La grande joie de l’évangélisation

L’importance de la prière, de la fidélité sur le chemin de la sainteté mais aussi la difficulté de l’évangélisation directe : le cardinal Christoph Schönborn, archevêque de Vienne, évoque avec humilité et profondeur la vocation du prêtre, confronté à des défis de plus en complexes, dans un livre intitulé La Joie d’être prêtre – A la suite du Curé d’Ars, publié aux Editions des Béatitudes. Cet ouvrage regroupe les enseignements donnés par le cardinal à l’occasion de la Retraite Sacerdotale Internationale qui s’est déroulée en septembre 2009 à Ars, village du patron de tous les prêtres du monde.

La grande joie de l’évangélisation, selon le cardinal Schönborn

Dans cet ouvrage, le cardinal Schönborn évoque notamment l’importance de l’évangélisation, particulièrement des jeunes. Il souligne la « grande joie » ressentie à évangéliser directement, mais aussi la « grande peur de le faire ». « Chaque fois que j’ai pu faire une expérience dans ce sens, j’en étais profondément heureux », affirme-t-il en révélant la « trouille » ressentie « à parler directement de ma foi à quelqu’un dans la rue ».

Il relate ainsi un épisode qui s’est déroulé dans le train : « Une horde de jeunes est entrée dans le train. Ils avaient déjà pas mal bu. J’ai compris qu’ils venaient de passer leur bac et ils se rendaient à une ‘méga fête’ en cet honneur. J’étais en train de prier mon bréviaire, très pieusement, et ils me dérangeaient ».

Troublé par les « petites remarques » des jeunes à son encontre, le cardinal réagit par de « petits sourires », avant de les voir descendre à Salzbourg. C’est alors qu’il réalise « qu’ils se rendaient en Turquie où de grandes beuveries sont organisées pour les bacheliers, dans lesquelles le sexe est à l’honneur, où les préservatifs et la pilule sont distribués gratuitement ».

« Quand ils furent sortis du train, j’ai pleuré amèrement sur moi-même : tu as eu là, devant toi, une bonne vingtaine de jeunes qui, manifestement, attendaient quelque chose de toi, même sous la forme de petites moqueries ; le Cardinal, leur Cardinal est là, dans le train ! », se rappelle-t-il. « J’en rougis encore aujourd’hui. C’est ça, de rater le moment où Jésus nous appelle : ‘Maintenant, vas-y, annonce-leur l’Evangile, pas nécessairement par de grandes paroles, mais simplement par ta présence’ ».

Lire l’intégralité de cet article : sur le site de Zenit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *