« Jésus nous envoie jusqu’aux extrémités de la terre pour témoigner de tout ce que nous avons entendu, appris et annoncé »

C’est la déclaration finale au terme du troisième Congrès missionnaire américain (CAM3), nous rappelant que l’évangélisation est notre « mission pour l’humanité ».

Quito (Agence Fides) A la fin du troisième Congrès missionnaire américain (CAM 3), les missionnaires des cinq continents ont diffusé une déclaration dans laquelle ils confirment leur disponibilité pour annoncer l’Evangile, construire un monde fraternel, juste et solidaire et collaborer à l’œuvre de l’Esprit Saint dans la construction du Royaume. Cette déclaration s’articule en 17 points et concerne différents aspects de la mission de l’Eglise. En premier lieu, elle rappelle que la mission Ad Gentes est une « mission pour l’humanité » et elle met en évidence l’engagement des missionnaires à « assumer avec enthousiasme et dans une responsabilité partagée avec toute l’Eglise, la mission Ad Gentes, qui exige une conversion personnelle et un changement des structures pastorales afin que l’Evangile parvienne à tous ». A l’intérieur de cette mission, « il faut miser en priorité sur la formation et l’accompagnement des familles chrétiennes afin que, par leur vie, leur fidélité et leur communion, elles soient évangélisatrices et missionnaires. » Il s’agit de revitaliser la pastorale familiale et de soutenir les expériences de familles missionnaires Ad Gentes.

Un autre point de la déclaration concerne l’immigration et la marginalisation, des phénomènes qui constituent « un défi de première importance, perceptible dans les outrages que subissent les droits d’enfants, de femmes, d’hommes et de familles. » Il faut donc promouvoir la culture de la dignité humaine.

En ce qui concerne le laïcat, le congrès a mis en évidence la nécessité d’une formation intégrale, spirituelle, pastorale et missionnaire, afin que les laïcs puissent devenir des messagers de la Grande mission du Continent.

En tant que laïcs, les jeunes ont une place particulière dans le projet missionnaire américain.

« En tant qu’Eglise, nous estimons et respectons les indigènes ainsi que les personnes d’origine africaine qui habitent le Continent, nous assumons l’urgence de reconnaître leurs territoires, leurs langages et leurs traditions afin qu’ils aient leur place dans la société et dans l’Eglise », peut-on encore lire dans la déclaration.

Sur le lien entre la mission et les moyens de communication sociale, le congrès souligne que les médias doivent « répondre à de nouvelles situations historiques, sociales et ecclésiales en transmettant l’amour de Dieu et la Bonne Nouvelle du Royaume par une communication du témoignage coordonnée et intégrée à la pastorale ordinaire. »

Les missionnaires s’engagent également dans l’éducation « pour créer, avec les acteurs du secteur éducatif, des espaces de formation et de dialogue prophétique, pour être des témoins de la Bonne Nouvelle du Royaume dans le monde contemporain. » Les religieux et les religieuses sont appelés à être eux aussi des disciples missionnaires « en s’appuyant sur une solide spiritualité trinitaire de l’action envers les plus pauvres et les exclus ; en ayant un cœur unique et solidaire qui aime chacun, un cœur détaché ouvert à chaque, à la mission et à l’envoi Ad Gentes. »

« Missionnaires de l’Amérique, aujourd’hui, au terme du CAM 3, Jésus nous envoie jusqu’aux extrémités de la terre pour témoigner de tout ce que nous avons entendu, appris et annoncé », conclue la déclaration finale du congrès.

Source : Fides

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *