La pédagogie du Pélican

“L’Eucharistie : source et sommet de la vie et de la mission de l’Eglise.” Tel est le titre du Synode sur l’Eucharistie qu’avait lancé notre bien-aimé pape Jean-Paul II en octobre 2005…

Autant dire qu’évangéliser revient à transmettre notre amour fou de la Sainte Messe et de Jésus présent au plus haut point dans le Très Saint Sacrement appelé Sacrement de l’Amour.

Mais, comment rendre compte de l’intégralité de ce mystère de manière simple ?

Le Moyen-âge chrétien a choisi le symbole d’un oiseau pour éclairer les chrétiens, de façon analogique- et forcément imparfaite- sur ce si grand mystère.

Le pélican qui vit sur les rives des lacs et des fleuves, dans les régions chaudes, alimente ses petits avec la nourriture qu’il prélève avec son bec de la poche membraneuse, située à sa mandibule inférieure.

De cette réalité naturelle, est née une légende qui prétend que le pélican, lorsqu’il ne trouve pas de nourriture pour ses petits, se déchire les entrailles, en nourrit sa progéniture et meurt. La tradition chrétienne a vu dans cette légende un symbole eucharistique.

En effet, le Christ donne Sa vie librement pour sauver les hommes de la mort. Il les nourrit de Sa grâce acquise au prix de Son sang précieux et spécialement par le Sacrement de l’Eucharistie. “Ma chair est la vraie nourriture et mon sang la vraie boisson”. (Jn, 6)

Il n’est pas rare encore aujourd’hui de découvrir un pélican sur un tabernacle ou dans une sacristie d’une vieille église. Saint Thomas d’Aquin reprend cette image dans une hymne au Saint Sacrement, l’Adoro Te devote (Je t’adore à la folie) et appelle le Christ le “pieux pélican”.

Symbole ancien mais toujours actuel, puisque Benoît XVI a offert aux évêques qui ont participé au Synode sur l’Eucharistie (Qu’il a poursuivi après la mort de Jean-Paul II) … un anneau épiscopal avec la figure du pélican !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *