Archives mensuelles : mai 2011

Anuncio au coeur du Festival de Cannes 2011

Après 14 heures de voiture, la Casa Anuncio a débarqué à Cannes pour préparer la deuxième édition du Festival de Cannes d’Anuncio. Installée chez la Famille Missionnaire de Notre-Dame, la Casa a accueilli avec joie dix jeunes de Jeunesse Lumière ainsi que quelques jeunes venus spécialement de Paris.

Le curé de la paroisse de Cannes nous a accueilli dans l’Église Notre-Dame-de-Bon-Voyage, en face des marches du Palais des Festivals. Puis sont arrivés les musiciens d’Ein Guedi, venus donner un concert pendant trois soirs devant l’église. Les jeunes missionnaires ont alors pris un temps de louange avant d’être envoyé deux par deux en mission pour inviter les festivaliers au concert ou à la veillée d’adoration. Cela a été l’occasion de faire de belles rencontres, comme en témoigne Grégory, 30 ans : « J’ai rencontré un jeune dans la rue. Je lui ai proposé de redécouvrir la présence de Dieu dans sa vie, parce qu’il était baptisé et que cela faisait très longtemps qu’il n’était pas rentré dans une église. Il m’a dit « Pourquoi pas ? ». On y est allé ensemble ; il est venu avec moi jusqu’à l’autel et on a prié. J’ai été très touché car j’ai prié pour lui, mais après c’est lui qui a prié pour moi. Quand je suis parti, il a choisi de rester prier dans l’église. »

Lidy, jeune tchèque membre de JL, a fait la même expérience : « Ce qui m’a touché, c’est la rencontre avec les différentes personnes. J’ai rencontré deux dames musulmanes qui m’ont
confié qu’elles allument souvent des bougies à Notre-Dame-de-Paris. J’ai compris qu’elles avaient une vraie relation avec Marie. Au cours des rencontres, j’ai senti la grâce de Dieu agir : les gens rentrent dans l’église et remercient beaucoup. C’est un super grand cadeau de Dieu! ».

Dans le programme de cette mission, les matinées étaient consacrées à la formation et l’oraison. Un temps pour approfondir le sens de l’évangélisation. Cela a été l’occasion de redécouvrir la Charité au cœur de la rencontre missionnaire : Jean-Marie, 25 ans, affirme ainsi : « J’ai appris pleins de nouvelles choses : une façon plus intense de mieux accueillir l’autre, de se laisser toucher par l’autre, d’être entièrement disposé à lui, de consacrer son temps pour l’autre, et que pour l’autre. Mettre tout le reste de côté. » Pour Bastien, Suisse de 20 ans, cela a aussi été un moyen d’approfondir la mission : « Si on veut annoncer le Christ, il faut secouer les gens, non pas par la violence, mais par notre joie et notre audace. Il faut se montrer plus humble qu’eux, se mettre en dessous d’eux pour être transparent à Dieu et être toute porte ouverte pour eux. »

Cette expérience d’évangélisation a permis à Sarah, 21 ans, de redécouvrir l’élan missionnaire : « Plus on va à la rencontre des gens dans la rue, plus cela donne envie d’y aller. Tout le monde est tellement différent ! Ou plutôt, chacun est unique ! » Grégory a aussi goûté à l’évangélisation sur la plage : « C’est vraiment différent de la rue, on a vraiment le temps de la rencontre. J’ai été touché par la diversité des personnes rencontrées : athées ou très rationnelles, très croyantes ou paumées ; des Italiens, des Tchèques, des Juifs, des Musulmans. C’est très intéressant et enrichissant. »

En plein milieu du Festival de Cannes, les jeunes d’Anuncio ont eu le droit à un temps de repos bien mérité. Quoi de mieux que l’île paradisiaque de Lérins pour se retrouver et passer un temps de désert. Au programme? Repos, prière, silence et plage ! Un petit break qui a permis aux missionnaires de mieux se découvrir, de vivre un temps plus fraternel, et de se reposer en se laissant porter par la prière des moines de l’Abbaye de Lérins et la visite du père Daniel Ange.

De retour sur la Croisette, le Festival Anuncio a continué son animation de la paroisse Notre-Dame-du-Bon-Voyage. Les musiciens de Jeunesse Lumière et d’Anuncio jouent dans l’église pendant que des missionnaires partent à la rencontre des passants dans les rues et sur les plages. Jean-Marie a été plus particulièrement touché par une rencontre : « Une personne qui était plongée dans les bouquins depuis des années et qui cherchait à savoir qui était Jésus, et qu’il n’était pas Dieu. Elle semblait ne fonctionner qu’avec la tête, mais après une longue discussion, elle a bien voulue rentrer dans l’église, s’est agenouillé devant le Saint-Sacrement, avant de ressortir visiblement touchée en pleurant ». Bastien est allé à la rencontre de jeunes : « J’ai commencé la discussion comme Daniel Ange en disant : Vous savez prier? Cela m’a aidé à ouvrir une discussion et à donner mon témoignage. La personne semblait hyper intéressé et veux lire le bouquin qui fait partie de mon témoignage (La vraie vie en Dieu, ndlr), et m’a dit qu’elle voulait croire ».

Les soirées animées, portes de l’église grandes ouvertes, permettaient à tous les passants de rentrer dans l’église et de déposer une intention de prière au pied de l’autel où était exposé le Saint Sacrement. Les corbeilles d’intentions se sont remplies et ont été portées dans la prière lors de la messe en paroisse. Autant de demandes et de prières adressées à Dieu, dans toutes les langues et permises par les jeunes missionnaires. Un groupe de jeunes cannois a été très touché par cette église ouverte à tous. Grégory qui faisait son premier Festival de Cannes avec Anuncio trouve « cela particulièrement pertinent de proposer un endroit pour venir se poser et revenir à l’essentiel, dans ce Festival où tout est question d’apparence et où l’on n’arrête pas de courir ».

La mission de Cannes s’est terminée par une visite de la chambre d’Anne de Guigné, avant de partir pour Toulon, où le diocèse organisait une Flash Mob pour inviter les jeunes aux JMJ.

Si toi aussi tu veux vivre une expérience missionnaire : Anuncio te propose de rejoindre près de 700 autres jeunes pour animer le Festival Anuncio pendant les JMJ, les inscriptions sont encore ouvertes !

Habiter Internet

Je ne suis pas d’accord avec tout ce qui se passe dans la rue. Pourtant, j’y vais quand-même. Oh, je me suis posé la question : et si je boycottais la rue ? Et si, pour protéger mes enfants de ce qui s’y passe, je leur interdisais d’y aller ? Ce serait plus facile, il y a tant de dangers, tant de gens bizarres, sans parler de la violence et des accidents. Après tout, on peut bien se passer de la rue, car ce n’est qu’une voie de communication.

Non, je n’ai pas bu, je vais bien, merci. Je sais bien que ces réflexions sont un peu surréalistes. Je veux juste dire que, dans quelques années, celles que d’aucuns se font sur Internet paraîtront tout aussi étranges, voire plus. Je crois que beaucoup de chrétiens n’ont pas pris la mesure du Net, de ce qu’il représente aujourd’hui pour l’humanité. De son influence, de la façon dont il a modifié la vie humaine. Omniprésent, incontournable, globalisant, presque neurologique dans son fonctionnement, le Net n’est pas seulement un média comme le livre ou la télévision en leur temps. Il apporte une dimension nouvelle à la vie humaine, qui jusque là avait des sphères bien définies délimitant les relations interpersonnelles : mon corps, mes proches, mon travail, mon club, ma paroisse, ma ville, mon pays… Le Net dépasse, transcende, traverse et pénètre tout cela à la fois, s’en inspirant, le nourrissant. Pour moi, il n’a pas remplacé, limité ou atrophié les “vraies relations dans la vraie vie”, comme disent ses opposants, il les a enrichies, prolongées, multipliées, il en a créé de nouvelles. Et comme chrétien, je suis aussi chrétien sur Internet.

Je crois profondément – et c’est une vérité à méditer – que si Dieu avait voulu que je naisse au Moyen-Age, eh bien, il aurait pu le faire ! Je crois que l’époque dans laquelle nous vivons est très précisément l’époque dans laquelle nous sommes appelés à la sainteté, au témoignage de vie, à la charité active, à la prière, à l’évangélisation, avec toutes ses composantes, ses limites, ses péchés et ses possibilités technologiques. Je crois que nous sommes appelés, chacun à sa façon, à habiter le Net, à l’évangéliser, et à l’humaniser. A ne pas le laisser seulement aux commerçants, aux pornographes et aux journalistes, aux gouvernements, aux pirates et aux sectes, aux jeux en ligne et aux réseaux sociaux.

Prenons donc nos claviers de pèlerins, allons donc sur les places et sur les parvis, annonçons dans la joie Jésus-Christ, oui, habitons le Net !

Evangéliser avec Thérèse

“Evangéliser avec Thérèse” : c’est le thème de la prochaine soirée T, mardi 31 mai prochain. Marc et Florence de Leyritz, responsables des Parcours Alpha France, évoqueront comment sainte Thérèse de Lisieux nous invite à annoncer le Christ par l’évangélisation.

Les Soirées T* (T comme Thérèse) réunissent des personnes désireuse de prier pour les jeunes de leur entourage en les confiant à l’intercessions de Thérèse de Lisieux. Autour de ses reliques qu’abrite en permanence la chapelle Sainte-Thérèse d’Apprentis d’Auteuil (Paris16ème), les Soirées T* sont rythmées par des temps de louange, d’enseignement, d’intercession et d’adoration eucharistique.

Rendez-vous : mardi 31 mai à 20h15 – Chapelle Sainte-Thérèse – 40 rue Jean de La Fontaine – Paris 16ème
M° Jasmin / Eglise d’Auteuil / RER C : Av. du Pdt Kennedy – Parking possible

Pour en savoir plus : le blog des soirées T*

Un service public de la prière le 7 juin à Paris

Mardi 7 juin 2011, dès 20h30, au coeur de Paris, laissez des centaines de bénévoles prier pour vous et pour vos proches !

C’est une sorte de « service public de la prière » qui est proposée à toute personne qui le demandera, croyante comme non croyante, le mercredi 7 juin dès 20h30, à l’église Saint Augustin (Paris 8ème). Des membres du groupe de prière ‘Ephphatha’ co-animeront une grande veillée ouverte à tous, et gratuite.

Un service de prières mutuelles au cœur même des épreuves de la vie

C’est pour partager les innombrables grâces et dons reçus depuis près de douze ans que les membres des groupes de prière Ephphatha accueilleront ceux qui désirent confier leurs peines et leurs préoccupations à la puissance guérissante du Christ. Ephphatha animera cette soirée avec le soutien de paroissiens de Saint Augustin et de son curé : le Père Denis Branchu. Deux invités exceptionnels interviendront : Mgr Alain Castet, évêque de Luçon et Jean Vanier, fondateur de l’Arche.

‘et votre peine se changera en joie’ (Jn 16/20)

L’église St Augustin ouvrira ses portes dans un décor inédit de lumières et de fleurs, dominé par la toile de 36 m² réalisée par le peintre Malel et intitulée ‘ La rencontre’. Chanteurs et musiciens accompagneront les prières. Les personnes qui le désireront pourront être accueillies seules dans les chapelles latérales, pour être écoutées et bénéficier de la prière d’intercession à leurs intentions. Ephphatha  prolongera cette rencontre autour d’un buffet ouvert à tous. Les organisateurs s’y engagent : c’est avant tout la joie qui envahira toute la soirée !

Les groupes de prière Ephphatha n’en sont pas à leur premier coup d’essai. La formule est rodée. Elle en est à sa quatrième édition et répond à une demande profonde et grandissante comme en témoignent les succès rencontrés à l’église de la Trinité en 2006 et 2009 et à l’église Saint Pierre de Neuilly en 2010. C’est aussi une forme d’évangélisation.

Qu’est-ce qu’Ephphatha ?

Ephphatha  a été lancé spontanément en 1999 par deux couples catholiques que rien ne prédisposait pourtant à créer et animer un groupe de prière. Il existe à ce jour quatre assemblées Ephphatha à Paris, à Lyon, à Neuilly et à Londres … Ces assemblées de prière réunissent régulièrement de 20 à 80 participants aux domiciles des uns et des autres ( !), un mardi soir sur deux.  Elles permettent à chacun de découvrir (ou approfondir sa foi) et de se porter mutuellement par une prière simple, joyeuse et fraternelle. Ephphatha est ouvert à tous.

Plus d’infos : www.ephphatha.fr

Les pétitions peuvent faire avancer l’évangélisation

Quelle surprise de trouver sur le blog d’Edmond Prochain ce qui ressemble fort à une attaque en règle contre les pétitions et leurs coreligionnaires. Si d’ordinaire je suis et demeure assez largement d’accord avec notre blagueur en verve, je suis ici très étonné de découvrir cette sortie, que j’ai peut-être, il est vrai, mal comprise.

Il n’empêche. Déjà, au billet précédent, Edmond Prochain s’attaquait – sans vraiment le faire – à Jean-Marc Nesme, député de Saône-et-Loire, accessoirement maire de Paray-le-Monial. Du coup, Raymond Parquet n’a pas pu s’empêcher de lui répondre avec force et arguments via le blog Poil au nez.com. Et voilà que maintenant, c’est au tour des pétitionnaires d’en prendre plein leur grade, sous prétexte que certains ratent parfois leur timing(!).

Nous avons d’abord dans ce billet une reprise assez réussie de la Cigale et la fourmi, la cigale ayant bien sûr le rôle du signataire invertébré non repenti. Puis une description du catholique qui signe une pétition comme étant un vulgaire mouton à plusieurs pattes (l’histoire ne dit pas combien) ; “il faut bien avouer, dit-il, que c’est une habitude assez répandue chez les grenouilles de bénitiers, d’aller croasser en groupe à coups de signatures sous des textes écrits par d’autres”. Ce n’est pas très très cool pour ceux qui prennent la peine, d’une manière générale, de mouiller officiellement leur chemise. Mais Edmond Prochain va plus loin : il suggère même que le “catho pétitionnaire” rejoigne la série pas toujours très flatteuse de Révélateur TV, avec le “catho excessif charismatique”, le “catho distrait” et le “catho parano”. Pas très sympa non plus pour tous nos frères cosignataires des mouvements de masse online !

Et puis alors quoi ? Je ne vois pas où est le problème de signer multitude de pétitions. En l’espèce, on ne peut pas dire qu’on se bat trop sur les lois de bioéthique… Et puis il y a quand même un certain nombre de pétitions qui ont eu de beaux résultats, utiles pour prendre conscience et réfléchir sur des sujets de société, utiles pour faire entendre la voix des catholiques, utiles pour faire avancer les choses… Lorsqu’il y a derrière une sérieuse stratégie d’influence, avec un volet lobbying, le succès n’est pas loin d’être au rendez-vous, et la cause entendue. Je pense par exemple à la pétition du Lundi de Pentecôte (racontée dans le livre de Marc Baudriller, Les réseaux cathos), qui fut une grande réussite. Je pense aussi à celle de Nous voulons KTO, racontée dans ce même livre (Frigide Barjot en parle aussi dans ses Confessions d’une catho branchée, paru ces jours-ci chez Plon) : ces 150.000 signatures permirent de faire annuler une décision laïciste du CSA par le Conseil d’Etat, ouvrant la porte à l’obtention d’une fréquence sur la TNT… Je pense encore à d’autres plus récentes, sans un immense succès apparent mais avec de belles retombées en terme de communication, comme Benoît j’ai confiance en toi ou l’Appel à la Vérité. Toutes celles-ci ont, n’en doutons pas, joué un rôle pour l’annonce du Christ. Et pour le soutien fraternel.

Mais je me pose alors cette question : à force de crier au loup à propos des pétitions – qui c’est vrai, ‘dérangent’ les parlementaires – à force d’agiter le chiffon rouge quand on voit grimper le nombre de signatures sans pouvoir le contrôler, ne risque t-on pas de décourager tous ceux qui signent régulièrement et qui, ainsi, participent, à leur façon, même modeste, aux grands combats d’aujourd’hui ?

Festival Anuncio aux JMJ : le Teaser

Le Festival Anuncio, grâce auquel des centaines de jeunes sont partis dans les rues pour annoncer l'”Amour de Dieu”  fêtera sa quatrième édition cette année en plein cœur des JMJ, en devenant l’un des propositions phares du Festival Culturel des JMJ. Anuncio propose à ses jeunes missionnaires de faire des JMJ de Madrid des journées missionnaires, tant dans 12 diocèses qu’à Madrid.  Anuncio proposera alors des concerts, des prédications et des formations à tout les jeunes des JMJ.

Plus de 800 jeunes, tant français qu’espagnols, italiens et portugais sont attendus pour une édition internationale d’Anuncio.


Teaser Anuncio JMJ par ANUNCIO2009

Au Programme :
Logo Anuncio
– Du 8 au 10 août 2011 : 2 jours de formations à Lourdes (ateliers, louange, formation à l’évangélisation)
– Du 10 au 15 août 2011 : 5 jours de Festival Anuncio dans 12 villes en France et en Espagne, pendant les journées dans les diocèses.
– Du 15 au 19 août 2011 : le Festival Anuncio au cœur de Madrid : le Festival Anuncio sera l’un des Festival Culturel phare des JMJ en organisant la “Plaza de España”
– Du 19 au 21 août 2011 : clôture du Festival Anuncio avec les jeunes du monde entier autour du Pape Benoit XVI.

Les inscriptions pour les JMJ avec Anuncio ont déjà commencé!

Bienheureux Jean-Paul II, pape de la nouvelle évangélisation

Voici une réflexion de Mgr Dominique Rey, évêque de Fréjus-Toulon, paru dans la revue diocésaine en février 2011.

« N’ayez pas peur ! Ouvrez toutes grandes les portes au Christ ! », s’écriait Jean-Paul II à la fin de la cérémonie d’inauguration de son pontificat en 1978. Il esquisse à cette occasion les grands axes de son ministère pétrinien : appliquer les textes du Concile Vatican II, promouvoir l’unité de l’Eglise et son rayonnement missionnaire.

Jean-Paul II, dont le pontificat a battu tous les records de longévité (le plus long de l’histoire depuis St Pierre après celui de Pie IX), peu de temps après son élection, lance le 9 juin 1979 à Nowa Huta, près de Cracovie, une expression qui caractérise son action pastorale pour le renouveau de l’Eglise, « la nouvelle évangélisation ».

Il précisera dans son exhortation apostolique Pastores Dabo Vobis, “qu’aujourd’hui la tâche pastorale prioritaire de la nouvelle évangélisation incombe à tout le peuple de Dieu et demande une nouvelle ardeur, de nouvelles méthodes et un nouveau langage pour l’annonce et le témoignage évangélique”.

Jean-Paul II sera le premier promoteur de cet élan missionnaire. Grâce à un charisme personnel hors du commun, il inaugure en 1984 les Journées Mondiales de la Jeunesse, pour atteindre les nouvelles générations. Il utilise la communication de masse lorsqu’il parcourt le monde (129 pays visités) et rencontre systématiquement les communautés paroissiales et les diocèses d’Italie. Il se fait tour à tour pèlerin, prédicateur itinérant, chef d’Etat défenseur des droits de l’homme, enseignant lorsqu’il rappelle par son magistère exigeant et courageux, que le Christ est l’unique chemin pour une authentique humanisation (Redemptoris Hominis), “il est urgent partout de refaire le tissu chrétien de la société humaine. Mais la condition est que se refasse le tissu chrétien des communautés ecclésiales elles-mêmes.” (Christifideles Laici)

Si cette nouvelle évangélisation est la raison d’être de l’Eglise qui entre dans le 3ème millénaire (Redemptoris Missio), celle-ci doit puiser toujours davantage à la source évangélique, la substance qu’elle doit annoncer, en s’adressant au cœur et aussi à l’intelligence (Fides et Ratio), à la culture , au monde du travail (Laborem exercens), et à la famille (Familiaris Consortio). Toute mission procède du témoignage de la sainteté personnelle qui s’enracine dans une vie ecclésiale et eucharistique (Ecclesia de Eucharistia). Jean-Paul II a incarné dans son propre ministère apostolique, l’exemple d’une vraie intimité avec le Christ et du souci de Le faire connaître et aimer. Il a su allier le courage de la vérité et la diaconie de la miséricorde. Sa béatification le 1er mai à Rome en la fête de la divine Miséricorde qu’il avait lui-même instituée, souligne magnifiquement ce message de compassion qu’il a personnellement vécu et honoré jusqu’à son dernier souffle.

Mgr Dominique Rey
Evêque de Fréjus-Toulon

Anuncio fait son “Botellón”

Pour la quatrième fois depuis le début de l’année, la Casa Anuncio, qui vit à Madrid depuis septembre afin de préparer les JMJ de Madrid, a organisé une veillé Anuncio en plein cœur de Madrid, à l’église San Isidorio à Chueca.

La veillée a débuté par un temps de préparation où les membres de la Casa, ainsi que des jeunes du groupe de prière espagnol Kerigma se sont réunis. Ces derniers ont soutenu les français par leur présence hispanisante. Les jeunes ont aussi eu la joie d’accueillir les organisateurs du Festival Marial International, présent pour préparer leur venue au sein du Festival Anuncio cet été. Ils ont participé à l’évangélisation pendant la veillée Anuncio.

Avant de partir en mission à la rencontre des jeunes madrilènes, rassemblés en botellons (lieu de rassemblements  des jeunes dans dans la rue, bien arrosés. ndlr), les missionnaires ont reçu un petit topo sur l’évangélisation. Ils ont aussi entendu le témoignage de  Christophe, de l’Alliance Mariale Internationale, sur son expérience d’évangélisation avec la Sainte Vierge, et notamment avec l’aide des « médailles miraculeuses ».

Ce fut l’occasion pour Sigolène de découvrir la présence de Marie dans l’évangélisation : «Marie était une professionnelle de l’évangélisation ! Avant la mission, on a eu un petit topo autour de la médaille miraculeuse de la rue du Bac par Christophe, tout simple. Tout de suite après, on a prié et j’ai senti que Marie était particulièrement présente et qu’elle me demandait de sortir dans la rue avec elle. Avant de partir j’ai tiré une phrase de l’Evangile de Matthieu « Je vous le dis, en vérité, si vous ne changez et ne devenez comme les enfants, vous n’entrerez point dans le royaume des cieux. » Comme si Dieu me demandait d’aller voir les gens avec la douceur et la spontanéité d’un enfant sous le regard bienveillant de notre Mère à tous. La mission a été très belle. Une chose est sure, je n’oublierai plus de prendre Marie avec moi ! »

Nous avons tous fait de nombreuses rencontres, eu des moments de dialogue et de véritable témoignages avec les jeunes présents. Sigolène témoigne :« Nous avons rencontré un monsieur handicapé qui buvait seul devant l’église. Nous nous approchons de lui avec Amélie, mon binôme pour la soirée, en lui demandant si nous pouvions lui offrir un cadeau. Nous lui présentons la médaille de la rue du Bac et son visage s’éclaire. Il nous montre alors la croix en bois qu’il porte autour du cou et nous dit que Jésus ne le quitte jamais et qu’il L’aime beaucoup ! Je lui demande alors si ce soir, il veut passer du temps avec lui devant le Saint Sacrement. Sa réponse est catégorique, Jésus et dans son cœur mais pas dans une église ! Après 10 mn d’échange, il accepte que nous rapprochions son fauteuil du seuil de l’église d’où on aperçoit l’ostensoir. Dès qu’il le voit,il pose sa bière par terre et me demande de l’aider à monter les trois marches qui mènent à l’intérieur. Le mendiant devant l’église nous prête main forte et le voilà vite devant Jésus. Il y reste 15 mn en adoration et demande même à une personne qui prie à côté de lui écrire une petite prière, lui qui n’a plus qu’un bras, pour la déposer aux pieds de celui qu’il aime tant! Quand il ressort de l’église, il est tout heureux et propose à tous les gens d’entrer à leur tour voir Jésus ! »

Florence, venue avec l’Alliance Mariale Internationale découvre l’évangélisation organisé par Anuncio : « J’ai été étonné de voir qu’il y avait un flux régulier de personnes qui rentraient dans l’église. Je n’avais encore jamais évangélisé de cette façon. Comme les personnes rentraient, il était plus aisé de les aborder que lorsqu’on fait du porte à porte par exemple».  Ce fut surtout l’occasion pour Florence de rencontre qu’elle nous raconte : « J’ai aimé ma rencontre avec Mercédes qui habite dans le quartier. Je me suis sentie poussée vers elle. Il fallait que je lui parle! Mercédes a la foi mais un “problème” avec l’Eglise. Je lui ai donc proposé une médaille qu’elle voulut refuser faute de moyens. J’ai trouvé cet aveu très humble. Grâce à cette médaille, notre conversation s’engagea. Les parents de Mercédes se sont mariés dans cette église. Elle-même y a été baptisée.  Elle espérait pouvoir un jour s’y marier également. Mais, précisa-t-elle, “je suis rentrée dans l’église pour demander un travail”. Je lui ai proposé de prier pour TOUT! Elle m’a dit qu’on lui avait conseillé d’arrêter de demander puisqu’elle l’avait déjà fait et que le Seigneur était déjà bien au courant! Je lui ai conseillé de poursuivre sa prière, que le Seigneur aimerait cette constance et cette fidélité. Qu’Il se laisserait forcément touché. Ainsi donc, nous priâmes pour toutes ses intentions. Ce fut un moment de grande douceur et de paix. Il était palpable que nous étions heureuses de ce moment partagé. A tel point que, spontanément, nous nous embrassâmes avant de nous quitter! Avant de partir, Mercédes me parla de tous les membres de sa famille qui habitaient dans le quartier. Je lui donnais donc une médaille pour chacun, qu’elle reçut avec beaucoup d’émotion et de joie. »

La veillée s’est finie à deux heures et demi du matin… Le prochain rendez-vous est déjà pris chaque le premier samedi du mois, avant la grande rencontre du Festival Anuncio pendant les JMJ de Madrid !