Du Death Metal à Jesus Christ


A l’adolescence, j’étais dans une spirale d’autodestruction : insomnie, drogue, alcohol, scarifications (…) j’étais à fond dans le black metal et le death metal : satanisme, suicide, tout ce qui est morbide (Carpathian Forest etc.). Je vivais une angoise et une oppression continuelle (…) A Paray-le-Monial, j’ai rencontré un « metalleux », comme moi. Il m’a dit comment Jésus avait bouleversé sa vie (…) je me suis mis à genoux, j’ai prié. L’Amour de Dieu est déscendu sur moi, physiquement, m’a visité entièrement.

Une réflexion au sujet de « Du Death Metal à Jesus Christ »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *