Benoît XVI : « Le prêtre propose la vérité qui est le Christ »

Benoît XVI - évangélisation

« Souvent la voix du prêtre semble résonner dans le désert, et c’est là sa force prophétique, celle de ne pas se laisser homologuer par les cultures ou mentalités dominantes » a souligné le pape. Pour Benoît XVI, le sacerdoce est une « réponse en vue de devenir annonciateur de la vérité du Christ », donc à participer à l’évangélisation, être la voix du Bon Pasteur.

Lors de l’audience générale place Saint-Pierre, devant 16.000 fidèles, Benoît XVI est revenu sur le ministère ordonné, « une réalité féconde qui configure le prêtre au Christ dans l’exercice de sa triple fonction d’enseigner, sanctifier et gouverner. Pour comprendre ce que veut dire agir ‘in persona Christi capitis’, à la place du Christ Tête, ainsi que les devoirs qui en découlent pour le prêtre, il faut comprendre qu’il représente Jésus, toujours présent dans l’Eglise. C’est pourquoi le prêtre agissant ‘in persona Christi capitis’ ne remplace pas un absent mais manifeste la personne même du Ressuscité. La triple mission du prêtre représente clairement ce juste mode de représentation, d’autant que ce sont les trois actions du Christ qui enseigne, sanctifie et guide aujourd’hui l’Eglise. »

A propos du « munus docendi », Benoît XVI a dit que le prêtre « enseigne au nom du Christ présent. Il propose la vérité qu’est le Christ. Ce que dit de lui le Christ est valable pour chaque prêtre : ma doctrine ne m’appartient pas. C’est la voix et la parole du Père. Ainsi le prêtre doit agir, sans proposer ses idée, mais ce qui vient de la bouche et du coeur du Christ, en présentant l’unique doctrine qui a donné forme à l’Eglise et à la vie éternelle. L’enseignement que le prêtre est appelé à offrir, les vérités de foi, il doit les vivre et les exprimer intensément. Souvent la voix du prêtre semble résonner dans le désert, et c’est là sa force prophétique, celle de ne pas se laisser homologuer par les cultures ou mentalités dominantes. Ainsi montre-t-il la seule nouveauté en mesure de renouveler l’homme en profondeur, de lui montrer que le Christ est vivant et que Dieu nous est proche et qu’il agit au coeur du monde ».

Dans la prédication, la catéchèse et l’enseignement, le prêtre enseigne « principalement dans le livre non écrit qu’est sa vie sacerdotale, sans la prétention d’imposer ses vues mais avec l’humble certitude de qui a rencontré la vérité, en a été enveloppé et transformé au point de pouvoir l’annoncer. De fait, le prêtre ne choisit pas le sacerdoce pour lui, pour trouver une sécurité et acquérir une position sociale. Le sacerdoce est réponse à l’appel du Seigneur, réponse en vue de devenir annonciateur de sa vérité, non de la notre. Le peuple chrétien veut trouver dans l’enseignement des prêtres la bonne doctrine de l’Eglise, l’Ecriture, les Pères et Docteurs, le Catéchisme de l’Eglise catholique ».

« L’ordination sacerdotale veut dire plonger dans une vérité qui n’est pas un banal concept, un ensemble d’idées destinées à transmettre et comprendre. Elle est entrer dans la personne du Christ ». Benoît XVI a conclu en disant son voeu de voir le saint curé d’Ars servir de modèle aux prêtres d’aujourd’hui, afin que les croyants reconnaissent en eux la voix du Bon Pasteur.

Source : Vatican Information Service

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *