Cardinal Vingt-Trois : « L’espérance restera toujours la plus forte. »

L’envoi en mission de Mgr André Vingt-Trois, le 17 septembre 2008. A lire de toute urgence !

« L’espérance restera toujours la plus forte. »
(Benoît XVI. Homélie du 13 septembre à Paris.)

Cher amis, chers fidèles du diocèse de Paris,

Nous sommes dans la joie et l’action de grâce de la visite apostolique du Pape Benoît XVI !

Nous nous souviendrons longtemps de l’allégresse paisible qui régnait sur les quais de Seine, sur le parvis de Notre-Dame et sur l’esplanade des Invalides, ces journées resteront un moment exceptionnel de notre vie ecclésiale. De plus, pour nous, dans le diocèse de Paris, elles avaient été précédées de la consécration des nouveaux évêques auxiliaires, Renauld de Dinechin et Éric de Moulins-Beaufort et de l’inauguration du Collège des Bernardins.

Merci à tous ceux qui se sont mobilisés pour rendre ces évènements possibles ; merci à tous ceux qui y ont participé ; merci à tous ceux qui les ont préparés par la prière.

La visite du Pape renouvelle l’élan de notre Église vers la mission. Comme Benoit XVI l’a rappelé en plusieurs occasions, nous tous baptisés découvrons chaque jour plus clairement que nous sommes des envoyés en ce monde. Dans son message aux jeunes rassemblés devant Notre Dame il disait : « Je vous encourage à avoir les mots qu’il faut pour annoncer Dieu autour de vous, appuyant votre témoignage sur la force de l’Esprit demandé dans la prière. » Et le pape ajoutait, dans son discours aux évêques de France : « La société pluri-culturelle et pluri-religieuse dans laquelle nous vivons est une opportunité que nous donne le Seigneur de proclamer la Vérité et d’exercer l’Amour afin d’atteindre tout être humain sans distinction, même au delà de l’Eglise visible. » Car « aujourd’hui l’absence de Dieu est aussi tacitement hantée par la question qui le concerne » (discours aux Bernardins), aujourd’hui l’Évangile, s’il est parfois ignoré ou moqué, n’en est pas moins attendu !

Chers amis, l’Église ne peut se contenter de gérer au mieux la vie sacramentelle d’une population déjà convaincue. Nous avons à porter d’une façon toujours plus rayonnante la lumière du Christ, à témoigner plus librement de notre espérance, à vivre plus exactement de l’amour dont nous sommes aimés, à ouvrir largement notre trésor à ceux qui nous entourent en allant à la rencontre de nos contemporains.

A Paris nous voulons mettre en œuvre cet élan missionnaire à travers les Assises diocésaines pour la Mission qui vont se dérouler de novembre 2008 à avril 2009. A la suite des Journées Mondiales de la Jeunesse de 1997 et de « Paris-Toussaint-2004 », je vous avais invités en décembre 2005 à accentuer la vie missionnaire de nos communautés. Après les visites pastorales des trois années écoulées, nous voici en mesure de formuler des objectifs diocésains. J’invite donc chaque paroisse et chaque mouvement apostolique à prendre part à ces assises en y envoyant des délégués.

Je confie ce travail commun à votre prière et à l’intercession de la Vierge Marie et des saints de notre Diocèse, en particulier de sainte Geneviève et de saint Denys. Et je demande à Dieu, en reprenant les mots de Benoît XVI dans son homélie du 14 septembre à Lourdes, « qu’à la suite des grands évangélisateurs de votre pays, l’esprit missionnaire qui a animé tant d’hommes et de femmes de France au cours des siècles, soit votre fierté et votre engagement. »

Paris, le 17 septembre 2008

+ André cardinal VINGT-TROIS
Archevêque de Paris

A lire : Premier bilan du voyage du pape en France : « Il est grand temps d’évangéliser ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *