Benoît XVI : « Avant d’entreprendre son oeuvre évangélisatrice, Paul a vu sa route croisée par Jésus-Christ »

BenoitXVI-250808.jpg

A l’occasion de l’audience générale tenue devant 15.000 personnes place Saint Pierre, Benoît XVI a repris le cycle catéchistique consacrée à saint Paul, abordant aujourd’hui ses rapports avec les Douze. Bien qu’il ait été contemporain de Jésus, a-t-il rappelé, « il n’eut pas l’occasion de le rencontrer au cours de sa vie publique ». C’est pourquoi, il eut « besoin de consulter les premiers disciples du Maître afin de… porter l’Evangile jusqu’aux confins du monde ». Paul commence donc son oeuvre missionnaire après une rencontre avec Jésus, sur le chemin de Damas. Ou comment la conversion personnelle est ce qui mène à l’évangélisation ?

Comme en témoigne l’Epître aux Galates, Paul rencontra Pierre, Jacques et Jean, qu’il définit comme les Colonnes de l’Eglise. Et dans l’Epître aux Corinthiens, il affirme que les paroles du Christ lors de la dernière cène constituent le centre de la vie de l’Eglise. Ces paroles, a ensuite souligné le Pape montrent d’abord que « l’Eucharistie éclaire la malédiction de la croix dont elle fait une bénédiction tout en révélant la portée de la mort et résurrection de Jésus… A partir de l’Eucharistie et en elle se bâtit l’Eglise, qui se reconnaît comme le Corps du Christ alimenté jour après jour par la puissance de l’Esprit ». On note chez Paul, a alors souligné le Saint-Père, l’emploi de la formule « Il est ressuscité », et non de « Il a été ressuscité », de manière à montrer l’effet permanent de ce présent sur la vie des fidèles, ce qui peut se traduire par « ressuscité, il continue de vivre dans l’Eucharistie et dans l’Eglise ».

Puis Benoît XVI a affirmé l’importance attribuée par saint Paul « à la tradition vivante de l’Eglise, qui passe de génération en génération et démontre le caractère erroné de la thèse selon laquelle il serait l’inventeur du christianisme. Avant d’entreprendre son oeuvre évangélisatrice, Paul a vu sa route croisée par Jésus-Christ. Le Seigneur l’a rencontré sur le Chemin de Damas, avant qu’il le connaisse en participant à la vie de l’Eglise, en écoutant le témoignage des Douze, en le suivant enfin sur les routes de la Galilée ».

« Mes prochaines catéchèses – a dit le Pape – reviendront sur ce que Paul a apporté à l’Eglise primitive. La mission qu’il reçut du Ressuscité d’évangéliser les gentils eut besoin d’un signe d’approbation et de confirmation ». En effet, les apôtres lui tendirent la main droite. Plus – a conclu Benoît XVI – nous suivrons les traces de Jésus de Nazareth sur les routes de la Galilée, plus nous comprendrons qu’il s’est chargé de notre humanité en la partageant pleinement, péché exclu. Notre foi ne naît pas d’un mythe, ni d’une idée, mais de notre rencontre avec le Ressuscité dans la vie de son Eglise ».

Source : Vatican Information Service (VIS)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *