu’ils ont tous en commun le kérygme ?

« Comme une de mes élèves me l’a dit un jour, raconte Richard, la plupart des évangéliques aime Jésus… « mal ». Car Jésus n’est pas Jésus sans son Corps. Voilà l’importance de la Communion des Saints. Bien sûr, le Christ est une personne divine que l’on peut connaître et aimer. C’est pourquoi il ne faut pas évangéliser les évangéliques pour leur faire aimer Jésus comme la tête de l’Eglise. Il faut les évangéliser pour leur faire aimer le Corps du Christ. Ce corps du Christ, c’est l’Eglise, car elle est son épouse vivante. Si l’on dit parfois que catholiques et les évangéliques ont en commun le kérygme, pour moi, le kérygme des évangéliques et le kérygme des catholiques sont différents de forme et de fond. Une évangélisation qui n’inclut pas une conversion au niveau de la compréhension profonde de ce qu’est la Communion des saints se trouve biaisée. Pour prendre une métaphore, ce serait comme soutenir que la tête d’une personne serait la personne toute entière. »

Etre « kérygmatiquement corrects »

« Ainsi, poursuit Richard, j’ai assisté à un certain nombre de rassemblements catholiques qui n’étaient pas « kérymatiquement corrects » : ils reflétaient plutôt un protestantisme pur, habillé en tenue catholique. Nous ne pouvons pas oublier que l’Eglise est l’épouse vivante du Christ vivant, que Jésus est présent dans l’Eucharistie, etc. Ma conversion au Christ dans sa plénitude s’est passée au moment de la compréhension profonde de la Communion des Saints, il y a dix ans. C’est donc la clef de mon retour au Jardin Perdu et cela peut l’être pour d’autres évangéliques. »

Ce qu’on peut apprendre des évangéliques et que leur apporter

« Si nous vivons ce que le catéchisme de l’Eglise catholique nous enseigne, nous n’avons rien à apprendre des évangéliques, y compris en ce qui concerne la lecture régulière de la Bible ! Nous avons en revanche à les aimer et leur présenter la vérité que l’Eglise catholique enseigne depuis 2000 ans. Le seul problème réside dans le fait qu’un petit nombre de catholiques ne connaissent pas ou ne vivent pas ce que l’Eglise a toujours enseigné. Personnellement, j’ai tourné en rond dans mon monde évangélique jusqu’au moment où le Christ crucifié m’a présenté à Sa Mère et le reste de la Famille catholique. Tourner en rond, cela peut aussi nous arriver, d’une certaine façon, à nous catholiques, quand nous refusons la totalité du message. »

Message adressé aux frères évangéliques

A la question « Si vous aviez un message à adresser à nos frères évangéliques, lequel serait-il ? », Richard répond : « Je vous aime et s’il vous semble que je m’explique avec une sévérité missionnaire, c’est parce que vous êtes lents à comprendre que Jésus le Chemin veut vous amener au Père et à la Famille qui est là depuis 2000 ans. Rentrez à la Maison. »

Evangéliser les évangéliques en vivant la plénitude de la Révélation

« Pour évangéliser les évangéliques, poursuit Richard, il nous faut être de vrais catholiques, en public comme en privé. Arrêtons d’être trop polis et trop discrets car c’est au prix de l’amour tenace de la Croix. N’invitons des pasteurs dans nos diocèses ou dans nos rassemblements catholiques que s’ils sont assez ouverts pour venir comme des chercheurs de vérité. Savez-vous combien il est facile de devenir pasteur évangélique ? Essayez de devenir prêtre avec un ou deux ans d’études, même si vous avez un charisme extraordinaire. Ce n’est pas pour critiquer, mais l’enseignement pluriséculaire de l’Eglise, son Magistère, les encycliques… sont des trésors pour notre foi et c’est tellement vrai qu’il faut longtemps pour s’en imprégner. Je pense que les catholiques qui deviennent évangéliques sont rarement vraiment catholiques. En effet, il me semble impossible de goûter vraiment à la richesse et à la beauté de Jésus tête et Corps pour ensuite s’en débarrasser. Bien sûr, chacun bénéficie d’une volonté plus ou moins libre mais mon expérience dans cette évangélisation est que tous ceux qui quittent l’Eglise catholique ne vivent pas la plénitude de la Révélation qu’annonce l’Eglise. »

Catholiques et évangéliques ensemble pour évangéliser ?

« Dans notre ministère aux Etats-Unis auprès des plus pauvres, des personnes de toutes confessions viennent pour apprendre comment pratiquer une évangélisation par la Miséricorde avec le porte-à-porte. J’évangélise alors en compagnie de n’importe quelle personne, à la seule condition que cette personne accepte que le message de l’Evangile qu’elle va m’entendre partager est une conversion à aimer la Trinité, Marie et l’Eglise. Enlevez Marie et l’Eglise catholique et vous n’avez plus d’Evangile. Sans eux, vous n’avez qu’une partie de l’Evangile. Peut-on annoncer une Bonne Nouvelle amputée, donc faussée parce qu’elle n’est pas entière ? »

Ce qui a changé dans la vie d’un pasteur devenu catholique

« Ce qui a changé le plus depuis que je suis devenu catholique ? C’est que j’essaye de vivre une vie catholique, justement. Cela me remplit de bonheur. Je médite le Rosaire tous les jours, je prie réellement avec mon épouse. J’aime la messe, l’adoration avec Jésus présent dans l’Eucharistie. Je médite la Miséricorde. Surtout, Jésus crucifié a transformé mes blessures d’amertume en blessures de Miséricorde. Cela n’empêche pas que je suis de plus en plus intrigué par la façon avec laquelle beaucoup de catholiques vivent comme des protestants. J’ai d’ailleurs constaté que ceux qui passent plus de temps avec les protestants qu’avec les catholiques reviennent souvent avec un Evangile affaibli et une certaine agressivité contre Marie, le Pape et les sacrements. D’où mon envie encore plus grande de les faire aimer ! »

Marie, étoile de l’évangélisation ?

« C’est Marie qui m’a évangélisé comme une étoile évangélise la nuit. »

A propos des réticences des protestants à l’égard de la Vierge Marie

« Parfois c’est par l’ignorance. Parfois par les blessures comme celles que j’avais quand j’étais à leur place. Sinon je ne me l’explique pas ! »

Exemple d’une évangélisation envers un évangélique

« Récemment, un jeune évangélique cherchant du travail est venu me voir. J’étais en train de peindre une grande statue de Marie devant notre centre, le Centre Jean Paul II pour la nouvelle évangélisation, aux Etats-Unis. Je lui ai dit qu’on pourrait demander à Marie de prier avec nous pour un boulot. Il m’a dit qu’il ne croyait pas, mais nous avons confié ensemble son problème à Jésus par Marie. Trois jours plus tard, il a reçu une proposition de travail magnifique avec un bon salaire. Maintenant, quand je prêche sur l’amour de Marie et de l’Eglise catholique, il vient après son travail pour traduire en espagnol ! »

A propos de l’actuelle « vague évangélique » en France et de son supposé devenir

« Je ne suis pas « vaguiste », s’amuse Richard, je suis plutôt « Corpiste ». Les mouvements évangéliques vont grandir de plus en plus en France et partout dans le monde parce que nous, catholiques, n’évangélisons pas comme il le faudrait. J’espère me tromper, mais pour le moment les 36 ans de ma petite expérience sur cette question me prouvent le contraire. Il y a une colonisation évangélique dans le monde entier, qui accompagne partout l’influence américaine. »

S’il est vrai qu’une bonne partie de ceux qui viennent au Christ par les évangéliques deviennent ou redeviennent ensuite catholiques…

« Une partie redeviennent catholiques, oui, précise-t-il, mais parfois ils reviennent avec les blessures de leur passage chez les évangéliques. Parfois aussi, ils quittent totalement le christianisme ou circulent de temple évangélique en temple évangélique, cherchant l’église parfaite. »

Après la louange, place à Jésus-Hostie !

A la question de savoir s’il faut s’inspirer des méthodes des évangéliques comme le groupe Hillsong, lesquelles sont parfois décriées comme trop « marketing » pour évangéliser, Richard nous dit : « J’aime beaucoup la louange du groupe Hillsong. Mais après la louange, il faut mettre le Saint Sacrement pour ajouter l’adoration de Jésus présent dans l’Eucharistie. Il suffit de doses « homéopathiques » d’adoration quotidienne devant le Saint Sacrement pour changer l’âme en profondeur, tandis que la louange est seulement une porte d’entrée via des émotions qui ne changent pas nécessairement l’âme profonde. De plus, la louange peut devenir facilement une drogue, tandis que l’adoration silencieuse de Jésus après une vibrante louange assure une conversion profonde. J’aime la louange, mais je préfère une heure d’adoration silencieuse devant Jésus exposé dans le Saint Sacrement qu’une semaine de louange avec Hillsong.

De plus, en tant que catholique, il est parfois difficile de faire du marketing parce que ce que nous avons à offrir est une vie crucifiée. Cela ne se vend pas facilement dans le monde matérialiste d’aujourd’hui ! La différence entre un terroriste et un missionnaire est que le terroriste tue les innocents pour son idéal, tandis que le missionnaire devient martyr pour sauver les innocents. Nous devons donc nous préparer à la Croix plutôt qu’au marketing. »

Evangéliser, une discipline crucifiante qui n’est pas pour se faire plaisir

Toujours à propos des méthodes évangéliques, Richard estime que l’efficacité (le nombre) ne doit pas effacer la fécondité (les fruits réels) : « On ne fait pas des Rolls-Royce ni des disciples de Jésus à la chaîne. Aller à la messe chaque dimanche n’est pas l’objectif premier. C’est plutôt d’aller à la Croix chaque jour dans une discipline crucifiante : « Il disait aussi à la foule : « Celui qui veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix chaque jour, et qu’il me suive. Car celui qui veut sauver sa vie la perdra ; mais celui qui perdra sa vie pour moi la sauvera. » (Luc 9, 23-24). »

Etre dans le bon bateau plutôt que surfer sur la vague

Que penser de la 3ème vague chez les catholiques ? « La dernière fois que j’ai répondu à cette question, nous prévient Richard, j’ai perdu la moitié de mes amis catholiques ! Depuis cela la 4ème vague est arrivée. Je ne surfe pas sur les vagues aussi charismatiques qu’elles soient, je suis dans une croisière catholique qui bouge lentement mais sûrement. Etre dans le bon bateau, c’est un critère pour évaluer les différentes activités proposées dans les rassemblements des jeunes. Si ce que nous voulons faire est possible avec le Pape assis à la proue du navire, faisons-le. Sinon, abstenons-nous. C’est une question d’autorité. Qui décide d’où nous devons mener notre barque ? L’été dernier, j’ai participé à un festival marial pendant lequel un jeune m’a demandé gentiment comment moi qui suis supposé libre, je peux appartenir à une communauté avec une grosse structure et une grosse administration. Ma réponse ? Une liberté qui n’est pas canalisée par une structure d’autorité devient vite l’anarchie. Le plus important n’est pas ma liberté dans un bateau à voile, le plus important c’est que la croisière traverse la mer avec tout le monde à bord, même les veilles grands-mères, que j’aime beaucoup, d’ailleurs. »

Différence entre œcuménisme et évangélisation

Lors de son voyage en France en septembre dernier, Benoît XVI soulignait en s’adressant aux évêques, qu’en œcuménisme, « la bonne volonté ne suffit pas ». « Je crois qu’il est bon de commencer par l’écoute, a-t-il dit, puis de passer à la discussion théologique pour arriver enfin au témoignage et à l’annonce de la foi elle-même ». Pour Richard aussi, « tout commence avec l’écoute ». Il cite Saint Luc : « C’est au bout de trois jours qu’ils le trouvèrent dans le Temple, assis au milieu des docteurs de la Loi : il les écoutait et leur posait des questions, et tous ceux qui l’entendaient s’extasiaient sur son intelligence et sur ses réponses. En le voyant, ses parents furent stupéfaits, et sa mère lui dit : « Mon enfant, pourquoi nous as-tu fait cela ? Vois comme nous avons souffert en te cherchant, ton père et moi ! » (Luc 2,46-48). J’aime beaucoup aussi l’Evangile de Jean au chapitre 13, versets 34 à 35 : « Je vous donne un commandement nouveau : c’est de vous aimer les uns les autres. Comme je vous ai aimés, vous aussi aimez-vous les uns les autres. Ce qui montrera à tous les hommes que vous êtes mes disciples, c’est l’amour que vous aurez les uns pour les autres. »

« La théologie est importante si non les sentiments règnent, poursuit-il. Ici où j’habite, j’essaye de vivre un vrai œcuménisme en écoutant ce que chacun croit, mais en pleurant la désunion des chrétiens. Il faut bien comprendre ce que nous croyons avant d’ouvrir des ponts avec les autres confessions. La communication est facile avec quelqu’un qui écoute. Les confessions chrétiennes issues de la Réforme écoutent assez bien. Les évangéliques, je dois le dire, un peu moins. Les évangéliques pentecôtistes, encore un peu moins bien… J’ai hâte du jour où nous pourrons tous discuter ensemble de qui est réellement la Vierge Marie ! »

Ce que fait Richard aujourd’hui : toujours évangéliser

« Je suis aux Etats-Unis, à Gainesville en Georgie. Je travaille avec les immigrés très pauvres qui m’enseignent la Miséricorde. Nous faisons beaucoup de porte-à-porte pour devenir en quelque sorte le Cœur de Jésus. Le centre que nous avons fondé accueille toutes sortes de personnes de différentes nations et cultures. Depuis quelques mois, nous avons deux Messes par semaine dans notre centre. Les jeunes volontaires de Fidesco nous aident à nous occuper des besoins matériels et spirituels du quartier. Avec notre grand car, le « Mercy Bus », nous visitons des quartiers pauvres des Etats-Unis pour écouter et apprendre à recevoir puis refléter la Miséricorde. Les reliques de Sainte Marie Madeleine vont passer un mois de carême avec nous, en parcourant avec le Mercy Bus dans quatre différents Etats. »


Combien de temps êtes-vous resté en France ? Comment y avez-vous atterri et que retenez-vous de cette expérience ?

« Avec mon épouse Danelle, nous avons vécu treize ans en France et trente ans dans la francophonie. Après dix-sept ans en Afrique – surtout à Abidjan – Danelle et moi sommes venus en France. Nous aimons beaucoup la France avec sa riche tradition catholique. Grâce à l’Afrique nous avons rencontré le Sacré Cœur de Jésus, grâce à la France nous sommes devenus catholiques. Ce n’est pas magnifique, cela ? Merci Seigneur !

Sa vision de l’évangélisation telle qu’elle est menée en France

« Vaste question, répond Richard, ennuyé. Pourtant je crois que les séminaires de France doivent mieux s’informer et préparer les futurs prêtres au défi évangélique. Beaucoup sont encore en train de former les prêtres pour faire face à la Reforme, pourtant le vrai défi c’est la colonisation évangélique. Cent millions d’évangéliques aux Etats-Unis sont en train d’envoyer des missionnaires partout pour convertir le monde à leur demi-Evangile. Ils sont sincères, mais ils ont, à mon avis, sincèrement tort. Je ne dis pas cela parce que je suis blessé, je le dis parce que je suis guéri ! Amen !

Ce qui manque selon lui aux catholiques de France pour évangéliser davantage

Pour Richard, il faut « mieux comprendre notre foi catholique pour mieux la partager. Enseigner le catéchisme par des méthodes qui feront adhérer spirituellement le cœur de chacun au contenu ». « Combien de personnes que je rencontre sont baptisées catholiques, qui on eu la confirmation mais qui n’ont aucune réelle idée, à les interroger, de ce qu’est être vraiment catholique ? Ensuite, je proposerais à tous les catholiques d’aller pratiquer régulièrement le porte-à-porte pour écouter les autres et partager leur foi catholique. La foi devient réelle lorsqu’on la partage. »

Richard Borgman, apôtre de la miséricorde divine ?

« Mon message de vie est la Miséricorde, c’est vrai. Mais demandez plutôt à mes enfants si je suis un apôtre de la Miséricorde. En tout cas, le monde de ce siècle sera évangélisé par la Miséricorde. J’en parle dans mon dernier livre, Une Vie Conduite par la Miséricorde. »

La miséricorde, un message d’évangélisation pour notre époque

« Toute la puissance divine est au service de la Miséricorde divine, explique-t-il. C’est le temps de l’expression du Sacré Cœur de Jésus manifesté par nos vies dans un monde blessé. La Miséricorde, c’est l’Incarnation, le Cœur de Jésus qui vient en nous laver avec le Sang et l’Eau jaillis de son Côté la misère de l’humanité. C’est l’action de se rendre où la souffrance est grande et surprendre par nos vies miséricordieuses. »

Si seule la grâce sauve…

« C’est bien par la grâce que vous êtes sauvés, à cause de votre foi. Cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Cela ne vient pas de vos actes, il n’y a pas à en tirer orgueil. C’est Dieu qui nous a faits, il nous a créés en Jésus Christ, pour que nos actes soient vraiment bons, conformes à la voie que Dieu a tracée pour nous et que nous devons suivre ». (Eph 2, 8-10). Il faut relire le catéchisme de l’Eglise catholique. J’aime beaucoup la Grâce du Sacrement du Baptême. Je dirais plutôt : seule la Miséricorde sauve. »

Pour en savoir plus sur Dieu est de retour : Dieuestderetour.com

39 réflexions au sujet de « Evangéliser les évangéliques »

  1. Cavalli André

    Bonjour,
    C’est avec attention que j’ai lu votre témoignage. Je suis moi même chrétien (évangélique) depuis bien des années et ex catholique. Je crois pour ma part que vous n’avez jamais eu une vrai révélation de jésus-christ dans votre vie et l’Amour de la vérité de la Parole de Dieu. Je pense que vous n’avez jamais été vraiment un évangélique. La bible déclare que nous avons tous pleinement en Jésus-Christ. Si vous plaît aimons la vérité de la Parole de Dieu. Apocalypse 22:19
    et si quelqu’un retranche quelque chose des paroles du livre de cette prophétie, Dieu retranchera sa part de l’arbre de la vie et de la ville sainte, décrits dans ce livre. Ne retranchons pas la vérité.
    C’est Jésus la lumière du monde pas Marie !

  2. Tigreek

    Vous rendez vous seulement compte à quel point le ton de cet extrait est agressif ? Richard Borgman pense être apôtre de la Miséricorde, mais tient un discours que je trouve condescendant envers ses anciens compagnons de route en particulier, et envers tous les non-catholiques en général…

    L’évangélisation oui, mais de nouvelles guerres de religion, non ! Ne soyons pas tièdes, mais ne fermons pas nos coeurs pour autant…

  3. paul

    Pour sainte Thérèse d’Avila : Dieu seul suffit …
    Pour Richard Borgman : Jésus seul ne suffit pas …

  4. fabrice

    Richard t’abuse..lol…
    Déja Hillsong est un groupe Australien.Il n’y a pas que les usa..
    Je ne sais pas si opposer le fait d’adorer et de louer est judicieux.
    surtout que ds le catéchisme de l »eg Catholique, il est dit au point 2097:
    L’adoration:
    Adorer Dieu, c’est comme Marie dans le Magnificat, Le Louer, L’exalter et s’humilier soi même, en confessant avec gratitude qu’il a fait de grandes choses..

  5. ludocata

    Merci pour cette interview. Dommage que ses propos soient déformés ici, mais on a l’habitude dans l’Eglise Catholique ces derniers temps :o)

  6. Ancilla Domini

    Je trouve tout à fait justes les paroles de Richard Borgman.
    Je connais aussi le protestantisme, puisque j’ai appartenu un temps à l’Eglise réformée avant de revenir à l’Eglise catholique (tradie, cette fois).

    Que lui reprochent les commentateurs précédents ? D’affirmer qu’il y a une Vérité et qu’elle n’est pas négociable ? Ma foi, c’est de l’honnêteté intellectuelle. Comment peut-on dire un jour le Credo, et le lendemain délayer la Foi dans le relativisme sous prétexte de plaire à tout le monde ? Comment peut-on prétendre évangéliser sans affirmer fermement la Parole que l’on proclame ?

    Dire à quelqu’un ce qu’il veut entendre n’a rien de respectueux, contrairement à ce que pensent nombre de nos contemporains. On ne dit la vérité, franchement mais avec délicatesse, qu’aux gens qu’on estime capables de l’entendre.
    Alors non, le ton de cet extrait n’est pas agressif, il est sans concession. Il serait inutile d’ailleurs que M. Borgman en fasse : il n’est pas en train de faire de l’oecuménisme !

    Ne pas confondre oecuménisme et évangélisation. D’ailleurs, il n’y a pas de véritable oecuménisme si l’on ne se présente pas sous son vrai jour. Comment voulez-vous fonder un dialogue inter-religieux sur des principes mouvants ? Que reste-t-il à comparer si tout se vaut ?

    100% d’accord avec Richard Borgman. In Christo !

  7. rodriguez

    Certains travail à la réconciliation du corps de Christ en tant qu’église universelle et d’autre comme ce frère continu à favorisé la division, et je soulignerais aussi que représenté l’église catholique comme seule et unique c’est faire penser qu’elle est une secte, car ça veut presque dire qu’il n’y a pas de salut en dehors de l’église catholique. Enfin que comme le dise certains catholiques que Christ nous fassent ressentir le péché de la séparation en tant qu’église. Le corp de christ c’est l’église universelle celle représenté par toutes nos identité différentes catholique, évangélique, protestant, orthodoxe…. Pour info je suis évangélique et je croyais que c’était nous qui étions assez bêtes pour croire que nous sommes la super église. Enfin il y aurait tellement de chose à dire sur les comparaisons qui sont faîte et qui peuvent ce renvoyer chez chacun. Un seul mot le chemin sera long pour nous réconcilier dommage le plus triste c’est le Christ mort et ressucité pour chacun de nous.

  8. fabrice

    Ce que dit Richard est une chose. Mais ce que dit le pape et son encyclique sur l’œcuménisme est plus important…
    http://www.vatican.va/holy_father/j
    un bel extrait de Jean Paul II…
    « Le témoignage courageux de nombreux martyrs de notre siècle, y compris ceux qui sont membres d’autres Eglises et d’autres Communautés ecclésiales qui ne sont pas en pleine communion avec l’Eglise catholique, donne à l’appel conciliaire une force nouvelle; il nous rappelle l’obligation d’accueillir son exhortation et de la mettre en pratique. Nos frères et sœurs, qui ont en commun l’offrande généreuse de leur vie pour le Royaume de Dieu, attestent de la manière la plus éloquente que tous les facteurs de division peuvent être dépassés et surmontés dans le don total de soi-même pour la cause de l’Evangile.

    « Il est nécessaire que les catholiques reconnaissent avec joie et apprécient les valeurs réellement chrétiennes qui proviennent du patrimoine commun et qui se trouvent chez nos frères séparés. Il est juste et salutaire de reconnaître les richesses du Christ et les effets de sa puissance dans la vie d’autres qui portent témoignage au Christ, parfois jusqu’à l’effusion du sang; car Dieu est toujours admirable et il doit être admiré dans ses œuvres ». 79

  9. AncillaDomini

    @ Rodriguez :

    Il n’y a rien de mal à affirmer ce que l’on croit être la Vérité. Au contraire : un dialogue interreligieux ne peut pas se fonder sur une hypocrisie. Faire semblant d’être tous pareils pour se rapprocher ne serait qu’une façade qui ne tiendrait pas sur le long terme.

    Il y a un temps pour chaque chose :
    _ pour prier ensemble, pas besoin d’être d’accord sur le fond, il suffit de l’être sur la forme : beaucoup de chrétiens de toutes confessions le font déjà avec plaisir
    _ pour parler dogme, rite, interprétation de l’Evangile, on ne peut pas se mentir ; sur ce point-là, il est nécessaire de débattre en exposant réellement ce qu’est la Foi de chaque Eglise, et non pas en cherchant une sorte de consensus mou qui dénature la Foi de tout le monde.

    Débattre ne veut pas dire s’étriper ! La pensée naît de la confrontation. C’est le débat contradictoire qui fait avancer la réflexion, et non pas les accords d’apparence qui n’accordent rien du tout.

  10. AncillaDomini

    @ Fabrice :
    Merci pour ce très bel extrait d’Encyclique !
    Effectivement, le Seigneur n’agit pas que dans l’Eglise, Il agit toujours et partout, et comble de Ses grâces tous ceux qui se confient en Lui.
    Ce qui n’ôte rien au dialogue sur la Vérité… L’un et l’autre ne sont pas du tout incompatibles. C’est bien cela qu’on appelle « la tolérance » : accepter l’autre, en sachant qu’il est différent… et non pas croire que nous sommes tous identiques.

  11. Artemis

    Si tous les catholiques qui lisent ce blog lisaient Dominus Iesus, du Cardinal Ratzinger à l’époque?

    Ca n’empèche pas de prier aussi pour la fécondité de la réunion du KEK en ce moment (où, si je ne me trompes pas, les évangéliques ne sont pas).

    ihs

  12. christian

    Quelques observations , qui montre une situation t gênante pour beaucoup , le risque est grand de tomber dans le piège de la prédominance d’une religion sur une autre , d’une communauté par rapport à une autre , d’un frère par rapport à une autre , connaissons nous bien la religion de l’autre et si l‘église de Christ est universel , nous faisons tous quelque soit nos lieu respectif , partis de cette église .
    Avant de critiquer ou de rebaptiser pour faire entrer l’autre dans notre communauté , avons-nous ouvert le dialogue qui renvoie la personne vers son prêtre voir l’évêque pour confronter les opinions et ainsi faire un choix éclairer et en avoir une meilleur compréhension , beaucoup de catholiques passent de leurs communauté vers une autre particulièrement évangélique sans connaître leurs communauté de départ et ce qu’elle enseigne , aujourd’hui des accords son fait avec une reconnaissance mutuel des baptême sauf quelques exceptions extrémiste tout est question d’interprétation ..
    Un seul DIEU , un seul SEIGNEUR ,Une seul foi , un seul baptême , au nom du PERE , du FILS et du SAINT ESPRIT .
    Qu’avez-vous que vous n’ayez reçu et si vous l’avez reçu , de qui l’avez-vous reçu .
    Et si l’on cherche les erreurs et les abus , aucune communauté , tant évangélique que catholique n’est exempt en fait les unes comme les autres on en leurs sein des sectes , des positions sectaire , des extrémistes , des problèmes interne , des divisions , des abus .

    Je suis née dans un famille catholique baptiser en tant qu’enfant , enseigné dans la foi au Christ avec les exemples des Saints et des martyrs , dans ma jeunesse , je fut depuis mon baptême et l’enseignement de mes parents habité par une soif de DIEU et ce désir de mieux le connaître , soif qui ne pouvait être étanché car à l’époque la doctrine n’était pas suffisamment expliquer , mes parent m’ont laisser la liberté dans ma vie intérieur sans jamais me forcé tout en restant eux fidèles à leur foi en cela j’ai bénéficié de tous leur amour contrairement a ceux qui usent de menace si l’on quitte la communauté ou si l’on change de pensée , menace appuyé bien sur sur la Bible car avec la Bible on peu soit guérir des âmes soit les blesser voir les perdre et là encore chacun l’interprète différemment .
    Mes parents et mon épouse ont toujours respecter mon cheminement personnel tout en restant dans leurs foi sans chercher à m’influencer et n’ont contrairement à d’autre jamais fait de prosélytisme .
    Je ne connaissait à l’époque pas la Bible et ait fait la rencontre avec les témoins de Jéhovah , une secte qui pour eux tout est claire et expliquer d’avance dans leurs manuel comme d’autres d’ailleurs je les qualifie de secte , bien que je leurs donne certaines qualités mais avec leurs enseignement vous n’avez pas votre propre chemin personnel et il vous est interdit de remettre la hiérarchie en cause .
    Au fond de moi , les choses n’étaient pas claires et je ne pouvait adhérer à quelque chose d’ont je n’était pas d’accord ni enseigner quelques chose sans certitude ni sans l’éprouver .
    Dans bien des milieux cela se passe ainsi , vous dites les choses parce que les dirigeant l’ont dit , selon leurs interprétation de la parole de DIEU et ce sans l’avoir éprouvé et en avoir fait vous-même votre propre chemin .
    Méfiez vous de celui qui vous dis << le Seigneur m’as dis de te dire ceci ou cela >> éprouvé le .
    Dans ma recherche j’ai fait la connaissance de groupes évangéliques pentecôtiste , je fut touché par la ferveur très profonde et leur attachement à la parole de DIEU , la Bible bien que après avoir rechercher , j’y ait trouver parmi eux de nombreuses divisions , une bonne lecture de la Bible mais des interprétations des plus divers , j’y ai rencontrer des frères abuser par la dime , abuser par les prophéties car tout est question d’interprétation il suffit de surfer un peu sur le net pour s’en rendre compte .
    Lisez le livre de l’évangéliste Ferdinand Legrand << le signe du parler en langue >> et vous comprendrez certaine choses .
    Rebaptiser comme d’autre , d’ailleurs aujourd’hui , je me rend compte du non sens et de notre ignorance sur le sujet , le baptême vient de DIEU non des hommes ( enfant ou adulte , un seul baptême ) .
    Rebaptiser quelque un qui as été baptiser au non du PERE du FILS et du SAINT ESPRIT c’est reposer le même fondement qui as déjà été poser c‘est refaire le même engagement puisque l‘église est un corps universel , d’ailleurs aucune église n’est parfaite tant quelle ne sera pas glorifié .
    Quelque soit la communauté baptisé adulte ou enfant c’est DIEU qui vous as touché et vous commencez votre parcourt .
    Quelque soit la communauté , il y a ceux qui vivent leur foi par tradition tant catholique que évangélique et ceux qui vivent leur vie de foi de relation et de prière avec DIEU et les hommes .
    Je préfère néanmoins prier dans le silence d’un monastère que de louer le SEIGNEUR au son du Rock N Rol .
    Nous avons néanmoins même baptême , le reste est querelle de cloché .
    Quand à Marie et au Saint ,je me suis longtemps poser la question si vous etes d’un coté , vous adoptez la position du milieu ou vous etes mais au fond de vous qu’en pensez vous .

  13. christian

    au sujet de Marie et des Saints , je pense qu’il y eut des exagérations sur certaines choses , les mêlant a la superstition d’on certain ne discernaient pas à une certaine époque mais aujourd’hui je pense que Marie mère exemplaire choisit parmi toute les femme ( le choix de DIEU s’est porté sur Marie parmis toute les femmes d’Israël non sans raisons ) nous est un exemple et une aide qui peux comme tous les Saints et les anges qui sont prés du Seigneur nous accompagner dans nos prière en priant avec nous .
    Pensez vous cils restent impassible là haut devant la détresse de leurs frères .
    C’est Sainte Catherine qui disait , je passerait mon ciel a faire du bien sur la terre .

  14. Georges

    Je crois que l’objectif de cet ancien « pasteur » est atteint, il voulait provoquer des réactions et voilà c’est fait et même chez moi, il arrive à décrocher une réaction. Je voulais m’adresser aux « CHRETIENS », Prenez garde car il y aussi des pasteurs qui ne sont pas convertis. Dieu laisse grandir l’ivraie et lui il fera la différence. CHRETIENS, faites confiance à la parole de Dieu et à son Esprit mais jamais à un beau parleur. Cet homme a prétendu rencontré le Seigneur par une guérison, il avait prétendu donné sa vie au Seigneur. A-t-il été attiré par la parole ou pas des miracles? Aujourd’hui son attitude me permet de trouver une réponse à cette question! Peut-être ds peu de jours, on ne sait pas où il va se retrouver! peut-être dans une autre religion ou dénomination qui présente les choses autrement. C’est bien l’image d’une maison constuite sur le sable, elle est mouvante. Je prie pour que cet homme soit attiré un jour par la parole de Dieu qui a le pouvoir de transformer et qui apporte tout à celui où celle qui l’a recue.

  15. lewis

    Nous n’avons plus intérêt à prôner l’intégrisme religieux ; souvenons nous que l’on a massacré des personnes au nom de la religion (dogmes, pratiques…).
    Si l’évangile avait été donnée avec force et puissance dans l’ESPRIT au nom de notre SEIGNEUR JESUS nous aurons connu l’amour du prochain plutôt que les avis où l’interprétations d’un tel ou d’un autre sur la parole de DIEU.
    Nous gagnerons à partager les sources de nos différentes croyances, à partager nos expériences en JESUS avec pour seule intention d’édifier plutôt qu’à vouloir imposer ce qu’on a vécu ou découvert dans le SEIGNEUR. Sinon, on ne fait que limiter DIEU qui est infini à notre réalité.
    Les chrétiens devraient avoir honte de vivre tant de division. On a l’impression que tous ont perdu le sens profond de l’amour ; la foi sans les œuvres est vaine.
    Ouvrons les yeux et regardons de plus près, ceux qui sont mieux organisés, unis et qui font plus d’actions envers les défavorisés sont ceux que nous chrétiens appelons Sectes.
    Ce ne sont pas ceux qui crient SEIGNEUR qui hériterons du royaume, mais ceux qui font la volonté de mon Père qui est dans les cieux dit le SEIGNEUR JESUS.
    Intercédons pour ceux qu’on croit perdu, seul l’ESPRIT SAINT convint les cœurs.
    Et pourtant je suis chrétien catholique.

  16. Nathan Lambert

    Je suis un évangélique qui respecte l’église catholique en bien des points, et je vous envie surtout votre amour pour l’Eglise. Mais là, je ne vois pas comment vous ne pouvez pas crier au scandale, à l’hérésie la plus profonde. Jésus seul ne suffit pas? J’ai essayé avec charité de tordre et de retordre le propos dans l’espoir de pouvoir y trouver une lumière juste, ou dans la tentative de voir comment cette phrase pourrait être un propos déformé. Mais rien n’y fait.

    Et c’est là le grand problème de la théologie catholique: Dieu n’y est pas suffisament magnifié parce qu’il y a tant et tant de doctrine qui ont été ajoutées ou surajoutées qu’on ne trouve pas dans la Bible, ni de près ni de loin. Si Jésus-Christ ne te suffit pas, c’est que tu n’as pas connu le vrai Christ, le Christ-Divinité incarnée représentant le Père dans son humilité, son amour, sa passion, sa gloire. Christ est exemple pour nous les hommes, espoir pour la vie future, il comble les moindres désirs du coeur qui cherche à louer Dieu.

  17. Ancilla Domini

    Euh… En fait, c’est une citation de Sainte Thérèse de Lisieux, et non de Sainte Catherine.

    Et attention, Christian, de ne pas confondre les anges et les saints !
    Les saints sont des hommes entrés dans le Royaume de Dieu. Ils peuvent intercéder pour nous auprès de Dieu. C’est un peu différent de « prier avec nous » : nous les prions pour qu’ils prient pour nous.
    Les anges sont des esprits, immortels, crées par Dieu pour L’adorer et Le servir, moins libres que les hommes mais attachés à des tâches particulières : protéger un homme/un pays (anges gardiens), être un messager de Dieu auprès des hommes (Archange Gabriel), etc.¨Ils ne prient pas vraiment avec nous… sauf au moment du Sanctus.

    Votre façon de voir l’oecuménisme pose un problème : vous considérez que toutes les confessions chrétiennes se valent. Or, c’est Saint Paul qui le dit, le répète et le martèle lui-même tout au long de ses lettres et de sa vie : l’Eglise doit transmettre l’enseignement du Christ parfaitement, sans aucune altération… et ce n’est pas ce que font toutes ces confessions qui champignonnent sur la planète.
    Aux dernières nouvelles, la seule Eglise présente depuis les Apôtre et ayant transmis l’Evangile sans interruption ni altération, c’est l’Eglise catholique.

    Une question : quel est le plus important pour vous ? Essayer d’être d’accord avec tous les gens qui ne disent pas la même chose que vous, ou vivre selon la volonté de Dieu et faire connaître cette volonté à votre prochain ?

  18. Artemis

    A Georges

    J’ai entendu le témoignage de Richard Borgman. Je peux comprendre qu’on ne soit pas d’accord avec lui. Mais qui êtes vous pour remettre en cause sa foi et la sincérité de ce qu’il vit? Comment pouvez-vous dire qu’elle est bâtie sur du sable. Qu’est-ce que vous en savez? Le Christ est venu apporter la guérison aux malades et bien de smalades se sont convertis à ce moment-là. Comment lui reprocher de rechercher la guérison, contredisant ainsi les Ecritures?

    ad majorem dei gloriam

  19. Artemis

    A Nathan Lambert

    Le Christ a donné Marie à l’Eglise en disant à Jean « voici ta mère ». Ca, c’est les Ecritures et Marie est mère de l’Eglise.
    Il a bâtie son Eglise sur Pierre… dont le lointain successeur sans interruption depuis 2000 ans est… Benoit XVI.

    pdc

  20. christian

    ancila domini
    bonjour
    merci de rectifié .
    mais quand je pensait a Marie et aux saints et aux ange , je n’allais pas si loin que l’église catholique l’a été et vas .
    je disait simplement que Marie comme Paul s’il sont auprès du Seigneur peuvent nous accompagner dans nos prière , c’est tout .
    maintenant dire qu’il faille la prier ?
    les ange ont un ministère au prés de DIEU a son service et parfois pour les hommes .
    mais dire qu’il faille les prier ?
    l’église catholique afirme que Marie a été enlever corps et ame .
    nous n’en savons rien et personne n’est obliger de le croire c’est donner suivant une tradition non la bible .
    maintenant si on veux débattre sur les erreurs évangélique allons Y

  21. AncillaDomini

    Bonsoir Christian !
    Ainsi donc, vous êtes protestant… ceci explique cela.
    Juste une remarque sur Notre Dame et sur les anges, tout de même…

    Si, dans Son infinie bonté, le Seigneur donne à chacun un ange consacré spécialement au secours de son âme… peut-on vraiment se priver consciemment de cette grâce ?
    Vous savez, si vous avez un doute, rien ne vous empêche de le prier, cet ange, justement. Juste pour voir… 😉
    Il ne remplace pas Dieu. Disons qu’il agit plutôt comme un « garde du corps », qui tire la sonnette d’alarme quand vous allez chuter, pour que vous puissiez vous reprendre juste à temps.
    Plus vous lui ferez confiance, plus cette « sonnette » deviendra efficace. Et se doublera d’autres grâces, qui sait ?
    Quoi qu’il en soit, vous n’avez rien à perdre à essayer ! 😉

    Et pour ce qui est de Notre Dame… Si le doute était permis à propos de son Assomption, je crois que la quantité de ses apparitions suffit à les balayer, non ?
    Contrairement à ce que pensent beaucoup de non-catholiques, l’Eglise n’est pas « chaude » sur les miracles / apparitions / etc. Elle met souvent des années à retourner la question sous tous les angles, et n’admet une apparition (ou un miracle) que quand il n’y a vraiment plus aucun doute possible (ex : 50 ans d’enquête avant de reconnaître le 67ème miracle officiel de Lourdes).
    Même remarque que pour les anges : Notre Dame n’est pas Dieu, mais elle est plus proche de Lui que nous, et une maman ne refuse pas les prières de ses enfants. Qu’avez-vous à perdre à la prier ?

    En gros, la vision catholique, ce n’est pas : je prie les saints et les anges parce que la tradition.
    C’est plutôt : je suis pécheur, et faible tout seul. Si je prie ceux qui sont auprès de Dieu, et qu’ils Le prient pour moi, on sera plus nombreux à prier… et on n’a jamais trop de secours du Ciel ! C’est ballot de se prier d’une telle aide, quand même…

    Vous n’avez rien contre le fait de prier les uns pour les autres sur la terre. Alors pourquoi pas au Ciel ?
    « Je crois à la Communion des Saints… »

  22. christian

    mercie ancilla domini

    certe les ange ont un ministère auprés de DIEU , mais ou est il écrit qu’il faille les prier ?
    je respecte votre point de vue mais faut le prouver avec la bible ;
    pour moi comme pour d’autres une seul médiation suffit .
    je ne suis pas protestant qui n’est qu’un qualificatif , il faut reconnaitre que l’homme a tous tordu , la bible donne d’autre nom pour l’église que ceux que nous employons habituellement . .

    il est vrai que je me suis fait rebaptiser mais je n’aime pas les qualificatifs , pour moi il n’y a qu’une seul église celle de la bible ;

    bien cordialement

  23. AncillaDomini

    @Christian :

    Même s’il n’est pas écrit qu’il faille absolument les prier… pourquoi se priverait-on de cette grâce ? Prier n’est pas adorer…
    Enfin, libre à vous…

    In Christo ! 😉

  24. christian

    ancila

    la médiation de Christ ne suffit elle pas en avons nous besoin d’une autre , avons nous si peux de foi ?
    ne croyons nous pas que le nom de CHRIST a tous pouvoir dans les cieux et sur la terre et que tous genoux fléchis devant lui .

    
    

    c’est comme si vous dites puisque DIEU ne répond pas , je vais voir ailleurs c’est un blasphème .

    demander a Marie qu’elle prie Jésus alors que nous avons reçu de DIEU la garce de nous approcher directement de lui par la grâce de Christ .il est notre seul médiateur .

  25. AncillaDomini

    @ Christian :

    Vous vous méprenez, je crois, sur la prière à Marie et aux anges. D’ailleurs, je ne vais pas mélanger ces deux genres de prière, parce que ce n’est pas du tout la même chose…

    Il y a une différence entre la médiation du Christ et celle de Notre-Dame.
    Quand vous priez le Christ, vous priez Dieu directement. Jusque-là, nous sommes tous d’accord…
    La prière d’oraison, cette union de l’âme à Dieu pour se laisser modeler par Lui, atteint tout à fait sa plénitude sans qu’il soit besoin d’y ajouter autre chose.
    Il ne faut pas oublier que la prière ne se limite pas à la demande. Dans la prière, il a adoration, offrande, remerciement, demande et contrition : si vous ne considérez que la demande, et prenez le Christ pour le simple médiateur de cette demande, votre prière n’est pas complète.
    La prière, acte d’amour et d’abandon, d’offrande de soi, contemplation de la grandeur de Dieu et de l’abondance de Ses grâces, de l’immense Amour dont Il nous étreint, cette prière-là, on ne peut la faire qu’en contemplant Dieu.
    Sur ce point-là, je vous rejoins.

    Mais prier Notre-Dame, ce n’est pas dévaluer la prière au Seigneur, bien au contraire.
    Nous ne faisons pas que prier : nous avons aussi une vie. Même en plaçant chaque seconde de cette vie sous le regard de Dieu, nous sommes faillibles. « Le juste pèche sept fois par jour », dit-on.
    C’est ici que la prière à Notre Mère du Ciel prend son sens : cette prière-là n’est que prière de demande et de remerciement. Pas d’adoration, d’union d’âme à Âme, d’offrande, de contrition ou de soumission : on vénère Notre-Dame, on ne l’adore pas.
    La prière à Notre-Dame est différente de la prière avec Dieu : d’ailleurs, je viens d’écrire « à » et « avec »… Femme tout à fait humaine, mais à la vie toute entière unie à Dieu, elle a reçu de Lui des grâces en abondance, qu’elles continue à demander au Seigneur pour ses enfants. Elle est un modèle d’humilité, d’obéissance et d’amour, tout à fait soumise à la Volonté de la Sainte Trinité.
    On lui adresse des prières d’intercession : elle est médiatrice au sens que vous aviez en fait attribué à tort au Christ : elle demande pour nous, et elle transmet en retour.

    Le Christ, Lui, est bien plus que ce genre de médiateur : à la fois Dieu et homme, Sacrificateur et Victime sacrifiée, Souverain Prêtre et Agneau sans tache, il est Celui qui unit la terre et le Ciel. La seconde personne de la Sainte Trinité qui réalise l’union de l’homme à Dieu.
    Le mot « médiateur » n’a donc pas le même sens selon que l’on parle du Christ ou de Marie.

    Quant à la prière aux anges, ce n’est pas du tout la même que la prière à Dieu, ni même que la prière à Marie.
    J’ai déjà décrit la plénitude la prière avec Dieu et la mesure de la prière à Notre-Dame. Avec les anges, il ne s’agit que de prier ceux sous la protection desquels nous avons été placés (notre ange gardien, l’ange protecteur de notre pays, éventuellement les archanges).
    On ne demande aux anges aucune grâce, on n’offre rien, on remercie un peu, on n’adore pas : il s’agit simplement d’être conscient de la tâche qui leur a été donnée de nous protégér, et de se placer effectivement sous leur protection.
    Si vous n’avez jamais prié votre ange gardien, ce que je vous dis n’a probablement aucun sens. Mais si vous avez l’habitude de vous laisser protéger par lui, et par conséquent de lui faciliter la tâche, cela vous semblera évident : l’ange gardien, c’est comme un garde du corps spirituel.
    La moindre des choses, pour être protégé efficacement, c’est de tendre l’oreille quand votre garde du corps vous fait remarquer que vous ne lui facilitez pas la tâche en allant traîner dans des coins mal famés ! Eh bien c’est pareil.

    En conclusion : prier le Seigneur, c’est la prière « absolue », adoration, soumission, tendresse, offrande, contrition, action de grâce, union d’âme à Âme ; la prière à Marie, c’est une demande d’intercession ; la prière à son ange, c’est faciliter la tâche du bodyguard.

  26. Jean-Baptiste Maillard

    J’ai quand même du mal à comprendre pourquoi certains se privent de croire en la présence réelle de Jésus dans l’Eucharistie alors qu’Il a lui-même dit : « ceci est mon corps livré pour vous », ou encore « je suis le pain vivant descendu du ciel » et « et je serai avec vous jusqu’à la fin du monde »…. Etre là physiquement, de façon palpable, c’est quand même vachement mieux, non, comme cadeau ? (à vrai dire je ne vois pas ce que le Seigneur aurait pu faire de mieux, d’ailleurs…)

  27. christian

    ceci représente mon corps livrer pour vous .
    Jésus est avec nous pas seulement au-moment de la sainte scène mais a chaque instant puisqu’il vit en nous .
    l’église catholique croit en la présence du Seigneur dans le pain au moment ou le prêtre prie , les église protestante prennent le repas du Seigneur dans la simplicité comme le Christ l’a fait , avec le pain et le vin ., le Christ vit et est déjà en eux avant de prendre la sainte scène ..
    manger le corps du Seigneur c’est se nourrir de sa parole chaque jour et boire son sang c’est croire en son sacrifice rédempteur pour le pardon de nos péché les israélites ont été préservé en mettant le sang sur les linteaux de porte , nous nous sommes préservé en ayant le sang de l’agneau sur la porte de notre coeur

  28. AncillaDomini

    @ Jean-Baptiste Maillard :

    En fait, les protestants disent que le Saint Sacrifice a eu lieu une fois pour toutes, et qu’il ne peut donc pas y en avoit de nouveau. Alors forcément, pour eux, le renouvellement non sanglant du Sacrifice n’a pas de sens…
    Ils s’arrangent avec les Evangiles en disant que le Christ est présent en esprit, et non pas physiquement. Mais bon, c’est un peu du triturage, là… 😉
    Et ça enlève aussi une bonne partie du lien entre Ancienne et Nouvelle Alliance (sacrifice de l’agneau sans tache, victime d’expiation et offrande de remerciement, sacrifice non réalisé d’Isaac, etc. … tout cela disparaît si on ne considère plus la présence réelle du Christ).

    Bref, comme d’habitude, la théologie réformée est parfaitement cohérente avec elle-même pourvu qu’on accepte ses axiomes de base.. sauf que ces axiomes sont faux. 😉

  29. christian

    il y a dans la Messe le « mystère » de la transsubstantiation, c’est-à-dire que la substance du pain (appelé hostie) et du vin est censée devenir le corps et le sang de Christ dans l’eucharistie. Rome enseigne qu’à l’instant même où le prêtre prononce les paroles sacramentelles, « Ceci est mon corps… Ceci est mon sang… », un prodigieux miracle s’accomplit: l’autel devient le Calvaire; l’hostie, le corps charnel de Christ; le vin, vrai sang de Christ; le tout, la personne réelle de Jésus-Christ; le prêtre qui officie devient sacrificateur, et l’assemblée des fidèles, ses collaborateurs.

    Nous venons de rappeler que selon l’Ecriture, Jésus s’est livré une fois pour toutes; Il a mis fin aux sacrifices sanglants, Il est entré dans le Lieu Très Saint avec Son propre sang, et maintenant Il siège pour toujours à la droite de Dieu (voir Hébreux 10:12). Alors, comment réconcilier la présence charnelle, physique de Jésus sur des milliers d’autels, dans les millions d’hosties qui sont chaque jour consacrées dans le monde entier, avec le fait qu’Il est pour toujours à la droite de Dieu? On pourrait en dire autant de cette déclaration de Jésus: « Là où deux ou trois sont rassemblés en mon nom, je suis au milieu d’eux » (Matthieu 18-20). Comment imaginer tous ces Jésus se multipliant comme des champignons sur l’ordre du prêtre? La Parole n’a été faite chair qu’une seule fois.

    L’Eglise romaine insiste en disant que « le Christ est vraiment, réellement et substantiellement présent dans l’Eucharistie avec sa chair et son sang, son corps et son âme, avec son humanité et sa divinité. Même sous chaque partie de chaque espèce, après la division du pain ou du vin le Christ tout entier est présent. » Peut-on admettre que Jésus-Christ, le Fils de Dieu, le Tout-puissant, soit un jouet dans les mains du prêtre? Mais non, c’est absurde!

  30. AncillaDomini

    @ Christian :

    Je comprends que tout cela vous semble impossible… et pourtant. 😉

    Le Christ est Dieu. Dieu est présent partout, de toute éternité. Alors le Christ, comme le Père et le Saint Esprit, est présent partout à tout instant Lui aussi.
    Il n’a pas besoin de Se « multiplier » (le Père est l’Esprit non plus) : Il est déjà partout à tout instant.

    Concernant le Sacrifice de l’Eucharistie, souvenez-vous des paroles de la Cène : « Prenez et mangez, ceci est mon corps… Prenez et buvez, ceci est mon sang… » Au moment où Il les prononce, le Seigneur est bien vivant, en chair et en os, et pourtant ce pain et ce vin sont déjà Son corps et Son sang.
    Souvenez-vous des paroles de la Création : « Dieu dit : »Que la lumière soit ». Et la lumière fut. » Il suffit que Dieu déclare « que cela soit » pour que le miracle se produise. C’est bien la même chose lors de la Cène : il suffit que le Christ dise « ceci est mon corps » pour que le pain qu’Il tient entre Ses mains à cet instant soit réellement Son corps. La Parole de Dieu s’accomplit au moment même où Il la prononce.

    Mais le Christ ne se contente pas de dire : « Ceci est mon corps. » Il dit aussi : « Vous ferez cela en mémoire de moi. » Ce faisant, Il donne à Ses Apôtres l’ordre et le pouvoir de faire de même. Après Pâques, lors de la consécration; les Apôtres prononcent les mêmes paroles que le Christ, et au moment même où ils les disent, le Christ accomplit le miracle qui fait devenir corps et sang.
    Ce pouvoir que le Seigneur leur a donné, ils l’ont transmis à des « Anciens » (les équivalents des évêques), et cela continue de se transmettre d’évêque en évêque (les évêques sont les successeurs des Apôtres), et eux-mêmes l’accordent aux prêtres de leurs diocèses.

    Le Seigneur n’est pas « un jouet entre les mains du prêtre ». Mais Il est bien présent « en chair et en os » entre ses mains, et ce sont Ses paroles que le prêtre prononce.
    C’est pour cette raison que les prêtres sont des hommes consacrés à Dieu, qu’ils se purifient avant d’accomplir le Sacrifice, que l’autel est encensé, que l’on utilise les calices, les ciboires, les patènes les plus précieux pour un tel présent divin, qu’il ne faut pas porter de péché mortel pour recevoir le Corps du Christ, et que beaucoup de catholiques sont à genoux pour toute la durée de la consécration… (comment se tenir debout devant le Seigneur, physiquement présent ?).

    Vous avez raison de trouver incroyable qu’un homme puisse tenir Dieu entre ses mains humaines. C’est justement toute la grandeur de l’Eucharistie : le Seigneur, Tout-Puissant, rayonnant de toute Sa gloire divine, Se donne à Ses enfants bien-aimés, tellement indignes de Lui mais qu’Il ne cesse d’aimer, pour vivre en eux et les faire vivre de Lui.
    Y a-t-il Sacrement plus beau que celui de l’Eucharistie ? 😉

  31. AncillaDomini

    @ Christian :

    En fait, on pourrait répondre à vos objections sur la présence du Christ dans le Saint Sacrifice que, voir un Dieu Eternel, vivant depuis toujours et pur esprit, s’incarner en une femme (donc naître… alors qu’Il est déjà « né » ?) puis vivre et mourir (mourir ? le Dieu Eternel ?) et ressusciter (quoi, encore ?) physisquement en plus, c’est complètement impossible en théorie aussi. C’est complètement incompatible avec la logique humaine. Ca ne colle pas.
    Et pourtant…

    La logique de Dieu n’est pas celle des hommes. Ce qui nous semble totalement impossible, irréaliste, inconcevable, il suffit que Dieu le souhaite pour que cela se produise… L’Incarnation n’est pas plus illogique que l’Eucharistie.

  32. Capshorn

    @AncillaDomini

    Jésus a dit « c’est l’Esprit qui vivifie.La chair ne sert de rien. Les paroles que je vous ai dites sont Esprit et vie ».

    Nous ne devons pas comprendre les Paroles du Christ d’une manière charnel. C’est l’Esprit qui doit nous en donner le sens.

    Quand Jésus dit « JE suis la porte » cela ne veut pas dire que Jésus se trouve littéralement dans la porte de ton église!

    De même quand Jésus partage le pain avec ses disciples en disant « ceci est mon corps » cela ne veut pas dire que Jésus était littéralement dans le pain !

    En tant que Parole de Dieu Jésus est celui qui nous donne la vie a travers son sacrifice a la croix.

  33. Etoile

    Bonjour, Je sais que les derniers commentaires remontent à loin, mais j’avais envie de réagir à ce témoignage…. Il y a un jour ou l’église du Seigneur ressortira de tout ça (les vrais chrétiens dont j’espère, je fais parti). Je suis baptiste née d’une famille, on va dire de tradition catholique. En tant que chrétienne, j’ai expérimenté beaucoup de chose et tout particulièrement, j’apprends à avoir du discernement (ce qui nous anime, ce qui vient de nous même ou ce qui est de Dieu). Une des meilleures façon d’avoir ce discernement, c’est ce que notre Père nous a laissé : La Parole de Dieu. Reconnaissez vous oui ou non quelle est inspirée de Dieu? Si oui, alors vous reconnaissez qu’il n’y a qu’un seul chemin : Jésus dit « Je suis le chemin, la Vérité et la Vie, nul ne vient au Père que par moi!!!!! » C’est bien de se servir de son intelligence, Dieu nous l’a donné, mais Il dit que l’homme intelligent c’est celui qui cherche Dieu. On peut raisonner autan que possible, retourner les choses dans tous les sens dans notre tête, mais nos raisonnements et notre besoin de nous justifier ou d’appliquer un baume sur nos blessures (ce qui est compréhensible) nous amène à croire à nos propres désirs et nous éloigne de Dieu et de la foi. C’est pourtant une question extremement vitale puisqu’il s’agit du salut « la vie ou la mort éternelle ». C’est serieux, non? On ne peut donc se permettre de palabrer et raisonner mais on ne peut que rechercher Dieu de tout notre coeur et s’appuyer sur Sa parole, nous aurons alors beaucoup moins de marge d’erreur.

    Fraternellement

  34. mathieu cm

    la question est aussi de savoir ce que vous entendez par chercher dieu.

    Vouloir aimer son prochain, être un bon mari, un père aimant, faire du bien autour de soi. Suivre une voie pavée d’amour et de sagesse est-ce aussi chercher dieu.

    Ou bien chercher dieu est-ce chercher le dieu des chrétiens ? Est-ce chercher Jésus ? Un nom, un dénominateur commun, une personne ?

    Dieu est-il extérieur à ma vie ou en moi ? Chercher dieu est-ce juste croire, voir, ou aussi vivre ?

    Le problème ne vient-il pas du fait qu’on a tous des façons de voir différentes, des façons différentes d’entendre mais que lorsque l’on parle d’amour (même s’il y a plein de façons de montrer son amour) on parle tous de la même chose mais que l’on se focalise sur le nom plus que sur l’essence ?

  35. Etoile

    Tu aimeras l’Eternel, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme et de toute ta force. Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Dieu est l’amour, mais ce n’est pas l’amour humain plein de compromis, de permissivité ect… Pour connaître l’amour vrai, il faut aimer l’amour, c’est à dire notre Dieu… Lorsqu’on Le met en premier dans notre vie tout doit découler dans notre caractère, surtout pour réussir à aimer ceux qui nous font mal, aller jusqu’à pardonner notre bourreau et l’aimer (ça, c’est l’amour de Dieu). J’apprends dans ma marche avec Dieu à Lui ressembler et apprendre à aimer réellement, sans compromis, avec honnêteté et sans rien attendre en retour. L’amour demande du courage, de la fermeté (être capable de dire non par amour parce que l’on sait que la personne que l’on aime va dans le mur). Dieu ne change pas et est toujours le même. Il a les mêmes exigences parce qu’Il est la justice, l’amour; Il est Saint, Il ne se renie pas. Ce qu’Il dit dans les 10 commandement est toujours d’actualité. Dieu n’est pas une entité intellectuelle ou une personne qui habiterai dans tous les hommes. L’Esprit de Dieu habite dans ceux qui l’on acceptés dans leur vie, qui ont fait un choix conscient et qui ont compris qu’ils sont pêcheur, qu’ils doivent se repentir pour leurs pêcher. Dieu alors pardonne au travers du sacrifice de Son Fils Jésus Christ. Ca ne veut pas dire que Dieu enlève Sa bonté sur ceux qui ne croient pas ou ne se confient pas en Lui!!! Dieu reste un Dieu bon, patient et plein d’amour. Mais à un moment ou un autre, chaque homme devra faire un choix conscient : Dieu dit dans la bible : J’ai mis devant toi le chemin de la vie et de la mort… CHOISIS la vie afin que tu vive. Je suis chrétienne et Je dois aimer mon prochain chrétien ou non et ça se traduit par des actes. Ca n’empèche pas que tout le monde est capable d’aimer, biensure!!! Mais l’Esprit de Dieu n’habite pas dans un coeur sans l’avoir demandé (Il ne force jamais, c’est aussi ça l’amour de Dieu), c’est donc un choix personnel et un engagement… Parce qu’autan Il nous respecte, autan nous devons Le respecter et Le prendre au sérieux. C’est en nous approchant de Lui au travers de Jésus-Christ que l’on apprend de Lui (c’est une réalité), c’est en lisant Sa parole (la bible) dans une attitude d’humilité. Intellectualiser Dieu (avec tout le respect que je vous dois) c’est faire l’homme dieu et le laisser prendre la place de Dieu. On ne peut pas intellectualiser Dieu et Le borner à nos limites. Dieu n’est pas limité. Voici mon avis.. Fraternellement

  36. Etoile

    Excusez moi, mais pour finir… Malheureusement, de nos temps le mot amour et galvodé. On croit qu’aimer c’est tout tolérer alors que la plupart du temps ce sois disant amour conforte l’autre dans ses erreurs et son pêcher (ou est l’amour si ça ne conduit pas notre prochain à être plus heureux, à le valoriser? Si au contraire ça le conduit dans l’avilissement?). Dieu aime profondément le pêcheur, mais Il hai le pêcher!!! Il ne condamne pas, mais Il souhaite que nous fassions les bon choix!!!!

  37. Myriam

    Mon coeur est attristé par ce message et je le met sérieusement en doute pour ma part. Je prône une réconciliation entre les catholiques et les protestants (qu’ils forment une seule église), mais cela est impossible, car dans ces deux église une doctrine différente est prêché. Il faudrait que d’un côté ou d’un autre, quelqu’un cède à des compromis. Le coeur de ces croyances c’est que Jésus est mort sur la croix pour nos péchés et ressuscité par la suite. Le catholicisme ajoute qu’il faut aussi prier Marie et des Saints, souvent à l’aide de statues. Or Dieu a dit de ne pas se faire d’idole ni de représentations de ce qui est en haut dans le ciel ou en bas sur la terre pour l’adorer et se prosterner devant elles. Jésus a dit qu’il est le seul chemin et qu’il est aussi la vérité et la vie et que nulle ne vient au Père que par lui. Jésus a dit que si nous demandons quelque chose en son nom, quoi que nous lui demandions, cela nous sera accordé par son Père qui est dans les cieux. Il est aussi dit dans la Bible que Jésus est le seul médiateur entre Dieu et les hommes. Certaines églises catholiques n’encourage pas les croyants à lire la bible entièrement, librement et tel quel. Pourtant Dieu nous dit bien de garder sa Parole contre notre coeur et que heureux sera celui qui plonge chaque jour le regard dans la loi parfaite de son Dieu. Il est dit que la Parole est Esprit et vie. « Au commencement était la Parole et la Parole était avec Dieu et la Parole était Dieu » : La Parole dont on parle ici c’est Jésus. Jésus est la lumière du monde. Au cours de son ministère auprès des malades et des autres gens dans le besoin, il n’a jamais demandé aux gens d’aller voir sa mère ou des saints. Il allait lui-même vers les gens. Avant de mourir sur la croix, à l’agonie, il a demandé à un disciple de prendre soins de sa mère et que elle prenne soins de ce disciple comme son fils. Il savait que Marie allait avoir besoin d’être consolé, comme son disciple, et il a fait cette arrangement pour mettre un baume sur la douleur de sa mère. Si celle-ci aurait été une sainte, il n’aurait pas eu besoin de placer quelqu’un pour prendre soins d’elle. Jésus ne méprisait pas ces parents, bien au contraire, car il a obéi à ses parents toute sa jeunesse. Par exemple, lorsqu’il était resté au temple pendant que Marie et Joseph le cherchait, il a accepté de rentrer avec eux sans résister, même si il savait qu’il aurait eu raison de résister. Jésus, s’adressant à ses parents, a dit : « Ne comprenez-vous pas que je dois m’occuper des choses de mon Père maintenant? ». Mais, aussi, Jésus n’adorait pas ses parents et, devenu adulte, il a répondu ceci à ceux qui était venu le voir en disant que ses parents et ses frères le cherchait : « Ma mère, mon père et mon frère ce sont tout ceux qui écoutent la Parole de Dieu et qui la mette en pratique ».
    Seigneur, veuille éclairer tes enfants et leur assurer la bonne voie, au nom de Jésus, Amen.

  38. Myriam

    Je réfléchis encore sur ce que je viens de lire et je souhaite ajouter quelque chose. J’ai été douce, mais je tient à préciser que personnellement je condamne toute forme de prière fait à quelqu’un autre que Jésus, Dieu le Père ou le Saint-Esprit. Il est écrit : Tu adoreras le Seigneur ton Dieu et tu le servira lui seul. Or Dieu, comme dit dans la Bible, c’est Dieu le fils, Dieu le Père et Dieu le Saint-Esprit (la trinité). J’ai ajouté cela après avoir remarqué (ou plutôt interprété) dans certains commentaires un sentiment de fausse sécurité par rapport aux idées que ceux-ci rapportent. Je trouve particulièrement choquant que voir un commentaire encourager les chrétiens évangéliques à essayer de prier les anges ou marie. Dans l’Apocalypse, le disciple voit un ange et il tombe à ses pieds. L’ange lui dit alors de se garder de le faire, qu’il est son compagnon de service et celui de ses frères qui ont le témoignage de Jésus. L’ange ajoute : « Adore Dieu. -Car le témoignage de Jésus est l’esprit de la prophétie. » Pardonné mon insistance. Que Dieu vous bénisse!

  39. BELLO

    Ne nous trompons pas et ne nous laissons pas entrainer par toute sorte de vent. la Bible est claire, tout ce qui ne glorifie pas Jésus est idolatrie.
    Marie a été un moyen pour que le Fils de Dieu vienne sur la terre pour sauver l’humanité. Marie n’est pas la mère de Jésus, car jésus n’a pas de mère, mais un Père, Dieu du Ciel.
    Jésus en partant au ciel a confié marie et ses frères à l’un de ses disciples et non le contraire. Donc Marie même a besoin de croire à Jésus pour etre sauvée. la preuve qu’elle et les frères de jésus sont venus le voir en plein enseignement, il a dit qui sont ma mère et mes frères, ce sont ceux qui l’écoutent et croient en lui.
    Ne détournons pas la parole de Dieu, Ce que la Bible ne dit pas expressement ne l’inventons pas et n’ajoutons rien à la Parole de Dieu.

    Que Dieu bénisse ceux qui pratiquent la Bible et font la volonté de Jésus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *