Evolution ou création, faut-il choisir ?

Genèse - main de Dieu

A l’occasion du 10ème colloque de Résurrection sur le thème « Evolution ou création, faut-il choisir ? », nous avons interrogé le Père Michel Gitton, directeur de la revue. Il nous explique pourquoi débattre sur ce thème participe à l’évangélisation de nos contemporains en quête de sens à leur vie.

Anuncioblog – Vous organisez le 21 novembre prochain à la Sorbonne le 10ème colloque de Résurrection sur le thème « Evolution ou création, faut-il choisir ? ». Pourquoi avoir choisi ce thème ?

P. Michel Gitton – Parce que la question de fond semble bien celle-là : la théorie de l’évolution, qu’on le veuille ou non, nous conduit à une réflexion sur la destinée du vivant, et sur l’origine de l’homme, et quelque part elle interpelle le chrétien qui est persuadé que Dieu a un projet créateur où l’homme est le but de toute la genèse du cosmos. Il faut dissiper les malentendus et voir à quels niveaux se situent les affirmations de la science et celles de la foi.

Anuncioblog – Alors, sans tout nous dévoiler, évolution ou création, faut-il choisir ?

P. M. G. – Non, bien sûr, c’est tout l’intérêt de notre foi chrétienne de nous montrer que la création n’est pas un processus au même niveau que les autres : quand Dieu crée, il fait exister hors de lui des êtres et il instaure entre eux des dynamismes, dont l’évolution est le plus frappant. Sans être lui-même un maillon de la chaîne des êtres, même pas le premier, il fait exister toute la chaîne dans une certaine intention qui est de faire apparaître l’homme et de l’élever jusqu’à partager sa vie divine.

Anuncioblog – Qui participe à ce colloque ?

P. M. G. – Mgr Facchini, professeur d’anthroplogie à l’université de Bologne, qui vint de publier un livre remarquable, Les défis de l’Evolution, est notre invité-phare, avec lui deux savants français (MM Godinot et Morange) feront le point sur les données actuellement disponibles. Enfin, tous les intervenants réagiront aux questions de la salle dans une table ronde.

Anuncioblog – Quelle est la position de l’Eglise sur les théories de Darwin ?

L’Eglise n’a pas à prendre partie sur la théorie elle-même, qui est d’ordre scientifique, mais sur ses éventuels prolongements d’ordre philosophique (ce qu’on appelle l’évolutionnisme). D’abord réservée, elle a fait une place à la vision évolutive des origines de l’homme, avec l’encyclique Humani Generis de Pie XII de 1950. Jean-Paul II a pu dire que « la théorie de l’évolution et plus qu’une hypothèse ». Et Benoit XVI montre qu’il voit dans la question de l’évolution un des grands défis de l’heure.

Anuncioblog – Le darwinisme est-il une idéologie ?

Oui, il peut très vite tourner à l’idéologie, si on sort les idées de Darwin de leur domaine propre qui est de fournir une hypothèse vraisemblable pour expliquer le lien entre les restes fossiles et les espèces actuelles.

Anuncioblog – Existe-t-il aussi un risque de lire la Genèse à la lettre ?

Peut-être, certains, paraît-il, ont vu dans dans les sept jours de la création une description des âges de la planète, mais ce n’est pas très intelligent. Notez bien que moi aussi, je lis la Genèse à la lettre, car tout y est vrai, étant inspiré par Dieu. Mais je n’y cherche pas ce que le texte ne veut pas me dire : il me dit la place de l’homme dans le projet créateur, l’étagement des oeuvres de Dieu, qui suivent un ordre et ne font pas au hasard, etc. Je n’y cherche pas une révélation sur l’ADN.

Anuncioblog – La formation théologique de Darwin dans l’Eglise anglicane a-t-elle eu une influence sur ses théories de l’évolution ?

P. M. G. – Je ne sais pas, je crois qu’il était malgré tout un chrétien un peu distant avec son Eglise…

Anuncioblog – Si Darwin avait vécu aujourd’hui, pensez-vous qu’il serait devenu catholique comme ces milliers d’Anglicans qui sont en train de rejoindre l’Eglise ?

P. M. G. – Difficile de faire de l’histoire fiction, mais je suis convaincu qu’en entendant le pape actuel parler de l’évolution, il se se serait senti porté par un grand courant d’intilligence qui n’aurait pu que lui donner de la sympathie pour la foi catholique.

Anuncioblog – La Genèse est-elle une théorie de la création du monde ou une théorie théologique pour expliquer la création de l’homme et sa liberté ?

P. M. G. – Voyez comme les dés sont pipés : vous parlez de théorie de la création comme si les savants avaient à nous dire quelque chose là-dessus, le savant n’étudie pas la « création » (ce qui est un concept chrétien), il se penche sur des séquences de phénomènes aux quelles il cherche à donner une intelligibilité. Et là-dessus la Genèse n’a pas grand chose à nous dire.

Evolution - Darwin

Anuncioblog – Dire que l’homme est le résultat de l’évolution du singe correspond-il à une vision chrétienne ?

P. M. G. – Si oui, à quel moment a été créée l’âme ? Quelque soit la chaîne plus ou moins continue qui relie les premiers hommes aux grands singes, il faut postuler des sauts, et le passage ne s’est pas fait de façon insensible. Un de ces sauts a correspondu avec l’animation de l’homme : Dieu, après avoir conduit toute cette évolution jusque là, est enfin arrivé au but poursuivi…

Anuncioblog – Les animaux ont-ils une âme ?

P. M. G. – Tout dépend ce qu’on appelle âme. Pour Aristote les animaux ont une âme végétative. Mais si on appelle âme, la capacité de connaître et d’aimer Dieu, qui va de pair avec la voction à une existence éternelle, seul l’homme est doué d’une âme. Seul il a été créé « pour lui-même ».

Anuncioblog – L’homme est-il le seigneur de la création ou une espèce animale plus évoluée ?

P. M. G. – Cela dépend comment on le regarde. Si on le voit dans sa relation à Dieu, on conçoit qu’il dépasse tous les êtres et, malgré son péché qui l’a fait régresser sur bien des points, on devine la grandeur qui est la sienne dans le dessein de Dieu.

Anuncioblog – Quel est donc le dessein de Dieu pour l’homme, dans l’univers ?

P. M. G. – L’homme, créé à la chanière du monde sensible et du monde des esprits, était destiné à donner une voix aux créatures inanimées pour faire chanter la gloire de Dieu à toute la création. Appelé par Dieu à une vocation surnaturelle, il est destiné à entrer dans la vie de la Trinité. Uni au Christ, adopté par le Père, divinisé par l’Esprit.

Anuncioblog – La création, elle aussi, participe-t-elle à la rédemption du monde ?

P. M. G. – Vous voulez dire : la création matérielle ? Oui, elle aussi attend la « rédemption des fils de Dieu » comme le dit saint Paul.

Anuncioblog – Débattre de ces questions, est-ce aussi une façon d’évangéliser ceux qui s’interrogent sur le sens de leur existence ?

P. M. G. – Oui, parce que la réflexion sur le sens de l’aventure humaine habite tout homme et que la lumière apportée par le christianisme est si extraordinaire qu’elle a de quoi toucher tous les hommes.

Renseignements pratiques

10ème colloque Résurrection « Evolution ou Création, faut-il choisir ? »

Samedi 21 novembre 2009, de 9 h à 12h30; à la Sorbonne, Amphithéâtre Louis Liard, 17 rue de la Sorbonne, Paris 5ème.

Avec la participation de :

– Marc Godinot, Directeur d’études à l’Ecole pratique des Hautes Etudes, section des Sciences du Vivant
– Michel Morange, Professeur de Biologie à l’Ecole normale supérieure et à l’Université Paris VI
– Père Michel Gitton, ancien assistant d’histoire à l’Université Paris XII, Directeur de la revue Résurrection
– Mgr Fiorenzo Facchini, Professeur d’anthropologie à l’Université de Bologne

Programme

– 8h45 Accueil des participants
– 9h15 Présentation de la matinée par Isabelle Ledoux-Rak, professeur de physique et chimie à l’Ecole Normale Supérieure de Cachan
– 9h30 Les Apports paléontologiques à la théorie de l’évolution : Communication de Marc Godinot, Directeur d’études à l’Ecole pratique des Hautes Etudes, section des Sciences du Vivant
– 10h10 Les mécanismes génétiques de l’évolution : Communication de Michel MORANGE, Professeur de biologie à l’Ecole Normale Supérieure et à l’Université Paris VI. Directeur du centre Cavaillès d’histoire et de philosophie des sciences de l’ENS
– 10h50 Pause et présentation de publications
– 11h Confrontation entre lecture scientifique et perspectives métaphysiques à propos de l’évolution : Communication de Mgr Fiorenzo FACCHINI, Professeur d’anthropologie à l’Université de Bologne, auteur de Origines de l’Homme et évolution culturelle (Rouergue éd.), Les défis de l’Evolution paru le 1er octobre 2009 éd. Parole et Silence, Collection Communio.
– 11h45 Table ronde avec la participation des intervenants et du Père Michel Gitton, Ancien Assistant d’histoire à l’Université Paris XII, Directeur de Résurrection
– Questions-Réponses

Inscriptions

Pour avoir une place réservée, et recevoir le dossier du colloque, inscrivez-vous dès maintenant de préférence par voie électronique auprès de soeurfrancoise@yahoo.fr. Sinon par voie postale à l’adresse : Résurrection, 25 rue Vieille Notre Dame, 77160 Provins.

Entrée libre. Les non-inscrits seront admis dans la limite des places encore disponibles.

4 réflexions au sujet de « Evolution ou création, faut-il choisir ? »

  1. mathieu c

    le cour est intéressant mais passé la question du darwinisme et de la théorie de l’évolution (assez bien exposée d’ailleurs) Monsieur Lambert ne répond pas vraiment aux questions qu’ils posent (ou alors très bizarrement) et c’est dommage.
    Par exemple il n’explique pas vraiment pourquoi il différencie l’homme de l’animal (d’ailleurs il se contredit à ce sujet).
    Dommage mais une très bonne introduction à la question à part ça. Merci pour le lien

  2. Jean-Manuel

    Ce qu’il y a d’abolument d’extraordinaire, c’est que les découvertes scientifiques faites au cours du XX° siècle confirment la présence d’un Dieu créateur, tant sur le plan macroscopique que microscopique, les deux conceptions se rejoignant dans une synthèse géniale, où création et évolution loin de s’opposer se complètent harmonieusement dsans une vision universelle de notre destinée.

    Mais il ne suffit pas de dire, il faut démontrer, alors suivez-moi et vous ne le regretterez pas.

    1/ Du point de vue macroscopique : « Dieu dit ; que la lumière soit, et la lumière fut  » (Gn 3). La théorie du  » BIG BANG » , désormais complètement admise sur le plan scientifique ne dit pas autre chose.

    Ainsi, démolissant au passage l’athéisme de la théorie d’Aristote, nous savons que l’Univers a commencé un jour, il y a quelques 4 ou 5 milliards d’années, et que nous venons directement de là.

    En effet, quand l’énorme quantité d’énergie a commencé à se dissiper, la matière est apparue sous forme d’atomes qui se sont réunis pour donner des corps simples, puis ceux-ci se sont assemblés pour donner des molécules, celles-ci s’assemblant à leur tour pour donner des ensembles de plus en plus complexes, pour aboutir enfin à la moléciule la plus complexe que la nature aie jamais produite, qui est l’ADN, notre carte d’identité biologique.

    2/ Mais là nous passons au deuxième plan qui est microscopique. Sous quelques centièmes de mm. se trouve un ensemble extraordinaire, plus puissant que les plus puissants programmes d’informatique que l’homme avec son intelligence aie pu produire.

    Ainsi au moment de la fécondation, notre ADN, et il n’y en pas deux semblables depuis la création et les milliards d’hommes qui se sont succédés sur terre, va résulter de la combinaison chimique des ADN de nos parents pour donner l’individu unique que nous sommes.

    Et là en quelques instants va se passer quelquechose de fantastique : un langage, nous disent les linguinstes, comportant des mots qui s’assemblent pour donner des phrases avec des règles grammaticales précises, un orthographe, une ponctuation et même un correcteur d’orthographe, va démarrer pour produire un petit d’homme 9 mois plus tard , en retraçant toutes les étapes de l’évolution, passant de la vie marine à la vie aérienne.

    Or l’évangile de St. Jean ne nous dit pas autre chose pour qui sait maintenant décrypter :

    « Au commencement était la Parole, la Parole était en Dieu, la Parole était Dieu » (Jn, 1-1)

    « En elle était la vie, et la vie était la Lumière des hommes » (Jn, 1-4)

    «  »Et la Parole a été faite chair… » (Jn, 1-14)

    La science confirme une fois encore ce que nous dit la Bible. Réjouissons-nous, après cela l’athéisme n’existe plus, Dieu n’est plus une hypothèse mais une certitude, création et évolution se complètent harmonieusement dans un projet dont nous sommes l’aboutissement.

    Après tout cela, prétendre que la création vient du hasard et de la nécessité, est aussi pertinent que de dire que l’ordinateur qui est sur notre bureau avec tous ses programmes, est arrivé là par hasard.

    Comprenne qui peut…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *