Glorious poursuit son évangélisation des jeunes

Glorious - Lyon centre

Nous en avons beaucoup parlé (lire ici) – et continuons donc. Zenit leur consacre un article que nous publions ici.

Des soirées concert-louange, prédication et partage pour les jeunes de Lyon

Tous les jeudis soir à Lyon-Centre, dans un complexe paroissial unique, le groupe chrétien Glorious et une soixantaine de jeunes bénévoles animent une soirée de prière dynamique. Ces jeunes « décomplexés » ont parié sur le trio gagnant d’une soirée alliant la louange sur des rythmes pop-rock, la prédication et un temps de partage (« connect-group »).

« Viens te connecter à l’essentiel, viens rejoindre une génération qui prend sa place dans l’Eglise » : telle est l’invitation des organisateurs de Lyon-Centre, des jeunes qui s’estiment « heureux » de vivre leur foi d’une manière « décomplexée ».

Le projet a été lancé par le groupe Glorious, en lien avec le prêtre de la paroisse Sainte-Croix à Lyon, le père David Gréa. La chapelle du Sacré-Cœur attenante à la paroisse et jusqu’alors à l’abandon, a été totalement réaménagée en salle de concert.

La chapelle s’inspire des « Méga Church » évangéliques australiennes. Les chapiteaux gothiques de la chapelle se mêlent aux écrans géants, système son, show lumière et insonorisation. Une grande statue du Sacré-Cœur, illuminée lors des concerts, domine la scène et l’assemblée.

Depuis décembre 2008, chaque jeudi soir de 19h45 à 21h30, le « staff accueil » (une trentaine de personnes), se met à la disposition des quelque 250 à 300 personnes présentes (en moyenne) à ce rendez-vous hebdomadaire.

Le programme de la soirée de ces jeunes (et moins jeunes puisque les participants ont entre 10 et 70 ans) : un temps de louange animé par le groupe Glorious, suivi d’une prédication dirigée par le père Gréa et d’un temps de partage en groupes de 10 appelés « connect-group ». La soirée se termine par un temps de prière.

« Nous remettons nos vies à Dieu et nous prions à notre manière », estiment encore ces jeunes qui trouvent ici un « nouvel élan » pour leur prière et découvrent ou redécouvrent la foi chrétienne. Pour les organisateurs, il s’agit d’un « outil exceptionnel » pour l’Eglise du XXIe siècle.

Le diocèse de Lyon et de nombreux mécènes privés ont apporté leur soutien à ce projet.

Une réflexion au sujet de « Glorious poursuit son évangélisation des jeunes »

  1. CHICLET

    Bonjour,
    Je voulais donner mon point de vue sur l’ évangélisation.
    Je suis responsable (laïque) d’une aumônerie de jeunes de 4ème 3ème . Avec 45 jeunes, c’est l’une des plus grosses (en effectif) des paroisses du diocèse, et pourtant, comparé au nombre d’habitants, ce chiffre reste très très faible.
    Bref, après une jeunesse assez engagée dans l’Eglise, je m’en étais éloignée à l’âge des études supérieures et lors de mes 1ères années de travail, prise dans le tourbillon de la vie. Invitée à participer à une rencontre d’éveil à la Foi pour mes enfants, je m’y rends. Le prêtre qui nous a accueilli alors m’a fait revenir vers le Christ et vers l’Eglise et surtout m’engager en catéchèse. Pourquoi ?
    Une seule explication pour moi après plusieurs années avec les jeunes. Ce prêtre m’a montré le visage du Christ, un visage aimant, un visage d’amour sans attente de contre-partie. C’est maintenant, ce que j’essaie de transmettre aux jeunes, témoigner de cet amour en leur faisant rencontrer des témoins anonymes, comme eux, et en les faisant agir ensemble dans des actions de témoignages (activités humanitaires, etc…).
    Avec ce prêtre, les messes étaient une fête, la Chapelle était bourrée à craquer (plus de 200p à chaque messe du samedi soir), avec de nombreux enfants au pied de l’autel en train de dessiner calmement. Ils étaient parmi nous, partie intégrante de notre communauté, et pas éloignés pendant les lectures. Curieusement, le bruit (inévitable) des enfants ne nous gênait pas. Ils avaient appris à respecter le silence des temps de prière. Au moment de la communion, ils recevaient un petit papier portant une parole et un dessin, qu’ils pouvaient relire à la maison avec leurs parents. Les chants éclataient dans l’église. Un groupe de jeunes s’était formé et animaient les messes avec des chants plus modernes (Emmanuel, …). Mais voilà, changement de prêtre et retour à une messe triste, très rituelle, « protocolaire », les enfants éloignés, des chants « notés », etc… De 200p les messes sont tombées à 80p avec presque plus de jeunes.

    Depuis, avec les animateurs de catéchèse, nous essayons de redonner un peu de ce dynamisme perdu. Mais, malgré l’aide de l’Esprit Saint, c’est très dur.
    Glorious est un groupe formidable, qui nous aide à redonner cet élan. Tous les jeunes de mon aumônerie le plébiscite. Les concerts de louange à Dijon réunissent chaque fois environ 1000p dont la plupart des jeunes, mais ce n’est qu’1 fois par an !
    Bref, il en faut pour tous, mais redonner un peu de modernité dans l’Eglise, c’est important, tout en gardant le rituel actuel . Trop de paroisses meurent de ce manque de « modernité » (sans en arriver aux « messes-concerts » des évangélistes).
    Il faut redonner de la place aux jeunes dans les célébrations. L’Esprit Saint fera le reste, j’en suis persuadée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *