Archives mensuelles : octobre 2006

Quelle existence du mal ?

Nier le mal serait se voiler la face. Lorsqu’une mère pleure, elle a mal. Le mal est là ; l’on en distingue deux formes : la souffrance, mal visible ; et la faute, mal invisible. Ces deux formes ne sont pas isolées l’une de l’autre. Rousseau, puis Marx, croiront diagnostiquer l’origine du mal dans la propriété privée. Ils reconnaissent ainsi le lien entre le mal moral, cause du mal physique. Mais ils commettent une erreur de discernement, car si le mal peut s’avérer structurel, c’est de façon seconde, non pas originelle.

Continuer la lecture

Pourquoi évangéliser aujourd’hui ?

Pour répondre à cette question, il faudrait d’abord s’en poser une autre : pourquoi aimer ?

C’est en effet un peu le même type d’interrogation : on ne se demande pas quel intérêt l’on a à aimer ou pourquoi l’on doit aimer ;

On se demande davantage : qu’est-ce qui me pousse à aimer ; qui me conduit à aimer ?

Pour l’évangélisation c’est un peu la même chose : celui qui se pose la question de savoir si les chrétiens aujourd’hui ont une obligation d’évangélisation ne prend pas la question dans le bon sens… en effet, si l’on se place dans une optique d’obligation, donc d’intérêt, de stratégie, on reste dans le domaine de l’efficacité, du « faire » et l’on quitte le domaine du don, de la gratuité, de l’amour.

Et que signifierait un évangélisation qui serait autre chose qu’un don de soi, qu’une pure démarche d’amour ? En effet, lorsque nous voulons porter l’Evangile à ceux qui ne le connaissent pas ou plus, ne voulons nous pas précisément annoncer la victoire de du Don, le primat de l’Amour ?

Deus est Caritas, Dieu que nous voulons annoncer par son Evangile n’est-il pas Charité !

Alors si « évangéliser » c’est essayer par sa parole et ses actes, de témoigner de la victoire finale de l’amour de Dieu, et si l’on est persuadé de cette victoire parce que l’on en vit chaque jour et de plus en plus, on ne se demande plus pourquoi l’on « doit » évangéliser parce que, comme dans l’amour, on est poussé vers les autres auxquels on a envie de faire connaître cette joie, cette paix rencontrée, cette Personne qui a changé notre vie définitivement.

François Jusot

Etre missionnaire signifie annoncer que Dieu est amour, affirme Benoît XVI

A l’occasion du 80ème anniversaire de la Journée mondiale des missions, le pape Benoît XVI a expliqué qu’être missionnaire signifie « porter à toute personne la bonne nouvelle que ‘Dieu est amour’ ».

« Si elle n’est pas animée par l’amour, la mission se réduit à des activités philanthropiques et sociales » a affirmé Benoît XVI avant la prière de l’Angélus, ce dimanche, en présence de quelque 30.000 personnes rassemblées place Saint-Pierre.

Le Message du pape pour la Journée mondiale des missions avait cette année pour thème : « La charité, âme de la mission ».

« La mission part du cœur, a poursuivi Benoît XVI : lorsque l’on s’arrête pour prier devant le Crucifié, le regard tourné vers son côté transpercé, on ne peut pas ne pas éprouver intérieurement la joie de se savoir aimé et le désir d’aimer et de devenir des instruments de miséricorde et de réconciliation ».

« C’est ce qui arriva il y a environ 800 ans, au jeune François d’Assise, dans la petite église de Saint-Damien, qui se trouvait alors en ruines », a raconté le pape.

« François entendit Jésus lui dire, du haut de la croix conservée actuellement dans la Basilique Sainte-Claire : ‘Va, répare ma maison qui, comme tu le vois, est toute en ruines’ ».

« Cette ‘maison’ était avant tout sa vie même, à ‘réparer’ à travers une vraie conversion ; c’était l’Eglise, non pas celle qui était faite en pierre mais de personnes vivantes, qui a sans cesse besoin de purification ; c’était également l’humanité tout entière, dans laquelle Dieu aime demeurer », a expliqué le pape.

« La mission part toujours d’un cœur transformé par l’amour de Dieu, comme en témoignent d’innombrables histoires de saints et de martyrs, qui de diverses manières ont donné leur vie au service de l’Evangile », a-t-il ajouté.

« La mission est donc un chantier dans le quel il y a de la place pour tous », a poursuivi le pape.

Benoît XVI a expliqué que l’engagement missionnaire peut se réaliser dans la famille, dans le travail, dans la consécration totale au Seigneur, dans le « ministère ordonné », en partant « annoncer le Christ à ceux qui ne le connaissent pas encore ».

« Que la Très Sainte Vierge Marie nous aide à vivre avec un élan renouvelé, chacun dans la situation dans laquelle la Providence l’a placé, la joie et le courage de la mission », a conclu le pape.

Source : Zenit

Message de Benoît XVI à l’Angélus pour la 80ème Journée Mondiale des Missions

ROME, le 22 octobre 2006 – (E.S.M.) – Aujourd’hui à midi, le pape Benoît XVI a récité la prière de l’Angélus en ce dimanche où l’Eglise célèbre la journée mondiale des missions. “Le monde a besoin de votre témoignage pour découvrir l’Évangile, parole de vie pour les nations”, a-t-il spécialement déclaré aux pélerins francophones.

Continuer la lecture

Benoît XVI pour la Journée Missionnaire Mondiale 2006 : la Charité, âme de la mission

Texte intégral du message de Benoît XVI pour la Journée Missionnaire Mondiale 2006 : La Charité, âme de la mission.

Continuer la lecture

Conférence du Cardinal Ratzinger sur la Nouvelle Evangélisation

Cette conférence a été donnée par le cardinal Joseph Ratzinger lors du Jubilé des catéchistes de l’an 2000, soit cinq ans avant son élection sur le trône de Pierre. Presque tombée en désuétude jusqu’alors – à quelques exceptions près – elle a depuis rejailli sur Internet. Révélatrice de la riche pensée de Benoît XVI et de son appétit missionnaire, elle nous donne des pistes de réflexion très intéressantes pour guider notre action.

Continuer la lecture

Le nouveau Glorious demain dans les bacs

Après plus de 18 mois dʼabsence, Glorious revient avec un nouvel album – leur troisième – : « Des ombres et des lumières ».

Il sʼannonce déjà comme un événement dans le monde musical.

Thom, 22 ans chanteur et pianiste du groupe :

« Lʼidée qui a retenu toute notre énergie, pendant un an et demi, a été de capturer la mélodie la plus passionnée, la plus sensible possible. Pour les textes, nous avons essayé de parler de nos peurs, de nos joies, de nos doutes… De toutes ces oppositions que lʼon rencontre dans la vie de manière si puissante : le néant et lʼéternité, la vie et la mort, les doutes et les certitudes… Bien sûr, nous parlons de notre foi en Dieu et nous essayons, non pas de lʼimposer, mais simplement de la partager. Vous savez, nous sommes comme tout le monde, nous cherchons. Mais nous cherchons en croyant. Jʼai toujours souhaité que la personne qui ouvre ce disque, quoi quʼil pense, quoi quʼil croie, puisse y trouver du sens et de lʼauthenticité spirituelle. Ouvrir « Des ombres et des lumières » cʼest un peu comme si vous tombiez par hasard sur le journal intime dʼun jeune chrétien du XXIe siècle » .

Plus d’infos sur le site de Glorious ou de la tournée Ecouter des extraits en ligne.

Depuis Vérone, Benoît XVI invite les catholiques à « apporter dans le monde l’espérance de Dieu »

A l’occasion de sa visite pastorale à Vérone dans le cadre du IVe Congrès national de l’Eglise italienne qui a pour thème « Témoins de Jésus ressuscité, espérance du monde », Benoît XVI a prononcé une homélie dans laquelle il suggère : « il faut recommencer à annoncer avec vigueur et joie l’événement de la mort et de la résurrection du Christ, cœur du christianisme, ligne directrice de notre foi, puissant levier de nos certitudes, vent impétueux qui balaye toute peur et indécision, tout doute et calcul humain. »

Continuer la lecture

Recette d’évangélisation en taxi

1. Alors que vous avez une heure de retard (ce n’est pas obligatoire), sauter dans n’importe quel taxi.

2. Remarquer qu’une petite croix pendouille du rétroviseur intérieur et se balance au gré des aspérités de la route.

3. Trouver cette accroche opportune.

4. Entamer la conversation : « je vois que vous avez une petite croix, vous êtes croyant ? ».

5. Ecouter la réponse (en résumé) : « Oui, je suis catholique, mais je ne pratique plus. Mes parents le sont, eux. Je n’ai pas besoin d’aller à la messe, mais je crois. Je ne connais plus les prières de base… et je n’ai pas de Bible non plus, mais un jour j’aimerais bien la lire en entier, même si c’est long. L’avantage avec la Bible, c’est qu’il n’y a pas trente six interprétations différentes, contrairement à d’autres textes religieux… Parfois je discute avec Dieu, je lui demande de me conseiller… Mais la messe, c’est vraiment trop saoulant. »

6. Témoigner en deux mots (à votre goût).

7. Payer sa course et souhaiter une bonne journée au chauffeur.

8. Demander à Dieu de mettre sur votre route quelqu’un de moins croyant la prochaine fois.

Becket ou l’honneur de Dieu joue les prolongations

Après Pier Giorgio Frassati, la Compagnie des Types Louches propose « Becket ou l’honneur de Dieu » de Jean Anouilh. Cette pièce raconte l’histoire de Becket, ami du roi d’Angleterre Henri II Plantagenêt. Celui-ci, admirant les qualités humaines et politiques de Becket, va le nomme au plus haut poste de l’Etat : chancelier d’Angleterre et gardien du sceau à trois lions. Au cours dune campagne militaire victorieuse en France, le roi apprend que l’archevêque de Cantorbéry, primat de l’Eglise d’Angleterre avec lequel il était en désaccord, est décédé. Saisi d’une idée de génie et abusant de son pouvoir de souverain, il décide de faire nommer Becket pour lui succéder. Becket ne peut assumer les deux charges sans déroger. Il lui faut choisir entre les séductions du pouvoir et le service de Dieu, au risque de mettre en péril son amitié avec le roi…

Le conseil d’Auncioblog : y aller avec quelqu’un qui s’intéresse à la politique mais qui n’est pas croyant.

En prolongations au théâtre Saint Léon de Paris le jeudi 9 novembre 2006 à 20h30 et le vendredi 10 novembre 2006 à 20h30.
1 place du Cardinal Amette Paris 15ème. Métro La Motte Picquet
Tarif normal 10 euros, tarif réduit 7 euros.
Réservations : 06 64 32 58 00 (à partir de 18h) ou reservationbecket@yahoo.fr

Encore une pièce pour l’évangélisation !

Congrès de Vérone : évangélisation en vue !

Le congrès de Vérone est le grand rendez-vous de la décennie pour l’Eglise italienne et l’évangélisation. Thème de la rencontre : « Témoins de Jésus ressuscité, espérance du monde ».

Continuer la lecture

Premier billet

Quelle meilleure occasion que la semaine missionnaire mondiale pour ouvrir un blog consacré à la Nouvelle Evangélisation ? Avec mes amis d’Anuncio – une association visant à promouvoir des projets d’évangélisation en lien avec l’Eglise catholique – ou tous ceux oeuvrant dans ce sens, nous sommes persuadés que l’heure est plus que jamais à la mission. Paradoxalement, cette évangélisaton anime depuis toujours les catholiques – elle constitue la mission essentielle de l’Eglise, dixit Paul VI dans Evangelii Nuntiandi – mais elle se vit de différentes manières selon la personalité de chacun. Elle passe nécessairement par une annonce explicite de la foi et implique que cette annonce soit adaptée aux défis de la modernité – dont Internet – d’où la Nouvelle Evangélisation voulue par Jean-Paul II et même avant. Puisse ce blog nous aider à mieux comprendre ces nouveaux défis !