La Chine vit un réveil des religions

Catholiques - Chine

Au sein de la partie « officielle » de l’Eglise catholique, le nombre des baptêmes est en hausse significative, fait observer « Eglises d’Asie » (EDA), l’agence des Misisons étrangères de Paris. On parle de renouveau de l’évangélisation des paroisses. Dans sa lettre aux catholiques de Chine, Benoît XVI exhortait justement les Chinois à se lancer dans une nouvelle évangélisation : « Le Pape Jean-Paul II a souligné avec force et vigueur : la nouvelle évangélisation exige l’annonce de l’Évangile à l’homme moderne, en étant conscient que, comme durant le premier millénaire chrétien la Croix fut plantée en Europe et durant le deuxième millénaire en Amérique et en Afrique, de même, durant le troisième millénaire, une grande moisson de foi sera recueillie dans le vaste et vivant continent asiatique. »

Nombre d’études l’indiquent depuis des années déjà : la Chine vit un « réveil des religions » et, si la soif spirituelle des Chinois « profite » à toutes les religions et mouvements religieux, il semble que ce soient les Eglises chrétiennes, notamment protestantes, qui attirent à elles le plus grand nombre de nouveaux croyants. Un article récemment publié dans le journal catholique Xinde (‘La Foi’) montre que l’Eglise catholique n’est pas tenue à l’écart de cette tendance et précise que le nombre des baptêmes est très nettement en hausse lorsque l’Eglise sait se montrer entreprenante dans le domaine de l’évangélisation. Là où les catastrophes naturelles, tel le tremblement de terre du Sichuan, sévissent, le nombre des catéchumènes est aussi en très nette hausse.

Dans un article publié le 22 avril, Xinde, qui est édité à Shijiazhuang, dans le Hebei, par les dynamiques Presse de la foi du Hebei, indique que, depuis le début de cette année, 22 308 personnes ont été baptisées dans la foi catholique en Chine. Ce décompte recoupe les données fournies par 90 des 97 diocèses de la partie « officielle » de l’Eglise ; il ne tient donc pas compte des baptêmes administrés au sein de la partie « clandestine » de l’Eglise (1). Il est indiqué que les chiffres communiqués par certains diocèses sont incomplets et ne rassemblent que les baptêmes célébrés dans les paroisses des grands centres urbains. Quoi qu’il en soit, le nombre des baptêmes est, cette année, en augmentation de près de 40 % en comparaison des chiffres de l’an dernier. Selon Xinde, cette augmentation est à mettre au compte des efforts en matière d’évangélisation déployés en réponse à l’appel du pape Benoît XVI pour l’année jubilaire (juin 2008-juin 2009) consacrée à saint Paul, à l’occasion du deuxième millénaire de la naissance de l’« apôtre par vocation » (Ro 1,1).

Très concrètement, il semble qu’une catastrophe naturelle comme le tremblement de terre qui a ravagé une partie du Sichuan en mai 2008 contribue à amener de nouveaux fidèles à l’Eglise. Ainsi, rapporte le journal, avec 390 baptisés, le nombre des nouveaux catholiques a doublé cette année dans le diocèse de Chengdu. Selon le P. Peter Wu Xianliang, de Chengdu, les gens qui ont vécu l’épreuve de ce tremblement de terre ressentent un plus grand besoin de soutien spirituel et religieux. Dans le diocèse voisin de Chongqing, lui aussi durement touché par le séisme, 1 400 baptêmes ont été célébrés à Pâques, soit un chiffre trois fois supérieur à celui de l’an dernier.

Ailleurs, dans le pays, l’augmentation du nombre des baptisés peut être moins conséquente, elle n’en demeure pas moins riche d’enseignements. A Tianjin, grande métropole portuaire située à l’est de Pékin, la paroisse de Yixingbu a célébré neuf baptêmes à Pâques. Le chiffre est modeste mais l’événement est significatif pour les paroissiens car ce sont les premiers nouveaux baptisés de la paroisse depuis des décennies. Selon un paroissien, Yixingbu est une paroisse qui ne s’est pas véritablement relevée des persécutions, commencées dans les années 1950. L’église paroissiale a été confisquée durant la Révolution culturelle (1966-1976) et, à ce jour, elle n’a toujours pas été rendue au culte. Dans les années 1980, lors de la réouverture des églises, les paroissiens ont pris l’habitude de se joindre à d’autres paroisses alentours. Ordonné en 1995, le P. Yuan Shuguo a été nommé il y a peu curé de Yixingbu ; pour pallier l’absence de lieu de culte, il a loué un local commercial et appelé les paroissiens à s’y rassembler. Aujourd’hui, témoigne-t-il, ils sont au nombre de 300 environ et les neuf baptêmes célébrés à Pâques sont un encouragement pour eux à s’impliquer dans le travail d’évangélisation. « Neuf baptêmes, c’est peu sans doute, mais cela marque le renouveau de l’évangélisation dans la paroisse », souligne-t-il (2).

(1) La tenue des statistiques concernant l’Eglise catholique en Chine est un art délicat. Le catholicisme figurant au nombre des religions officiellement reconnues (bouddhisme, taoïsme, islam, catholicisme, protestantisme), les catholiques sont officiellement dénombrés et les statistiques gouvernementales donnent le chiffre de 5,3 millions de fidèles. Selon une estimation du Centre d’études du Saint-Esprit (du diocèse de Hongkong), le chiffre réel avoisine sans doute les 12 millions de fidèles. Au sujet du nombre des diocèses, le Saint-Siège en compte 138 (116 étant actifs et 22 étant considérés comme n’étant plus actifs) ; le gouvernement chinois, lui, en compte seulement 97 (du fait des regroupements opérés au sein des instances « officielles » de l’Eglise ces dernières années pour faire, en partie, coïncider les limites des diocèses avec les frontières des circonscriptions administratives civiles).

(2) Ucanews, 28 avril 2009. x<

Une réflexion au sujet de « La Chine vit un réveil des religions »

  1. chine

    de toute façon elle est super belle la chine!!! et une culture très riche que j’adore j’ai visité la chine dernierement c’etais comme un rêve je vais surement revisiter ce beau pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *