Pétition suite à la mort de Chantal Sébire

La mort de Chantal Sébire est encore dans tous les esprits. La question de l’euthanasie hante bon nombre d’entre nous.

L’euthanasie, c’est quoi, en réalité ? Quel rapport avec l’acharnement thérapeutique ? Comment soulager les souffrances des patients ? Est-ce un suicide assisté ? Que signifie l’expression « mourir dans la dignité » ? Chantal Sébire est-elle un cas unique ? Etait-elle abandonnée de tous ? Avait-elle tout essayé ? Lui restait-il de l’espoir, malgré sa situation dramatique ? Comme accepter l’intolérable ? Quels soins palliatifs pratiquer ?

Est-il vrai qu’on estime à 25.000 le nombre d’euthanasies pratiquées en France, chaque année, dans les hôpitaux ? Faut-il assouplir la loi ? Quid du serment d’Hippocrate ? Que dit la loi Leonetti ? Une « loi d’exception » ne serait-elle pas la porte ouverte à certaines dérives ? Euthanasie, eugénisme, ou euthanazi ? Qui dit vrai ? Il y a-t-il manipulation de la part de certains lobbies ou sommes-nous purement et simplement dans une culture de mort, une société du paraître ?

Pour élever le débat, nous invitons à vous rendre sur le site dédié Nous voulons la vie! et à signer la pétition en ligne. Vous pouvez aussi largement relayer l’info à tous vos contacts !

Bon surf !

Accès direct à la pétition : http://www.nousvoulonslavie.com/petition

6 réflexions au sujet de « Pétition suite à la mort de Chantal Sébire »

  1. MAYEUX Michel

    Un nouveau "kit euthanasie" crée l’émoi en Suisse | Rue89
    http://www.rue89.com/2008/03/28/...

    mon commentaire le votre est le bienvenu

    je n’apprécie pas le ton de l’article mais sur le plan de l’information il est intéressant à lire

    il faut en finir une fois pour toute avec le rappel de l’éthique

    quelle éthique

    il y a l’éthique du croyant en des superstitions religieuses

    et il y a l’éthique de l’athée comme moi qui prétend disposer en son âme et conscience de citoyen libre

    de pouvoir disposer du droit de décider en son âme et conscience d’athée, d’interrompre sa propre vie au jour et à l’heure de son choix personnel

    selon sa conception personnelle de sa "bonne mort" , de sa ‘mort dans la dignité"

    quand acculé à une fin de vie difficile, qui traîne en longueur,

    comme n’importe quel citoyen ou citoyenne athée

    il doit pouvoir produire à son médecin de confiance un document sous sein privé dénommé "testament de fin de vie biologique dans la dignité" signé et daté

    en expliquant le motif de son choix de mettre fin à une vie devenue intolérable

    muni de ce document dont il conservera la copie originale, un médecin qui ne rejette pas le principe du "droit de mourir dans la dignité »

    doit pouvoir tout à fait légalement rédiger l’ordonnance médicale qui permettra la délivrance, nominativement, par le pharmacien, du produit létal prescrit par ce médecin ayant rédigé l’ordonnance

    produit létal qui permettra au patient dont le nom et l’adresse figure sur l’ordonnance remise à un pharmacien agrée qui vendra le produit létal prescrit

    par ce médecin traitant et de confiance qui connaît la maladie inguérissable ou très douloureuse et qui accepte de soutenir médicamenteuse ment la dernière volonté de son patient ou de sa patiente

    il n’y a pas d’autres précautions à prendre
    et il faut en finir avec d’imbéciles allusions au nazisme

    le nazisme n’existe plus
    les tribunaux catholiques d’inquisition n’existent plus non plus

    nous sommes citoyens et citoyennes d’une état de droit laïque et pas confessionnel

    nous somme dont en en droit de disposer de notre fin de vie comme nous l’entendons

    un point c’est tout

    et les croyants et croyantes en des superstitions religieuses qui préfèrent faire le choix du laisser mourir que leur offre la loi léonetti,

    personne ne peut s’y opposer, évidemment

    et je suis infiniment reconnaissant à maître ludwig minelli
    le président de l’association suisse pour la défense de la mort dans la dignité (DIGNITAS)

    de militer avec autant de pugnacité pour permettre la légalisation de la libre commercialisation en pharmacie de kits

    permettant à ceux et à celles qui en font la demande régulièrement de mettre fin dignement et paisiblement à une vie devenue à leurs yeux détestable et invivable plus longtemps

    28/03/2008 22:04

  2. douce

    ce que vous prônez est tout simplement la loi de la jungle. je la refuse. Il n’y aurait de place que pour les beaux, les jeunes, les riches. Ce que vous ometez dnas votre beau discours,c’est le poids du regard des autres, le poid social qui peut pousser quelqu’un à trouver sa vie detestable et y mettre fin. Ce que je souhaite, c’est aider des personnes à trouver ou retrouver goût à la vie. non leur donner un kit de suicide. Balancer à la tête du lecteur de vaste mor comme liberté, laïcité, et taxer dans la même phrase des religions ou des philosophies de "superstitions" est unpeu contradictoire, cher monsieur. J’y vois simplement que l’impérialisme n’est pas où l’on croit…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *