La Nativité, un événement historique et un remède à l’absurde

Nativité

A Noël, les chrétiens célèbrent un événement historique qui est un remède à l’absurde, a fait observer en substance Benoît XVI en méditant sur l’universalité de la fête de Noël, à l’occasion de l’audience du mercredi.

Le pape a tenu la dernière audience hebdomadaire de l’année civile hier matin en la salle Paul VI du Vatican devant quelque 5.000 visiteurs de différents continents. Il les a salués en italien, en français, en anglais, en allemand, en espagnol, en polonais, en slovaque.

Benoît XVI a notamment insisté sur le caractère historique de l’événement que Noël célèbre, en disant : « A Noël, nous ne nous limitons donc pas à commémorer la naissance d’un grand personnage ; nous ne célébrons pas simplement et de façon abstraite le mystère de la naissance de l’homme ou le mystère de la vie en général ; pas plus que nous ne fêtons seulement le début de la nouvelle saison. A Noël, nous rappelons quelque chose de très concret et d’important pour les hommes, quelque chose d’essentiel pour la foi chrétienne, une vérité que saint Jean résume dans ces quelques paroles : ‘Le Verbe s’est fait chair’. Il s’agit d’un événement historique que l’évangéliste Luc se préoccupe de situer dans un contexte bien déterminé : au cours des jours où parut l’édit du premier recensement de César Auguste, lorsque Quirinius était déjà gouverneur de Syrie. C’est donc dans la nuit d’une date historique qu’eut lieu l’événement de salut qu’Israël attendait depuis des siècles ».

Citant implicitement le chapitre 9 du livre d’Isaïe que l’Eglise lit la nuit de Noël – « le Peuple qui marchait dans les ténèbres a vu une grande lumière » – , le pape a ajouté : « Dans l’obscurité de la nuit de Bethléem s’alluma réellement une grande lumière : le créateur de l’univers s’est incarné, s’unissant de façon indissoluble à la nature humaine, au point d’être réellement ‘Dieu de Dieu, lumière de lumière’, et dans le même temps homme, vrai homme ».

Mais Benoît XVI a proposé une lecture nouvelle du terme « le Verbe » en soulignant que Dieu redonne « sens » à la vie de l’homme par son incarnation : « Ce que Jean appelle en grec ho logos – traduit en latin Verbum – ‘le Verbe’ – signifie également ‘le Sens’. Nous pourrions donc comprendre ainsi l’expression de Jean : le ‘Sens éternel’ du monde est devenu tangible à nos sens et à notre intelligence ; nous pouvons à présent le toucher et le contempler (cf. 1 Jn 1, 1) ».

Et d’insister sur la proximité de Dieu en disant : « Le ‘Sens’ qui s’est fait chair n’est pas simplement une idée générale présente dans le monde ; il s’agit d’une ‘Parole’ qui nous est adressée. Le Logos nous connaît, nous appelle, nous guide. Il ne s’agit pas d’une loi universelle, au sein de laquelle nous accomplissons un rôle, mais il s’agit d’une Personne qui s’intéresse à chaque personne: c’est le Fils du Dieu vivant, qui s’est fait homme à Bethléem ».

« A beaucoup hommes, et d’une certaine façon à nous tous, cela semble trop beau pour être vrai, a fait observer le pape. En effet, on nous répète ici : oui, il existe un sens, et le sens n’est pas une protestation impuissante contre l’absurde. Le Sens a un pouvoir : c’est Dieu. Un Dieu bon qui ne doit pas être confondu avec un quelconque être très-haut et lointain, auquel il ne nous serait jamais donné d’arriver, mais un Dieu qui s’est fait notre prochain et qui est très proche de nous, qui a du temps pour chacun de nous et qui est venu pour demeurer avec nous ».

La petitesse de l’enfant est capable de faire fondre l’orgueil, a souligné Benoît XVI « Et alors, nous nous demandons spontanément : ‘Une telle chose est-elle possible ? Est-ce digne de Dieu de se faire enfant ?’ Pour tenter d’ouvrir le cœur à cette vérité qui illumine l’existence humaine tout entière, il faut plier l’esprit et reconnaître la limite de notre intelligence. Dans la grotte de Bethléem, Dieu se montre à nous comme un humble ‘enfant’ pour vaincre notre orgueil ».

Libéré de l’orgueil, alors l’homme peut aimer, conclut le pape : « Peut-être nous serions-nous inclinés plus facilement devant la puissance, devant la sagesse ; mais Lui ne veut pas que nous nous inclinions ; il fait au contraire appel à notre cœur et à notre libre choix d’accepter son amour. Il s’est fait petit pour nous libérer de cette prétention humaine de grandeur qui jaillit de l’orgueil ; il s’est incarné librement pour nous rendre véritablement libres, libres de l’aimer ».

Source : Zenit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *