Le synode pour l’Afrique abordera l’oeuvre urgente d’évangélisation

En Afrique aussi, l’évangélisation est une urgence. La priorité du Synode pour l’Afrique « concerne l’oeuvre urgente d’évangélisation qui a comme reflet indissociable la promotion humaine dans le contexte du continent africain », selon le secrétaire général du Synode, Mgr Nikola Eterovic.

A deux jours de l’ouverture de la seconde assemblée synodale pour l’Afrique, le secrétaire général du Synode, Mgr Nikola Eterovic, a tenu un briefing de présentation de l’événement, le 2 octobre au Bureau de presse du Saint-Siège.

Dans sa présentation, Mgr Eterovic a rappelé le thème de cette seconde Assemblée synodale : « L’Église en Afrique au service de la réconciliation, de la justice et de la paix. ‘Vous êtes le sel de la terre… Vous êtes la lumière du monde’ » (Mt 5, 13. 14).

« Être le sel de la terre et la lumière du monde est la vocation de chaque chrétien », a-t-il ajouté. « Ces paroles, qui sont valables pour les chrétiens de tous les temps, sont adressées d’une manière toute particulière aux fidèles de l’Afrique en ce moment de leur histoire ecclésiale et sociale ».

Tout en soulignant la continuité avec la première assemblée synodale pour l’Afrique (1994), Mgr Eterovic a affirmé que les père synodaux, après avoir « affronté différents défis, ecclésiaux, sociaux et politiques qui, malheureusement, sont pour la plus grande partie encore actuels », désirent aujourd’hui « approfondir la mission de l’Église au service de la réconciliation, de la justice et de la paix ».

Le dynamisme de l’Eglise africaine

Le secrétaire général du Synode a notamment évoqué le dynamisme de l’Eglise en Afrique. Ainsi, de 1978 jusqu’en 2007, le nombre des catholiques africains est passé de 55.000.000 à 146.000.000. Les vocations au sacerdoce et à la vie consacrée ont également connu une remarquable croissance.

Pour Mgr Eterovic, « l’un des signes de fécondité apostolique sont les vocations missionnaires en Afrique ». « On compte toujours plus de prêtres, de religieux, de religieuses et de laïcs qui accomplissent le service pastoral auprès des autres Églises particulières en Afrique ou sur d’autres continents ».

« Avec la Bonne Nouvelle, ils s’efforcent de promouvoir l’activité d’éducation et d’assistance de l’Église, en offrant une formation intégrale, humaine et chrétienne, aux nouvelles générations », a-t-il salué. « En même temps, ils cherchent à soulager les plaies ouvertes dans l’esprit et dans le corps de leurs frères face aux grands défis du sous-développement et, donc, de la faim, des maladies, des violences, y compris les guerres ».

Récitation du chapelet pour et avec l’Afrique

« Être toujours plus le sel de la terre et la lumière du monde est la grâce que l’on obtient par la prière », a affirmé Mgr Eterovic.

Samedi 10 octobre au soir, Benoît XVI guidera la prière du chapelet avec l’Afrique et pour l’Afrique, en liaison télévisée, via satellite, depuis la salle Paul VI avec les universitaires de 9 capitales africaines : Le Caire (Égypte), Antananarive (Madagascar), Kinshasa (Rép. dém. du Congo), Nairobi (Kenya), Johannesburg (Afrique du Sud), Maputo (Mozambique), Khartoum (Soudan), Onitsha (Nigeria) et Ouagadougou (Burkina Faso).

Source : Zenit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *