Archives de catégorie : Vie et évangélisation

Et si tu découvrais comment on vit l’Evangile au bout du monde?

Et si vous vouliez vivre l’évangile d’une autre manière? C’est le concours fou de la Bourse pour l’aventure chrétienne !

Tu as envie d’aller à l’autre bout du monde pour confronter ta foi à celle de tes frères chrétiens à l’autre bout du monde? Apporter ta présence aux communautés chrétiennes fortement isolées et découvrir comment ils vivent l’évangile ? Tu as un projet d’évangélisation à l’autre bout du monde? Ce concours est fait pour toi !

Pour les gagnants du concours :

• 3 bourses et 9 000 euros de dotation pour vous aider à partir
• Relais média grâce à notre partenaire – le journal La Vie : votre blog hébergé et visible + vos piges publiées et achetées selon leur qualité
• Formation reporter accélérée : presse écrite + cadrage vidéo
• Entretien individuel avec un écrivain voyageur de renom
• Un réseau mondial : celui de l’Eglise universelle, grâce aux contacts des MEP et de l’AED présents partout dans le monde

Fin des candidatures : fin mai 2012
Remise des prix : 30 juin 2012 aux Missions Etrangères de Paris

www.labach.fr

La Bourse a trois objectifs :

1 – Susciter de l’intérêt chez les jeunes pour l’Eglise du monde, leur donner la possibilité de voir de leurs propres yeux, de confronter leur foi à celles de frères d’ailleurs

2 – Apporter du réconfort à certaines communautés isolées ou dont l’isolement les pèse. Créer par ta présence du lien entre des communautés éloignées géographiquement

3 – Communiquer efficacement et relayer vos découvertes en France : supports vidéo, photo, suivi dans les médias, constitution d’une banque d’images sur les églises du monde.

À vos projets !

Avec le concours de Corpus, avec l’Aide à l’Eglise en Détresse, les Missions Etrangères de Paris et le journal La Vie

Doctrine sociale : qu’est-ce que la personne humaine ?

Pour Benoît XVI, la doctrine sociale de l’Eglise est « annonce et témoignage de la foi » (Caritas in veritate, n°15) : la faire connaître est donc participer à l’évangélisation. C’est pourquoi nous vous proposons cette nouvelle rubrique consacrée à la doctrine sociale, avec les enseignements de François Jusot, spécialiste de cette question et coach en management pour dirigeants d’entreprises. Ces sujets sont diffusés en vidéo, en partenariat avec la webtv Canço nova.

Résumé de la vidéo :

D’après Aristote, la personne se définit comme corps, âme et esprit. Les trois dimensions sont importantes et l’esprit qui est le siège de l’amour, de l’intelligence et de la volonté doit commander les deux autres dimensions pour que la personne reste libre de se développer selon sa propre vocation, sa propre identité.

Par ailleurs, toute l’organisation sociale doit avoir pour objectif de permettre à la personne de se développer : c’est le sens profond de la Doctrine sociale chrétienne que tout homme de bonne foi peut comprendre sans même avoir la foi chrétienne, simplement parce qu’il est précisément une personne.

Deux nouveaux martyrs de la foi au Pakistan

Un homme retourne dans sa maison détruite à Gojra, un village de la province de Punjab au Pakistan, le 2 août 2009, au lendemain d'une attaque d'extrémistes musulmans contre leur communauté chrétienne (Photo : Reuters)

L’assassinat des deux chrétiens tués lundi en sortant du tribunal de Faisalabad, au Pakistan, fait partie d’une stratégie de groupes islamiques extrémistes visant à miner les bases du dialogue interreligieux et de l’harmonie. C’est ce qu’a expliqué le P. Aftab James Paul, responsable de la Commission pour le dialogue interreligieux du diocèse de Faisalabad à Fides, l’agence d’information de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples.

« Nous sommes en train de renforcer les tentatives de dialogue avec les leaders religieux musulmans. Avant cette tragique affaire, le dialogue interreligieux était très développé à Faisalabad. Je crois qu’en distribuant du matériel blasphématoire attribué aux chrétiens et en tuant les deux frères, des groupes d’extrémistes ont agi avec l’intention précise de miner les bases du dialogue et de l’harmonie. Aujourd’hui, cela nous conforte de voir que de nombreux musulmans viennent dans nos églises pour nous manifester leur douleur et leur solidarité ».

Accusés de blasphème, Rashid Emmanuel et son frère, Sajid Emmanuel avaient été arrêtés le 2 juillet dernier. Les deux frères étaient acquittés, mais ils ont été abattus en sortant du tribunal, lundi dernier, 19 juillet. Un feuillet manuscrit, comportant de graves diffamations à l’encontre de l’islam et de Mahomet, circulait avec les noms et coordonnées des deux hommes en question. Mais l’enquête venait de prouver qu’ils n’en étaient pas les auteurs.

Des centaines de musulmans, suite à des appels à la violence lancés depuis les mosquées le vendredi 9 juillet, avaient déjà déferlé il y a quelques jours dans le quartier de Waris Pura, réclamant la mort des deux « blasphémateurs » et criant qu’ils allaient « donner des leçons aux chrétiens », selon ce que rapporte Minorities Concern of Pakistan.

Dans la nuit de mardi à mercredi, quelque 2000 militants islamistes armés ont à nouveau investi le quartier et l’ont saccagé, mettant le feu aux échoppes. Certains prédicateurs des mosquées environnantes auraient exhorté les musulmans à « combattre les infidèles ». Aucun blessé grave n’était à déplorer. Toute la nuit, quatre prêtres ont sillonné le quartier toute la nuit de mardi à mercredi pour exhorter les chrétiens à ne pas rentrer dans la spirale de la violence. « Nous sommes du Christ, nous aimons la paix, nous pardonnons à nos agresseurs » a indiqué l’un d’eux, le père Khalid Rashid Asi, vicaire général du diocèse de Faisalabad, selon des propos rapportés par Fides. « Ils étaient innocents, ils sont nos martyrs. Nous demandons seulement le respect, la paix, l’égalité des droits. Tant que la loi sur le blasphème sera en vigueur au Pakistan, nous ne sommes pas à l’abri d’autres épisodes aussi tragiques », ajoutait le père Khalid.

Fides souligne par ailleurs que plus de 60 militants islamiques ont été arrêtés et que l’enquête se poursuit pour trouver les assassins des deux frères. Elle ajoute que cet épisode de violence a soulevé des réactions dans la société civile qui, à travers diverses organisations dénonce « l’ambigüité du gouvernement et de la police pour ce qui concerne le respect des droits humains dans le pays ».

Selon la même agence, les chrétiens de Faisalabad, aux côtés d’organisations politiques, sociales et religieuses, ont annoncé qu’ils observeraient « sept jours de deuil pour commémorer les deux frères tués il y a deux jours, ‘victimes innocentes de la haine anti-chrétienne’ ». Le P. Aftab James Paul a déclaré qu’il y aurait des « prières spéciales pour la paix et des rencontres pour réactiver le dialogue interreligieux ».

Des centaines de musulmans, suite à des appels à la violence lancés depuis les mosquées le vendredi 9 juillet, avaient déjà déferlé il y a quelques jours dans le quartier de Waris Pura, réclamant la mort des deux « blasphémateurs » et criant qu’ils allaient « donner des leçons aux chrétiens », selon Minorities Concern of Pakistan, rapporte également un bulletin de l’Aide à l’Eglise en Détresse (AED).

Les funérailles des deux chrétiens ont eu lieu hier

Célébrées par Mgr Coutts, archevêque de Faisalabad, 500 fidèles ainsi que quelques leaders musulmans ont assisté mercredi matin aux funérailles des deux nouvelles victimes de la loi anti-blasphème. Il a déclaré à l’agence Fides que les funérailles des deux chrétiens se sont déroulées « dans un climat de deuil, de souffrance et de grande tension émotionnelle ».

« J’ai dit aux gens que nous offrons le sang de ces innocents à Dieu avec le sang du Christ. Il servira pour notre salut et, espérons-le, pour guérir notre communauté de Faisalabad des maladies de la haine et de la violence », a-t-il souligné.

« Les deux frères étaient d’une famille catholique et tous deux avaient reçu le baptême dans notre Eglise. Récemment, l’un d’eux, Rashid, avait reçu, à travers une brève formation sur Internet, le mandat d’un groupe protestant pour prêcher la Bible », a-t-il expliqué.

Ces derniers jours, des centaines de musulmans avaient manifesté dans le quartier de Waris Pura, dans la banlieue de Faisalabad, où vivent plus de 100 000 chrétiens, encouragés par des associations intégristes, lançant notamment des pierres contre la façade de l’église catholique du Saint-Rosaire et demandant la mort des deux chrétiens.

Précédents au Pakistan

En 1994, Mansur Masih, un chrétien accusé de blasphème puis innocenté, avait été également tué à la sortie d’un tribunal à Lahore. L’an dernier, à Gojra dans la province du Punjab, sept chrétiens ont été assassinés pour le même motif. Un témoin avait déclaré que deux enfants, un frère et une soeur âgés de 6 et 13 ans, leurs parents et leur grand-père de 75 ans étaient morts brûlés vifs après avoir été enfermés dans leur maison par les assaillants, qui y avaient ensuite mis le feu. Bouleversé, Benoît XVI avait alors appelé à « renoncer à la violence au nom de Dieu. »

Des lois anti-blasphème controversées

Au Pakistan, blasphémer contre le Coran est passible de la peine de mort, où l’islam est la religion dominante. Les chrétiens, qui représentent moins de 3% de la population, dénoncent ces lois anti-blasphème, qu’ils estiment instrumentalisées contre eux.

« Nous demandons l’abolition des lois sur le blasphème, qui sont en contradiction avec les droits fondamentaux », avait alors déclaré l’évêque du diocèse de Karachi, Sadiq Daniel, ajoutant  qu’ « aucun acte de blasphème des versets du Coran n’a été perpétré à Gojra, cela ne viendrait à l’idée d’aucun chrétien ».

Malgré le drame, un témoignage et une espérance

Citant Tertullien, Benoît XVI déclarait le 25 avril 2005 lors d’une homélie à Saint-Paul-Hors-les-Murs, à propos des martyrs du siècle passé : « Si le sang des martyrs est la semence de nouveaux chrétiens, il est licite de s’attendre, au début du troisième millénaire, à une floraison renouvelée de l’Eglise, en particulier là où elle a davantage souffert pour la foi et pour le témoignage de l’Evangile. »
Dans son exhortation apostolique Sacramentum caritatis, le pape expliquait également que « le témoignage jusqu’au don de soi-même, jusqu’au martyre, a toujours été considéré dans l’histoire de l’Église comme le sommet du nouveau culte spirituel : « Offrez vos corps » (Rm 12, 1). (…) Le chrétien qui offre sa vie dans le martyre entre dans la pleine communion avec la Pâque de Jésus Christ et devient ainsi lui-même Eucharistie avec Lui. Aujourd’hui encore, les martyrs, en qui se manifeste de manière suprême l’amour de Dieu, ne font pas défaut pas à l’Église. Même quand l’épreuve du martyre ne nous est pas demandée, nous savons bien que le culte agréable à Dieu requiert en profondeur cette disponibilité. »
Lire plus :

Sources : Fides, Zenit, AED, Libération

Benoît XVI : « L’annonce de la vérité est un service que l’Eglise offre à la société »

Benoît XVI au Portugal

Benoït XVI lors de la rencontre avec des personnalités du monde de la culture et représentants d'autres religions le 12 mai 2010 à Lisbonne

Au deuxième jour de son voyage au Portugal (du 11 au 14 mai), le pape a rencontré le monde de la culture au Centre Belém de Lisbonne et y a prononcé un discours dans lequel il a évoqué le ‘conflit’ présent dans la culture actuelle entre la tradition et le présent, qui s’exprime par une « crise de la vérité ». Il a rappelé avec force que l’Eglise a une mission de vérité dans le monde. Une mission qu’il a jugée « impérative ». Chercher la vérité « en dehors de Jésus Christ s’avère dramatique », a-t-il insisté. Pour le pape, annoncer la vérité n’est-ce pas ni plus, ni moins, l’évangélisation ?

Annoncer la vérité : un service offert à la société

Dans son allocution, le pape a invité à faire un « effort de compréhension » autour de « la forme dans laquelle l’Eglise se situe dans le monde, en aidant la société à comprendre que l’annonce de la vérité est un service qu’Elle offre à la société, ouvrant de nouveaux horizons d’avenir, de grandeur et de dignité ».

A ses yeux, la vérité est gage de liberté. « La fidélité à l’homme exige la fidélité à la vérité qui seule, est la garantie de la liberté (cf. Jn 8,32) et de la possibilité d’un développement humain intégral ». « C’est pour cela que l’Eglise la recherche, qu’elle l’annonce sans relâche et qu’elle la reconnaît partout où elle se manifeste. Cette mission de vérité est pour l’Eglise une mission impérative » (Caritas in veritate, n.9), a-t-il expliqué.

Evoquant enfin le Portugal comme une « société formée en majeure partie de catholiques et dont la culture a été profondément marquée par le christianisme », il a estimé que « la tentative de trouver la vérité en dehors de Jésus-Christ » s’avérait « dramatique ».

Confrontez-vous à la source de la beauté

S’adressant aux « artisans de la culture sous toutes ses formes, créateurs de pensée et d’opinion », le pape leur a rappelé combien leur « talent » leur donnait « la possibilité de parler au cœur de l’humanité, de toucher la sensibilité individuelle et collective, de susciter des rêves et des espérances, d’élargir les horizons de la connaissance et de l’engagement humain ».

« N’ayez pas peur de vous confronter avec la source première et ultime de la beauté, de dialoguer avec les croyants, avec ceux qui, comme vous, se sentent en pèlerinage dans le monde et dans l’histoire vers la Beauté infinie (Discours aux artistes, 21/XI/2009) », a-t-il lancé.

Pour Benoît XVI, l’Eglise a la « mission prioritaire, dans la culture actuelle, de tenir éveillée la recherche de la vérité et, en conséquence, de Dieu ; de porter les personnes à regarder au-delà des choses qui passent et à se mettre à la recherche des choses qui demeurent ».

« Faites des choses belles, mais par-dessus tout faites que vos vies deviennent des lieux de beauté », a-t-il conclu.

Lire l’intégralité de cet article : sur le site de Zenit

Mission et laïcité, selon Benoît XVI

Benoît XVI lors de son arrivée à Lisbonne, aujourd'hui

Commençant son voyage au Portugal, Benoît XVI a été accueilli aujourd’hui à l’aéroport de Lisbonne par le Président portugais M.Anibal Cavaco Silva et le Patriarche de Lisbonne le Cardinal José da Cruz Policarpo. Dans son discours, le pape a d’abord parlé du rapport homme-Dieu, comme dimension transcendante et verticale de l’espérance chrétienne :

Je viens en pèlerin de la Vierge de Fatima et pour confirmer mes frères dans la foi sur la voie qui nous conduit au ciel… Marie est descendue du ciel pour nous rappeler les vérités évangéliques qui sont une source vive pour une humanité pauvre d’amour et d’espérance dans le salut. La première dimension de cette espérance, verticale et transcendante, est le rapport de l’homme avec Dieu. Créé par lui et tendu vers lui, l’homme cherche la vérité dans sa capacité de découvrir, dans sa propension au bien, dans son attrait pour le beau. La conscience est chrétienne si elle s’ouvre à la plénitude de la vie et du savoir qui résident en Jésus-Christ. La visite que je m’apprête à effectuer sous le signe de l’espérance se veut un invitation à la sagesse autant qu’une mission.

Puis Benoît XVI s’est exprimé sur la question de la mission des chrétiens dans les sociétés laïques. Pour le pape , il n’y a pas d’opposition entre un système laïc et un système religieux, mais la question du sens de la vie humaine qui fait appel à la liberté de chacun :

Une vision sage de la vie et du monde engendre un juste ordonnancement de la société. Insérée dans l’histoire, l’Eglise est disposée à collaborer avec qui ne marginalise pas ou ne réduit pas au domaine privé la considération essentielle du sens humain de la vie. Il ne s’agit pas d’une opposition éthique entre un système laïc et un système religieux, mais bien d’une question de sens auquel se confie la liberté de chacun, ce qui distingue la valeur attribuée à la problématique du sens et son implication dans la vie publique…

La question de l’évangélisation n’est pas loin : pour Benoît XVI, il s’agit que les chrétiens puissent évangéliser dans la société : « renforcer la qualité du témoignage jusqu’à la sainteté, trouver des sentiers de mission jusqu’à la radicalité du martyre » .

La distinction entre l’Eglise et l’Etat a ouvert un nouvel espace de liberté pour l’Eglise, espace auquel les concordats de 1940 et 2004 ont pu donner forme (pour le cas du Portugal, ndlr), dans des cadres culturels et dans des perspectives ecclésiales très marquées par des changements rapides. Les souffrances provoquées par les transformations ont généralement été affrontées avec courage. Vivre dans la pluralité des systèmes de valeurs et de repères moraux requiert d’aller jusqu’au centre de l’individu et au cœur du christianisme, pour renforcer la qualité du témoignage jusqu’à la sainteté, trouver des sentiers de mission jusqu’à la radicalité du martyre.

Source : VIS

Conversion de la directrice d’un avortoir aux Etats-Unis

Abby Johnson - Anuncioblog - Kbtx

Abby Johnson, ancienne directrice d’un centre de Planned Parenthood (Planning familial) au Texas, a quitté l’organisation après avoir vu l’avortement d’un bébé. Elle travaille à présent avec ceux qui ont prié pour sa conversion. La défense de la vie faisant aussi partie de l’évangélisation (“Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie”, Jn 14,6), nous reproduisons in extenso cette information parue dans Zenit.

Continuer la lecture

La théorie du gender, c’est quoi ?

Pendant le Synode pour l’Afrique, à la surprise de quelques uns, Mgr Sarah, de la Mission dans l’Eglise à la Congrégation pour l’évangélisation des peuples a traité du danger de la théorie du gender – en français : du genre – pour l’Afrique. Mgr Tony Anatrella, psychanalyste et spécialiste en psychiatrie sociale, a bien voulu évoquer pour Zenit les problèmes que soulève cette nouvelle idéologie et ses incidences sur la famille et la société dans la mesure où elle se répand en Afrique. Un entretien que nous reprenons ici : l’évangélisation passe aussi par la famille, cellule de base de la société.

Continuer la lecture

« Sans Dieu, nous ne sommes rien »

Cardinal George Pell

C’est dans des guerres culturelles – la défense de la vie, du mariage, de la famille – que se trouve, pour beaucoup, l’origine de la haine de Dieu et de la religion, estime le cardinal George Pell, archevêque de Sydney, en Australie. Le cardinal a participé le week-end dernier au « Festival des idées dangereuses » qui s’est déroulé à l’Opera House de Sydney, en présence notamment de l’écrivain britannique anti-religieux Christopher Hitchens dont l’intervention avait pour thème « La religion empoisonne tout », et de la féministe Germaine Greer qui a parlé de la liberté comme « la plus dangereuse des idées ».

Continuer la lecture

Réponse du Vatican à la condamnation des propos de Benoît XVI par le gouvernement belge

‘Ambassadeur du Royaume de Belgique, sur instructions du Ministre des Affaires Etrangères, a fait part au Secrétaire pour les Relations du Saint-Siège avec les Etats de la Résolution par laquelle la Chambre des Représentants de son pays a demandé au gouvernement belge de « condamner les propos inacceptables du pape lors de son voyage en Afrique et de protester officiellement auprès du Saint-Siège ». Suite à cette résolution, la Secrétairerie d’Etat du Vatican vient de publier le communiqué suivant, repris sur le blog non-officiel du pape Benoît XVI (voir ici).

Continuer la lecture

2008 : discriminations et très graves attaques contre les chrétiens

En 2008, des discriminations et de très graves attaques ont atteint des milliers de chrétiens dans le monde, a déploré Benoît XVI dans son discours annuel au Corps diplomatique près le Saint-Siège : le pape attire l’attention aussi sur la pauvreté « morale », également obstacle à la paix. « Si les tribulations sont pénibles, la constante présence du Christ est un puissant réconfort. Son Evangile est un message de salut pour tous et c’est pourquoi il ne peut être confiné dans la sphère privée, mais doit être proclamé sur les toits, jusqu’aux extrémités de la terre », a rappelé le pape quant à la mission première de l’Eglise, l’évangélisation.

Continuer la lecture

Obama, Obama…

A l’annonce de l’intention du président américain Barack Obama de libéraliser la recherche sur les embryons humains, le président du Conseil pontifical pour la pastorale de la santé, le cardinal Javier Lozano Barragán, a réaffirmé ce mardi que cette pratique constitue une atteinte à l’éthique.

Continuer la lecture

Benoît XVI : « Pas de saine laïcité sans repères éthiques fondamentaux »

BenoitXVI-240908.jpg

Pas de saine laïcité sans repères éthiques fondamentaux, a fait observer en substance Benoît XVI dans son message au nouvel ambassadeur de la République de Saint-Marin, M. Sante Canducci, qui lui a présenté ce matin ses lettres de créance.

Continuer la lecture

L’incessante persécution des chrétiens en Irak

L’archevêque catholique de Bagdad, Mgr Jean Sleiman, déplore l’incessante persécution des chrétiens en Irak. Il constate que la peur continue à pousser les chrétiens hors d’Irak, mais il perçoit de nouveaux signes d’espoir.

Continuer la lecture

L’Orient est surpris par la déchristianisation de l’Europe

Le fait que l’Europe refuse de reconnaître ses racines chrétiennes « frappe beaucoup les chrétiens d’Orient, car l’Europe a donné des milliers de missionnaires. Elle a évangélisé l’Amérique, l’Asie, l’Afrique… et aujourd’hui elle est si loin de sa foi ».

Continuer la lecture

S’opposer à la christianophobie est un impératif

Extraits de l’intervention du secrétaire de la Section pour les Relations avec les Etats, prononcée le vendredi 29 août 2008 dans le cadre du «Meeting de Rimini», en Italie, publiés mardi par L’Osservatore Romano en langue française.

Continuer la lecture

Le cardinal Bagnasco dénonce les persécutions antichrétiennes

Se référant aux passages de l’Evangile selon lesquels « dans l’Eglise personne n’est étranger » et « si un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui », le cardinal Angelo Bagnasco, archevêque de Gênes et président de la Conférence épiscopale italienne (CEI), a dénoncé hier lundi, les persécutions perpétrées contre les chrétiens en Inde, en Irak et dans différentes régions du monde.

Continuer la lecture

Inde : des extrémistes hindous attaquent la cathédrale de Jabalpur

La violence antichrétienne continue à flageller l’Inde, où jeudi dernier a été incendiée la cathédrale catholique des Saints-Pierre-et-Paul de Jabalpur (Etat du Madhya Pradesh), rapporte un communiqué de presse de la Conférence épiscopale indienne. L’Aide à l’Eglise en détresse appelle à une journée de prière le 24 septembre.

Continuer la lecture

Vietnam : Spoliation des biens de l’Eglise

Hanoï - Persécutions contre les chrétiens

Le bras de fer se poursuit au Vietnam entre les catholiques et le régime communiste de Hanoï, où les autorités ont commencé à construire un parc public sur le site de l’ancien siège de la délégation apostolique, revendiqué par l’église. Vendredi matin, la rue qui longe le site était bloquée par la police. La grille donnant sur la voie publique avait été abattue et les pelleteuses étaient à l’oeuvre. Des dizaines, voire quelque centaines de prêtres, soeurs et séminaristes regardaient faire les ouvriers.

Continuer la lecture

Vietnam : Provocation de jeunes communistes et de casseurs contre une paroisse

A Hanoi, sous l’œil indifférent de la police, de jeunes communistes accompagnés de voyous mènent une opération de provocation contre la paroisse de Thai Ha. « Eglises d’Asie » (EDA), l’agence des Missions étrangères de Paris, fait le point sur la situation.

Continuer la lecture

La « laïcité ouverte » selon Benoît XVI

Le pape Benoît XVI a prôné une « laïcité ouverte » et le cardinal André Vingt-Trois est revenu que le sujet à la demande de la presse lors d’une rencontre à Lourdes, dimanche soir.

Continuer la lecture

Pour une juste séparation de l’Eglise et de l’Etat

Séparer l’Eglise et l’Etat ne signifie pas séparer la foi et la politique : non seulement la religion a droit à son espace dans la sphère politique, mais la démocratie a besoin d’un apport moral et de convictions religieuses pour rester saine et forte, estime l’archevêque de Denver, dans un entretien accordé à ZENIT que nous publions ici. Une question qui touche aussi à l’évangélisation de la politique, à l’heure où Benoît XVI s’apprête à atterrir en France, accueilli et reçu par Nicolas Sarkozy.

Continuer la lecture

JMJ : Pour le Premier ministre australien, foi et raison sont de « grands partenaires »

Le Premier ministre australien a accueilli mardi les jeunes qui participent aux JMJ dans son pays. Il a affirmé que la foi et la raison ont été de « grands partenaires » dans l’histoire et le seront encore à l’avenir. Un discours peu habituel en ces temps de laïcité, souvent poussée vers laïcisme qui cantonne exclusivement la foi à la sphère privée.

Continuer la lecture

Mères porteuses : l’appel de l’Alliance pour Nouveau Féminisme Européen

Elisabeth Monfort est ancien député européen, Présidente de l’Alliance pour un Nouveau Féminisme Européen. Elle propose aussi une analyse du rapport du Sénat concernant les mères porteuses et lance un appel à toutes les femmes, que nous publions ci-dessous.

Continuer la lecture

Convertissez-vous et croyez à l’Évangile de la Vie ?

Le cri d’alarme de Mgr Jean-Pierre Cattenoz, archevêque d’Avignon, en faveur de la vie : raison de plus pour signer la pétition en ligne de Nousvoulonslavie.com !

Continuer la lecture

L’encyclique de Paul VI, Humanae vitae, plus actuelle que jamais

Il y a 40 ans, Paul VI publiait son encyclique Humanae Vitae. Contestée et incomprise au moment de sa publication, cette encyclique semble pourtant contenir un message très important pour la société actuelle. En effet, elle est à la base de toute la réflexion morale du magistère sur les enjeux éthiques. Zenit a demandé à Pierre-Olivier Arduin, directeur de la commission bioéthique du diocèse de Fréjus-Toulon, d’analyser ce message. Egalement chroniqueur société pour La Nef et directeur des études du master bioéthique Jérôme Lejeune, www.iplh.fr. (lire notre interview du fondateur), il a publié La bioéthique et l’embryon, avec une préface de Mgr Rey, aux Editions de l’Emmanuel, en 2007.

Continuer la lecture