La Mante Religieuse: n’écoutez pas les critiques!

La Mante religieuse

A l’occasion de la sortie en salles de La Mante Religieuse, Anuncioblog reprend du service. Nous commençons avec Aubry, qui nous raconte l’histoire de ‘Manon’.

Manon porte très bien ce look un peu ébouriffé où voisinent, dans un piquant mélange nourri par les stylistes de H&M, jean Mystery de Salsa (qui ‘sublime vos formes’), un soutien-gorge corbeille et son ‘adorable petit tanga rouge’ qui débordent à dessein (si je puis dire …) de son caraco à la Beyoncé mal ajusté. Si elle ne cachait plus ou moins bien tout cela sous une petite veste noire et la longue masse soyeuse de ses cheveux châtains savamment en désordre, vous  apercevriez sans doute, cinq étoiles diamantées constellant l’oreille droite et le dard noir d’un scorpion, tatoué à l’endroit même où l’étoffe délavée du jean laisse entrevoir la peau.

En ce moment, Manon est la copine de Kevin. Elle l’a en fait rencontré sur www.adopteunmec.com (‘c’est frais !’) et ils se voient de temps en temps quand il ne regarde pas un match avec ses potes en engouffrant pizzas spéciales Mundial 2014 et canettes de 33 Export (pas chères quand on les prend par pack de 24 chez Leader Price). Quand il n’est pas trop  ‘déchiré’ par quelque excès de mousses, Kevin est mignon. Manon a même un selfie d’eux deux sur la page d’accueil de son Samsung Galaxy et sur sa page Facebook.  Et lui, Kevin, il est content : il a une moto, un Iphone 5C avec une coque Brazil jaune, bleue, noire et verte, un téléviseur LG grand écran 3D, une paire de Nike Magista et … une copine. La mère de Manon – qui élève seule ses deux dernières filles à Créteil depuis que leur père s’est installé à Marseille avec sa ‘s… d’ex-collègue de boulot’  – croit même que Kevin est son ‘fiancé’.

 Mais des ‘fiancés’, elle sait qu’elle en a déjà eu pas mal, Manon(*). 

Et elle leur a déjà beaucoup donné à chacun des signes de son attachement : faire une petite gâterie dans le bus à la sortie de classe des terminales ou mater régulièrement avec sa bande un film porno téléchargé illégalement sur internet  dans la piole d’un copain. Elle a même accepté un jour un ‘plan à trois’ pour faire plaisir à ce ‘c…… d’Anthony’ qui l’avait persuadée qu’elle était ‘bi’ ! Au début, elle voulait voir, car si on en croit la télé, les magazines féminins et les forums sur Internet, ça se fait couramment aujourd’hui. Mais Manon se dit que, chaque fois, ca lui laisse un goût amer, le sentiment que ce n’est pas en fait des trucs très clean.

D’ailleurs, elle n’a pas l’air comme cela, Manon, mais elle sait une chose : c’est qu’elle ne sait pas très bien où elle en est.

Comme la plupart des jeunes de sa génération, elle ne sait pas très bien (derrière son enfilage de petits boulots, ses sorties en boite, ses après-midi shopping avec ses copines au centre commercial – où elle crame trop vite son maigre salaire – et ses heures infinies passées devant l’écran de son ordinateur) si sa vie a du sens. Elle aimerait participer à ‘Master Chef’, être riche et insouciante comme Paris Hilton ou être invitée au mariage de Kim Kardashian et de Kanye West. Mais elle ne croit pas qu’elle puisse accéder un jour à ce monde-là que lui révèle à longueur de pages : Elle, Grazia, Voici, Public ou Paris-Match. Manon ne croit pas à grand’ chose, ni en grand monde d’ailleurs. Et ce n’est pas l’actualité qui va la persuader du contraire !

Elle sait qu’elle a eu à deux reprises l’envie d’avaler plusieurs tubes de médocs pour en finir comme déjà deux de ses amies. Elle sait qu’avec Kevin, elle fume de plus en plus de ‘beuh’ pour partir un moment ailleurs. Elle sait qu’elle ne va pas si bien que cela quand elle doit s’enquiller dans la même journée ses 53 minutes de RER, ses 102 décibels de bruits stridents à la cafétéria, ses 3,5 kilomètres de données administratives à saisir à la chaine sur son clavier et les innombrables tronches de zombie rencontrées au gré de ses déplacements. Elle sait que, régulièrement, elle ne dort pas la nuit et que, même, elle pleure doucement quand elle pense à son avenir.

Elle ne prie pas, et pour cause : Dieu, elle ne l’a jamais rencontré. Elle ne sait même pas qui c’est !

Si ! Elle a bien vu qu’il y a des grands bâtiments tarabiscotés qu’on appelle des églises. Elle y est même entrée une fois. Avec une copine, par curiosité, mais bon, il ne s’y est rien passé de particulier. A part, cet homme avec son slip bizarre, cloué tout nu sur une croix de bois, que les gens appellent Jésus et qu’on voit partout. Mais bon, vu son état, elle a du mal à s’imaginer qu’il est encore vivant et qu’il puisse faire quelque chose pour elle…

Pour se changer la tête, elle préfère regarder des clips en boucle ou mater un film, avec ou sans Kevin. Pendant deux heures au moins, elle est ailleurs.

Des films, des vidéos, elle en voit pas mal ; surtout quand elle trouve les acteurs beaux, qu’elle les a vus à la télévision ou qu’on a parlé d’eux dans les rubriques People des magazines qu’elle feuillette chez le coiffeur. Elle va les voir au cinéma ou elle les regarde en VOD – plus ou moins légales – sur un ordi.

Bientôt ou un jour, elle verra ‘La Mante Religieuse’, le film avec Mylène Jampanoï (‘trop belle !’), sorti le 4 juin 2014. L’affiche est rouge et noire – ses couleurs préférées – et elle sent bien que l’histoire va lui plaire. Ca semble chaud, intense, un peu noir peut-être, comme ces films qu’elle avait ‘kiffés grave’ quand elle était ado. Et visiblement, elle n’est pas la seule à se laisser tenter si on en croit le buzz et le nombre de salles qui l’affichent.

Mes amis, Manon (et sans doute Kevin) verra ‘La Mante Religieuse’ grâce à nous, à chacun de nous.

Et là dans le mystère de son cœur, elle aura peut-être la chance de regarder le monde et son avenir différemment. De faire une rencontre avec le ‘Tout Autre’. De découvrir que si elle ne croit pas en Dieu, « Lui, au moins, croit en elle » (merveilleuse scène magistralement jouée par Genevève Casile de la Comédie Française). Elle aura peut-être une chance de prendre la mesure de l’indestructible puissance de l’Amour.  Manon ne sortira pas indemne de cette histoire dont elle ne cessera de parler et de reparler avec ses copines, sa mère, à la cafét’, au bureau, avec Kevin (peut-être …). Et nous devons lui permettre, leur permettre, de vivre cet instant.

Comment ? C’est très simple.  En allant nombreux (sans nos jeunes enfants, quand-même …) voir ou revoir ‘La Mante Religieuse’ de Natalie Saracco qui sort dans les salles le mercredi 4 juin prochain.

Quelle que soit votre disposition d’esprit, vous serez saisis par le film et aurez plaisir à en reparler autour de vous, par mail ou sur votre page Facebook !

Or, tout va se jouer les 4, 5, 6, 7, 8, au mieux 9 juin 2014 !  Si les salles sont bien remplies, vous accroissez mécaniquement (c’est la loi d’airain de l’industrie du cinéma) la durée de mise à l’affiche, la promotion, les copies clandestines (et oui !) et le nombre de salles projetant cette œuvre intelligente et sensible. Et vous accroissez automatiquement les chances de Manon, Kevin et leurs amis de pouvoir rencontrer Celui qui n’est qu’Amour avec un grand A, à un moment et sous une forme qui peut les toucher, là où ils sont, là où ils en sont.

J’ai entendu les critiques véhémentes et respectables de ceux qui vous diront que ce film est ‘inutilement trash’, qu’il ne ‘respecte pas la figure du prêtre’, qu’il  ‘caricature l’Eglise’ ! Je sais qu’il met en scène des situations et des personnages que beaucoup trouveront ‘limites’. Je l’ai vu deux fois. J’ai compris qu’il s’inscrit dans des vies qui ne sont pas obligatoirement les nôtres. Il reste une fiction. Mais il est aussi une sorte de Bible des temps modernes où Dieu parle à nos cœurs, à nos âmes, à nos intelligences par les fêlures de notre humanité.

En son temps aussi, Jésus n’était pas ‘casher’. Il prenait ses repas avec les païens, passait du temps avec Marie-Madeleine, les prostituées ou les femmes adultères. Il guérissait les malades le jour du Sabbat. Ses disciples n’étaient majoritairement pas trop dans les normes.  Et les Pharisiens s’en émouvaient avec véhémence, allant jusqu’à le faire crucifier pour témoigner de leur fidélité à l’ancienne Alliance. J’espère surtout que vous aurez le bonheur – comme de plus en plus de personnes – de rencontrer, d’écouter (ou de regarder sur www.jaimelamante.com) Natalie Saracco, la lumineuse créatrice et réalisatrice de ce film qui a vraiment quelque chose de très important à nous dire.

Aubry

 

(*) « Sexe : ce que vous cachent les jeunes » (L’Express) – « 15 % des Français ont déjà fait un ‘plan à trois’ » (Madame Figaro) – « Amour sexo » (Marie-Claire)

2 réflexions au sujet de « La Mante Religieuse: n’écoutez pas les critiques! »

  1. vivien

    Hey !!

    Le film est au saint andre des arts a paris , le vendredi soir prochain, plus il y a de monde, plus il y a de chance qu il soit a nouveau a l affiche le vendredi soir suivant !
    Il faut le voir il est top

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *