Voulons-nous vraiment évangéliser ?

Voulons-nous vraiment nous lancer dans l’évangélisation de nos contemporains ? Leur annoncer le Christ tout en respectant leur liberté ?

Sommes-nous engloutis par les préoccupations du monde ? Ou arrivons-nous à suivre une vie de prière intense ? Jean-Paul II disait que le ventre de l’évangélisation était l’adoration. Passons-nous du temps, chaque semaine, à adorer le Seigneur dans le Saint Sacrement ? L’adoration n’est pas une « chosification » : le Christ est vraiment présent dans l’hostie consacrée. En adorant, nous nous apprenons la compassion pour ceux qui ne Le connaissent pas et nous voulons alors Le leur annoncer.

Quelles sont nos réticences à évangéliser ? Le respect humain , la peur de déranger celui qui sommeille, de ne pas le laisser libre, ou celle de mal faire ? Le Christ nous demande cependant que de L’annoncer. Vouloir s’entendre dire soi-même des choses merveilleuses à ceux qui n’ont pas la foi est un signe d’orgueil. « Evangéliser n’est pas pour moi un motif d’orgueil, c’est une nécessité qui m’incombe ! » nous dit Saint Paul (1 Co 9-16). En cette année Saint Paul, nous devrions méditer cette phrase.

Evangéliser, ce peut-être parler de Jésus pour la première fois à notre voisin de palier. A notre professeur de guitare. A notre chauffeur de taxi. Ou encore, manifester au monde notre affection au pape quand il se trouve attaqué dans les médias. Vous pouvez d’ailleurs lui porter votre témoignage en ligne sur Benoît j’ai confiance en toi.org, qui a réuni plus de 12.000 signatures ! (Cliquez ici).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *