Benoît XVI, le pape des surprises qui ne font pas de bruit, selon George Weigel

benoitXVI-36.jpg

Le monde n’a pas encore pleinement compris Benoît XVI qui pourrait encore réserver des surprises, a affirmé l’écrivain et théologien américain George Weigel qui vient de publier en France « Benoît XVI, le choix de la vérité ».

Cet ouvrage, publié en anglais en 2005 sous le titre God’s Choice: Pope Benedict XVI and the Future of the Catholic Church est une introduction au pontificat de Benoît XVI. Il est publié aux éditions Mame-Edifa-Magnificat.

George Weigel est également l’auteur de la célèbre biographie de Jean-Paul II intitulée « Jean-Paul II, Témoin de l’espérance », publiée en 1999 (2005 en français).

Dans un entretien à ZENIT, George Weigel a expliqué que ces trois dernières années, Benoît XVI a apporté une contribution décisive à l’Eglise : « Il a été un maître catéchiste, en ramenant l’Eglise à ses racines bibliques et aux Pères qui ont créé la doctrine chrétienne ».

« Il a également rendu un service énorme, à la fois au monde et à l’Eglise, en soulignant et en analysant les problèmes qui découlent d’une séparation entre la raison et la foi – comme dans le jihadisme – et une perte de la foi dans la raison, comme dans le post-modernisme européen et surtout français ».

« Enfin, a-t-il souligné, le pape a rappelé que c’est lorsqu’elle célèbre l’Eucharistie que l’Eglise est le plus elle-même, elle doit donc le faire avec une dignité appropriée ».

Rappelant les propos du pape Benoît XVI aux Etats-Unis en avril dernier qui décrivait la laïcité américaine comme « un exemple de saine laïcité », George Weigel a souligné « que la laïcité française est très différente de la laïcité américaine » dans le sens où « la laïcité française est un mouvement contre l’Eglise » alors que « la séparation institutionnelle entre l’Eglise et l’Etat aux Etats-Unis vise à favoriser le libre exercice de la religion ».

Commentant le choix de Benoît XVI de se rendre à Lourdes, George Weigel a souligné la dévotion mariale particulière du pape.

« Je crois que l’on voit clairement, à travers son œuvre théologique des 45 dernières années que Joseph Ratzinger a une profonde dévotion pour la Vierge et une vision claire de sa place dans l’histoire du salut. L’héritage bavarois du cardinal Ratzinger l’a sans doute aussi prédisposé à une piété mariale sérieuse ».

George Weigel, qui a aussi appelé Benoît XVI le pape des surprises qui ne font pas de bruit, a ajouté que le monde n’a pas encore pleinement compris ce pape allemand qui pourrait encore avoir quelques surprises en réserve.

Source : Zenit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *