Benoît XVI : « L’état d’apôtre engage totalement l’existence de la personne touchée »

La catéchèse de l’audience générale du mercredi, tenue Salle Paul VI, a été consacrée par le Pape à un point fondamental de la vie de saint Paul : l’apostolat. Ainsi, Benoît XVI a expliqué qu’en matière d’évangélisation, « l’état d’apôtre engage totalement l’existence de la personne touchée ». Une façon de rassurer, finalement, ce qui pensent qu’évangéliser est « l’affaire de leur vie ».

« Le concept paulinien d’apostolat, a expliqué Benoît XVI, se caractérise par trois éléments. Le premier est avoir vu le Seigneur, avoir eu avec lui une rencontre déterminante pour l’orientation de sa vie… On ne se fait pas apôtre, c’est le Christ qui constitue l’apostolat. Ainsi l’apôtre est-il sans cesse contraint d’en référer au Seigneur ».

La seconde caractéristique est d’être envoyé. « Le mot grec Apostolos signifie envoyé, représentant. Ici encore, c’est une initiative qui nous est étrangère, qui vient de Dieu en Jésus-Christ et constitue un devoir absolu… car il s’agit d’une mission à accomplir en son nom à l’exclusion de tout intérêt personnel ».

« L’annonce évangélique et la fondation d’Eglises en découlant » constituent le troisième point fondamental requis par saint Paul. « Apôtre ne saurait être un titre honoraire – a précisé le Pape – car cet état engage totalement l’existence de la personne touchée ». Ainsi Paul définit-il les apôtres « collaborateurs de Dieu, que sa grâce agissante accompagne. Une caractéristique du véritable apôtre… est son identification entre Evangile et évangélisateur, dont le destin est commun. Personne comme Paul n’a souligné combien l’annonce de la croix était à la fois scandale et nécessité, un lien incompréhensible pour beaucoup, aujourd’hui comme alors ».

« Paul, a poursuivi Benoît XVI, partage un concept stoïcien de son temps, l’idée d’une tenace constante face aux difficultés. Ceci dit, pour aller au-delà de la perspective strictement philosophique, il faut recourir à l’amour de Dieu et du Christ… Là réside la certitude et la joie profonde qui l’accompagneront dans chacune de ses épreuves. Rien ne peut nous séparer de l’amour de Dieu, qui est la véritable richesse de la vie humaine… Paul a consacré toute son existence au service de l’Evangile » a conclu le Saint-Père. « Il a accompli sa mission avec fidélité et enthousiasme, pour sauver le plus de personnes possible. Au-delà de son sentiment de paternité-maternité, il adopta toujours envers les Eglises une attitude absolue de service : « Nous ne demandons pas d’être les patrons de votre foi mais d’être les collaborateurs de votre joie, exprimant ainsi ce qu’est la mission apostolique à toute époque, être collaborateurs du Christ et de la joie véritable ».

Source : Vatican Information Service (VIS)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *