Mgr Bruguès à Notre Dame de Paris : « Les chrétiens doivent inventer une nouvelle évangélisation »

Mgr Jean-Louis Bruguès - Anuncioblog - évangélisation

Mgr Jean-Louis Bruguès, français, dominicain et théologien, ancien évêque d’Angers, occupe à Rome, depuis novembre 2007, le poste de secrétaire (n°2) de la Congrégation pour l’éducation catholique. Dimanche, il concluait en la cathédrale Notre Dame de Paris les conférences de Carême, qui étaient cette année sur le thème « Vatican II, une boussole pour notre temps ».

Dans sa conférence, qui portait le titre « Vatican II devant nous », Mgr Bruguès a rappelé la nécessité, pour les chrétiens, de réinventer l’évangélisation, en la renouvelant. A l’Eglise de « réviser de fond en comble sa mission et son mode de présence », a-t-il dit.

Extraits :

« Chausser de telles lunettes nous oblige évidemment à dépasser les passions du moment : que restera-t-il demain des querelles du temps présent ? Un tel choix nous contraint aussi à perdre quelque peu de vue la pertinence de ce moment unique : il ne s’agit nullement de nier le caractère décisif de cet événement, non seulement pour l’Eglise, mais pour le monde moderne. Le Général De Gaulle qui s’y connaissait en histoire confia un jour qu’il tenait le Concile de Vatican II pour l’événement le plus important du XXe siècle. Mais enfin, ce siècle est passé. La liste des témoins directs, sinon des acteurs, se fait chaque jour plus mince et plus ténue ; il arrivera bientôt qu’elle s’effacera complètement. Le propre des événements est de s’écouler et il ne servirait à rien de vouloir maintenir un quelconque esprit du concile par-delà les générations, et même par-delà les textes. L’esprit ne survit pas au temps s’il ne s’incarne dans des écrits et des pratiques. Arrive immanquablement un jour où les plus profondes réformes ont besoin, à leur tour, d’être réformées. « Tout est toujours à réformer », soupirait déjà le Maître de Santiago. Le tissu de l’histoire de l’Eglise se trouve ainsi constitué d’une trame dense de réformes renouvelées.

(…)

Cette sollicitude envers le monde moderne, enfin, impose à l’Eglise de réviser de fond en comble sa mission et son mode de présence. La sécularisation a façonné des sociétés comme on n’en avait jamais connues dans le passé : il faut donc que les chrétiens inventent – et le mot n’est pas trop fort – une « nouvelle évangélisation », une évangélisation de la culture et par la culture. A société nouvelle, évangélisation renouvelée. Il me semble, hélas, que toutes les forces vives de notre Eglise n’ont pas encore pris la mesure de cette ardente obligation. »

– L’intégralité de la conférence : site du diocèse de Paris
– Pour en savoir plus sur Mgr Bruguès : article de La Croix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *