Archives mensuelles : février 2007

5ème édition du forum “Communion Evangélisation”

Si vous êtes chrétien et que vous ressentez l’urgence de la nouvelle évangélisation, si vous êtes porteur d’un projet missionnaire innovant, et si vous êtes convaincu que la mutualisation des intitiatives permet les défis de la mission…

Continuer la lecture

Benoît XVI : « Que signifie se convertir ? »

ROME, Mercredi 21 février 2007 (ZENIT.org) – « Que signifie, en réalité, se convertir ? » Benoît XVI a posé cette question et y a répondu dans sa catéchèse du Mercredi des Cendres en la salle Paul VI du Vatican en repartant du « désir de Dieu ». « Se convertir signifie chercher Dieu », répondait le pape.

Continuer la lecture

Benoît XVI : La communion entre évêques et mouvements est décisive pour la nouvelle évangélisation

Le pape Benoît XVI est convaincu que la communion entre les évêques et les mouvements, communautés ou groupes ecclésiaux est décisive pour la nouvelle évangélisation en ce début du troisième millénaire.

Continuer la lecture

« Pour discerner où est ma voie »

« En choisisant de prier au coeur des villes, tu veux signifier que ta vie est au coeur de Dieu. » Voici un extrai du livre “Moine au coeur de la ville”, Paris, Bayard 2003, pp. 267-274, par le Père Pierre-Marie Delfieux, Fondateur et Prieur Général des Fraternités Monastiques de Jérusalem.

Continuer la lecture

Maturité temporelle et sens de l’engagement

“C’est, la plupart du temps, l’infantilisation des jeunes par les adultes qui les rend prisonniers de l’indécision. Portrait sans concession d’une certaine incohérence éducative actuelle…”

Par le Père Tony Anatrella, psychanalyste et spécialiste en psychitrie sociale. Dernier livre paru : “La différence interdite” aux Editions Flammarion.

Continuer la lecture

La vie consacrée aide aussi à la Nouvelle Evangélisation !

C’était vendredi dernier la journée de la vie consacrée, créée par le pape Jean-Paul II en 1997. Voici un article de Zénit du 31 janvier sur la question et qui souligne pour Jean-Paul II l’intérêt de la vie consacrée dans la dynamique missionnaire de l’Eglise universelle…

Continuer la lecture

Création d’une nouvelle rubrique “vocation”

Récemment, j’entendais cette vérité : “Le kérygme* annoncé n’a de puissance que s’il est l’expression du kérygme vécu” (par kérygme, entendre le contenu de la foi). La notion de cohérence entre ce que nous annonçons et ce que nous vivons est primordiale en évangélisation : en effet, difficile de proclamer que Dieu est Amour si nous ne sommes pas capables d’en vivre !

C’est pourquoi, après l’expérience d’une rencontre personnelle avec Jésus, il nous faut vivre de notre vocation par excellence, l’Amour, mais aussi avoir trouvé l’état de vie de cette vocation : le mariage, la vie religieuse (au sens large) ou le célibat consacré… Cette nouvelle rubrique “vocation” (volontairement au singulier) est donc destinée à tous ceux qui n’ont pas encore franchi cette étape primordiale de la vie, mais elle intéressera aussi tous ceux d’entre vous qui se sont déjà engagés dans une voie ou une autre pour revisiter le sens de leur engagement et s’y épanouir davantage encore… Comme chrétiens, l’évangélisation est bien évidemment comprise dans le paquetage !

Puisse donc cette rubrique nous aider à montrer à la face du monde de véritables “gueules de ressuscités” (comme disait Nietzsche) pour annoncer le Christ avec puissance !

“Pour moi, Dieu n’existait pas…” : le témoignage de Laetitia

“Pour moi, Dieu n’existait pas ! La religion c’était vachement mort, rangé dans les greniers, avec les grands mères ! Un jour, au lieu d’aller en Hollande fûmer des joints dans les coffe shops, je me suis retrouvée à Paray le Monial (…) Sur la pelouse, soudain, mes jambres se sont mises à marcher toutes seules : je me suis faite attirée par le Saint Sacrement ! Je me suis retrouvée à tomber à genoux devant ce qui n’était avant, pour moi, qu’un boût de pain… c’était plus un boût de pain, c’était mon Sauveur, mon Dieu, celui que j’aime et veux suivre toute ma vie !”

Les sectes, l’« occasion » d’une nouvelle évangélisation ?

ROME, Mardi 6 février 2007 (ZENIT.org) – « L’existence des sectes peut même devenir un avantage, mais à condition qu’elles nous poussent à les étudier et à approfondir la connaissance des enseignements du Christ, en union avec Lui », affirme l’Espagnol Manuel Guerra, auteur d’un Dictionnaire encyclopédique des sectes.

Continuer la lecture

Evangélisation de rue à grande échelle dans Paris le 10 mars prochain !

Retenez bien vos dates : le 10 mars prochain, après une messe en l’Eglise Saint Leu de Paris (1er) présidée par Mgr Chauvet, aura lieu un grand rassemblement d’évangélisation de rue dans Paris, dans le quartier des Halles (à confirmer). Pendant que certains prirons et adorerons, d’autres partirons en union de prière pour annoncer la Bonne Nouvelle du Christ Ressuscité !

Le secret de l’amour, selon Benoît XVI

ROME, Lundi 5 février 2007 (ZENIT.org) – « Le secret de l’amour » : c’est ce que le pape Benoît XVI confie aux jeunes dans ce message pour la XXIIe Journée mondiale de la jeunesse, le Dimanche 1er avril, Dimanche des Rameaux. Voici le texte intégral en français, dans la traduction publiée ce matin par la salle de presse du Saint-Siège (cf. www.vatican.va).

Continuer la lecture

Benoît XVI : l’évangélisation se fait en Eglise, saint Paul n’était pas un homme seul !

ROME, Mercredi 31 janvier 2007 (ZENIT.org) – Benoît XVI souligne que L’Evangélisation se fait en Eglise : saint Paul n’était pas un homme seul, mais entouré de nombreux collaborateurs.

Benoît XVI a poursuivi sa catéchèse sur la communion dans l’Eglise et sur les figures de l’âge apostolique en présentant trois collborateurs de Paul. « Nous devons reconnaître que l’Apôtre constitue l’exemple éloquent d’un homme ouvert à la collaboration : il ne veut pas tout faire seul dans l’Eglise, mais il se sert de nombreux collègues différents », a affirmé Benoît XVI.

Benoît XVI nommait ces collaborateurs et collaboratrices de l’apôtre des Nations cités par Luc dans les Actes des apôtres ou par Paul lui-même dans ses lettres : « Nous ne pouvons pas nous arrêter sur tous ces précieux auxiliaires, car ils sont nombreux. Il suffit de rappeler, entre autres, Epaphras, Epaphrodite, Urbain, Gaïus et Aristarque. Et des femmes comme Phébée, Tryphène et Tryphose, Persis, la mère de Rufus – dont saint Paul dit : ‘sa mère, qui est aussi la mienne’ – sans oublier des époux comme Priscille et Aquilas ».

« Aujourd’hui, parmi ce grand groupe de collaborateurs et de collaboratrices de saint Paul, nous tournons notre attention vers trois de ces personnes, qui ont joué un rôle particulièrement significatif dans l’évangélisation des origines : Barnabé, Silas et Apollos », annonçait le pape.

« Barnabé, originaire de Chypre, est l’un des premiers juifs convertis à Jérusalem, rappelait Benoît XVI en français. Après s’être porté garant de Paul au moment de sa conversion, il va le chercher à Tarse pour qu’il travaille avec lui à l’évangélisation d’Antioche de Syrie, de Chypre et des villes de l’Anatolie. Tous deux participent au Concile de Jérusalem qui renonce à imposer la circoncision aux chrétiens ». Les chrétiens d’origine païenne ne l’ayant pas reçue comme les Juifs de la première communauté chrétienne de Jérusalem.

« Silas est l’un des premiers juifs convertis de Jérusalem, continuait le pape en français. Envoyé à Antioche pour expliquer aux frères les décisions de l’assemblée de Jérusalem, il devient le compagnon de Paul après le départ de Barnabé. Il ira avec lui en Macédoine, puis il le rejoindra à Corinthe ».

Le troisième, Apollos, était, faisait observer Benoît XVI, « un juif d’Alexandrie », en Egypte, où la communauté juive était nombreuse et de langue grecque.

Justement, Apollos évangélisera la Grèce : « On le rencontre, rappelait le pape, à Éphèse puis à Corinthe, où son éloquence renommée entraîna dans la communauté des divisions, que saint Paul dénonce dans sa première lettre aux Corinthiens ».

« Tous trois, résumait le pape, se sont consacrés avec générosité à l’évangélisation, chacun avec sa particularité. Qu’ils nous apprennent à servir, nous aussi, l’Évangile avec enthousiasme, en donnant le meilleur de nous-mêmes à cette grande cause ».

Aux visiteurs de langue française, le pape adressait ensuite cette salutation : « Je salue avec joie les pèlerins francophones présents ce matin, notamment les jeunes de Montreuil sous Bois. Soyez tous des témoins de la Bonne nouvelle dont notre monde a besoin ».