Annoncer sa foi, est-ce faire du prosélytisme ?

Le prosélytisme est souvent un bon prétexte pour ne pas évangéliser. Qu’en est-il réellement ? Où se situe la limite entre prosélystime et évangélisation ? La réponse d’Il est Vivant, en partenariat avec Anuncioblog.

“Évangéliser”, c’est faire connaître Jésus Christ et son message de Bonne Nouvelle. Eu angelion, en grec, veut dire en effet bonne nouvelle. Et les évangiles nous parlent du premier évangélisateur, Jésus Christ. En même temps, Jésus est “La” bonne nouvelle : c’est lui qui donne sens à notre vie, en nous montrant que Dieu nous aime. C’est lui qui nous dit que notre existence n’est pas un hasard, que nous sommes appelés à la vie par amour, l’amour du Dieu créateur. Grâce à la Bonne Nouvelle, à l’Évangile de Jésus Christ, nous savons que Dieu nous aime, et que notre vie sur la terre a un but, la vie éternelle avec Dieu dans l’amour et le bonheur : le Ciel.

Quand nous avons accueilli pour nous-même cette Bonne Nouvelle, comment ne pas la communiquer aux autres ? C’est cela l’évangélisation.

Qui sont les évangélisateurs ? Tous les disciples de Jésus, ceux qui croient en lui et se sont fait baptisés en son nom, sont invités par lui à évangéliser : « Allez dans le monde entier, proclamer l’Évangile à toute la création » (évangile de saint Marc, chapitre 16, verset 15) et « Allez donc, de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit » (évangile de saint Matthieu, chapitre 28, verset 19).

Comment évangélise-t-on ? Cette évangélisation se fait avec le don de l’Esprit Saint : « Vous allez recevoir une force, celle de l’Esprit Saint qui descendra sur vous. Vous serez alors mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre » (Actes des apôtres, chapitre 1, verset 8). Cette communauté de disciples, de baptisés, animée par l’Esprit Saint, organisée autour des apôtres et de leurs successeurs, c’est l’Église. Les chrétiens évangélisent donc, unis entre eux dans l’Église, et envoyés par l’Église.

Annoncer l’Évangile, est-ce du prosélytisme ? Au départ “prosélyte” avait un sens très noble. Ce mot désignait au 1er siècle les “craignant-Dieu”, c’est-à-dire des non-juifs de naissance qui recherchaient Dieu dans le Dieu d’Israël. (Egalement, du grec “aller vers”, NDLR).

Aujourd’hui on utilise ce mot de façon péjorative pour stigmatiser quelqu’un qui cherche à faire des disciples ; aussi bien pour des idées philosophiques ou politiques que religieuses. Et en sous-entendant que ce sera toujours par des procédés malhonnêtes.

Dans la réalité, quiconque est vraiment convaincu de ses idées politiques, sociales ou philosophiques cherche naturellement à les faire partager. Dans les affaires et le commerce, on va plus loin : on dépense des sommes énormes pour essayer de convaincre les autres, par la publicité, d’acheter votre produit ; on pourrait dire que c’est du prosélytisme à outrance…

Gardons raison : pour un chrétien essayer de faire découvrir à ses interlocuteurs sa joie et le sens de sa vie n’a rien que de très légitime.

Quant à la façon de faire, les chrétiens recherchent les procédés les plus respectueux de la liberté des personnes : on ne peut rencontrer Jésus Christ que dans sa liberté profonde. Rencontrer Jésus, c’est « la rencontre de deux amours ». En effet ce que le Dieu des chrétiens cherche chez l’homme, c’est l’amour, et l’amour ne peut naître que de la liberté.

Certains, cependant, disent que l’évangélisation les dérange, et qu’elle devrait être proscrite au nom de la laïcité. L’évangélisation est un droit fondamental de la personne, qui repose sur la liberté religieuse et la liberté d’opinion, avec le droit de s’exprimer et de communiquer ses idées. Ce sont des libertés publiques, garanties par la Déclaration internationale des droits de l’homme : en France, elles sont des libertés garanties par la Constitution.

Comment l’Église recommande-t-elle d’évangéliser ? Par la parole, le témoignage, la charité. La vie chrétienne, quand elle montre l’évangile vécu, est un témoignage ; mais ce témoignage ne sera vraiment perçu que s’il est référé clairement au Christ. Aussi faut-il annoncer explicitement, comme l’explique le texte Evangelii nuntiandi (“Il faut annoncer l’Évangile”, Paul VI, 1975) citant saint Paul : « Comment croire sans l’avoir entendu ? Et comment entendre sans prédicateur ? (…) Car la foi naît de la prédication et la prédication se fait par la Parole du Christ. »

Loin d’être contraire à la liberté religieuse, l’évangélisation est un hommage à la liberté de l’homme. C’est lui offrir de connaître la joie que nous éprouvons d’avoir découvert l’amour et l’espérance de Dieu. Ce Dieu qui nous fait libres, parce qu’il nous aime : « Il s’attache à moi, et moi je le rends libre » (Psaume 91, verset 14).

Hervé-Marie Catta, laïc missionnaire

Citation biblique

« Vous allez recevoir une force, celle de l’Esprit Saint qui descendra sur vous. Vous serez alors mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre. » (Livre des Actes des apôtres, chapitre 1, v. 8)

Citation

« Depuis dix ans que je parle de l’Église, c’est, au fond, toujours de vous, Jésus, que j’ai parlé » Henri Lacordaire

Témoignage

Avant de rencontrer le Christ, ma vie était plutôt un enfer. Lorsqu’il est venu à ma rencontre, j’ai découvert l’amour. J’ai immédiatement eu le désir de partager cet immense bonheur au travail et auprès de mes amis. J’ai alors compris qu’évangéliser, c’est aimer. C’est donner l’amour du Christ à ces personnes et, en les aimant, leur permettre de découvrir le visage de Dieu.

Par mon travail, je suis constamment auprès des jeunes. J’écoute leurs questions, leurs souffrances. Ils ont tellement faim d’être écoutés ! Ils ont besoin d’être reconnus, aimés, là où ils en sont, et tels qu’ils sont. Comme nous le dit Don Bosco, il s’agit “d’aimer les jeunes et qu’ils se sentent aimés.” Cela nécessite à la fois autorité, douceur, calme, compassion, sensibilité et respect. Tout cela dans un seul but, les emmener plus loin, les faire avancer, leur permettre de rencontrer le Christ, Source de vie. Ils aiment qu’on leur parle de Dieu. Lorsqu’ils sont aimés et respectés, ils nous écoutent. Ils ont une soif de vrai, d’absolu. Même si souvent ils prennent des chemins de mort, c’est Dieu qu’ils cherchent sans le savoir. C’est l’amour authentique dont ils ont si soif, et de trouver un sens à leur vie : savoir que Dieu existe, les aime et peut se manifester dans leur vie. Il est si bon de leur annoncer la vérité dans la douceur et la miséricorde, sans les juger. Je peux dire simplement que témoigner du Christ donne beaucoup de joie. Mon plus grand bonheur, c’est d’amener quelqu’un à Jésus.

Alice

Pour aller plus loin • Jean-Luc Moens, L’imitation de Jésus Christ missionnaire, éditions de l’Emmanuel, 2007 • Collectif (sous la direction de Jean-Luc Moens), Si tout le monde est sauvé, pourquoi évangéliser ?, Éditions de l’Emmanuel, 2007 • Paul VI, L’évangélisation dans le monde moderne (Evangelii Nuntiandi), Téqui, 1975 • www.1000questions.net.

Commandez le numéro spécial d’Il est vivant! (décembre 2007) en cliquant ici !

Textes (c) Il est vivant! et Illusrations (c) Ixène 2007

Encore un mot...
Ce blog est édité par l'association Lights in the Dark, qui ne vit que de dons. Pour nous aider à transformer des vies grâce à Internet, faites un don, maintenant : cliquez ici pour faire un don.

6 réflexions sur « Annoncer sa foi, est-ce faire du prosélytisme ? »

  1. mathieu c

    Je suis assez d’accord avec ce que je viens de lire.
    Non seulement on a le droit de dire ce que l’on pense et ressent mais il est même important de le partager.

    Alors pourquoi cette méfiance à l’égard de l’évangélisation plus qu’envers certaines idées politiques, philosophiques…

    Tournons nous vers l’histoire de la France telle qu’on nous la présente et nous voyons le christianisme triomphant marchant parmi un pseudo Moyen Age sombre et ténébreux. Les gens ont souvent peur de la religion du fait qu’elle les ramène à une histoire sombre et trop souvent cruelle. Peut-on les en blâmer ?

    Pour ma part je suis souvent mal à l’aise avec les prêcheurs de tous bords. Ce qui me met mal à l’aise c’est ce désire qu’ils ont ,plus que de vouloir nous transmettre leur message, de nous faire entrer dans leur groupe (et cela est vrai pour les religions comme pour tout autre groupe de pensée). Pourquoi ai-je ce sentiment permanent qu’on ne s’intéresse pas à moi mais plutôt à moi dans le groupe, une personne de plus. J’ai rencontré des chrétiens sachant témoigner de ce que dieu leur avait apporté d’une manière simple et sans envie autre que celle de partager cette joie, ce bonheur qu’ils avaient reçu ; hé bien je pense que ce sont les meilleurs évangélisateurs qui soient.

    En tout cas je n’aime pas qu’on vienne m’alpaguer dans la rue ou chez moi, comme porteur d’une mission, pour me convaincre de je ne sais quoi avec un discours tout taillé et pas une once d’humanité derrière.
    Combien de fois ai-je donc voulu m’ouvrir aux chrétiens et combien de fois m’ont-ils repoussés comme une ignominie ? Comme si celui qui gobe notre discours nous intéresse mais que celui qui vient à nous avec son discours nous dérange.

    L’évangélisation chrétienne serait-elle à sens unique ?

    Bien sûr ce n’est que moi et mon expérience qui parle ici.

    Pour finir je trouve les gens trop fermés et trop apeurés par le message d’amour d’une certaine religion et je trouve cette même religion trop fermée à ce que les gens pensent et voudraient lui dire.

    Regardons tous nos poutres !! (et dieu sait que j’en ai encore beaucoup dans chaque oeil !!)

  2. biloka

    Le prosélytisme devient dérangeant dès lors qu’il veut imposer certaines idées comme vecteurs de la Vérité (Foi).
    Après tout, cette Vérité n’est que le fruit des hommes qui manipulent comme bon leur semble certains écrits “triés sur le volet” (tout en en censurant d’autres) ou des faits historiques. Cela se traduit par tout un ensemble de rites et de traditions fabriqués pour que l’agneau reste sous la coupe du berger et permet d’exprimer l’omnipotence de l’Église au détriment de la liberté de chacun.

    Encore aujourd’hui, l’Église fait preuve de prosélytisme, non pas seulement dans des contrées lointaines et incultes (ironie) mais en bas de chez nous.
    Exemple :

    Les cloches qui sonnent tous les jours et les dimanches matins sont là pour exprimer l’existence non pas d’un dieu mais d’une certaine organisation. Cela se fait sur voie publique et tout un chacun la subit sans pouvoir choisir si oui ou non il est en accord avec cela.

    Dans notre pays dit laïc et pays des Droits de l’Homme, les manifestations sonores de l’Église n’ont pas à être inquiétées. Malgré le fait que ces manifestations ne reposent sur aucunes lois républicaines, les autorités représentant les citoyens de toutes confession ou athées, tels le Maire ou le Préfet, ne se permettront pas (à quelques exceptions près) de faire interdire “ces débordements” qui peuvent choquer beaucoup d’entre nous… à moins de croire que l’on vit dans une société fermée et univoque.

    Je suis Chrétien mais ce genre de manifestation me dérange. Elle me met mal à l’aise envers mes voisins Juifs ou Musulmans. En résumé, le prosélytisme contemporain est renforcé par le refus des Autorités à faire appliquer la Loi Républicaine.

    Question : par ces actes, l’Église n’a-t-elle pas peur de “perdre des parts de marché” ?

    Je suis convaincu qu’un bon chrétien (au sens philosophique et non cultuel du terme) n’a pas besoin de monuments érigés au nom de Dieu pour pouvoir s’épanouir.

    L’essence spirituelle est partout et non pas dans des lieux soi-disant de recueillement que sont les Églises; Mosquées et Synagogues.
    Pour ce faire, l’Évangile selon Thomas est une référence que l’Église ne considère pas et pour cause : ces écrits vont à l’encontre de la construction de sa toute puissance et de l’efficacité de son prosélytisme.
    Citation selon le Livre de Thomas :
    “Fend le morceau de bois et tu me trouveras, soulève la pierre et tu me trouveras”.

  3. Baloc

    Qu’est-ce que l’évangile?

    Évangéliser, c’est bien plus que parler de Jésus. On peut dire que Jésus était un homme bon, mais ce n’est pas évangéliser, On peut dire qu’il nous aime, mais ce n’est pas évangéliser. On peut parler de toutes sortes d’expériences spirituelles, de la paix intérieure, de la présence de Jésus dans l’eucharistie, et de toutes sortes d’autres choses religieuses, mais CE N’EST PAS ÉVANGÉLISER.

    Évangéliser, c’est annoncer la rémission des péchés, par la mort et la résurrection de Jésus, pour ceux qui croient en lui et renoncent au mal. Pour évangéliser correctement, il faut parler du péché, du salut de l’âme et de la vie éternelle. Lisez le nouveau testament, ce message primaire y est partout présent.

    Jésus nous a dit que le diable est le père des mensonges. Le plus grave mensonge des temps modernes, c’est d’obscurcir l’évangile. Demandez au catholique moyen ce qu’est l’évangile et il ne saura pas vous donner une réponse cohérente! C’est pourtant la pierre angulaire de la foi chrétienne! Comment peut-on se prétendre chrétien sans connaître l’idée maîtresse sur laquelle tout le christianisme repose?

    Paradoxalement, c’est le clergé qui est en grande partie responsable de cet obscurcissement. Avez-vous déjà entendu parler un prêtre de la nécessité de renoncer au péché et mener une ville nouvelle consacrée à Jésus, sinon aller en enfer? Il parlera de toutes sortes de sujets religieux, mais il ne vous parlera pas de la nécessité que de vous convertir.

  4. Batelier

    Je désire m’attarder deux minutes sur l’analyse faite par Baloc dans son dernier paragraphe.Lorsque j’ai désiré me former, pour essayer de ne pas dire ou écrire des contre-vérités, je me suis inscrit au grand séminaire ( à 60 ans) pour approfondir mes connaissances sur Dieu,. J’ ai constaté que les professeurs parlaient plus de philo et de psycho que de religion. Il est vrai que les homélies de beaucoup de prêtres sont anesthésiantes et pauvres dans les arguments. Il serait peut-être nécessaire de revoir la formation pastorale des futurs jeunes prêtres et surtout de leur apprendre à travailler leurs commentaires sur l’ancien et le nouveau testament. L’enthousiasme et les convictions sont indissociables pour évangéliser..Paul avait cet enthousiasme et ces convictions pour interpeller les gentils de son époque.! Aujourd’hui, il faut prendre deux fois plus de vitamines pour arriver aux mêmes résultats. Dans ce pays, dés que vous prenez position , l’on vous taxe soit de raciste soit de fondamentaliste.

  5. Patrick

    “Certains, cependant, disent que l’évangélisation les dérange, et qu’elle devrait être proscrite au nom de la laïcité”. Je suis tout a fait d’accord avec ca, en effet dans la delcaration des droits de l’homme, on pronne la liberté de culte, mais cela doit rester dans le domaine privé, si on veux parler de liberte, il faut commencer par respecter celle des autres, personnellement je trouve intolerable qu’une bande de fou furieux vienne frapper à ma porte pour vendre, “leur mauvaise soupe” et ce quelque soit la religion, de toute facon pour moi c’est tous dans le meme sac..(responsables des plus grandes attrocités sur cette planete! alors Mesdames et Messieurs, faites du prosélytisme tant que vous voulez, mais dans vos eglises..(et c’est pas ce qui manque en France..) et foutez la paix aux gens!

  6. Chiron

    À suivre un tel raisonnement, on n’accepterait pas non plus les publicités de toute nature qui s’affichent partout y compris sauvages, les déclarations de “politiques” contraires à ses opinions…. et tout ce qui pourrait “déranger” son propre égo. La laïcité deviendrait le garant, le gendarme d’une pensée unique soi-disant “éclairée” pour le “bien” de tous.
    Mais c’est ce qui conduit directement au fascisme qui à chaque fois qu’il s’est imposé, s’est appuyé sur de telles thèses en voulant nettoyer la société.
    Annoncer l’Évangile publiquement, c’est comme le reste, cela doit être garanti par la loi : Liberté, égalité, fraternité.
    Chacun est libre, après de s’y intéresser ou de s’en détourner.
    Quant à vous , vous rejeté l’idée de l’existence de Dieu. J’étais comme vous de 20 ans à 43 ans et je ne supportais pas tout ce qui pouvait avoir rapport à une quelconque religion, jusqu’au jour où j’ai vécu l’inouï !
    J’ai raconté tout cela sur mon blog/témoignage : le blog de Michel Chiron. Peut-être aurez-vous la curiosité d’aller lire ce qui m’est arrivé. Mais bien entendu, libre à vous….
    http://www.bonheur-vivreavecjesuspourroi-blogspot.com.over-blog.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *