Propositions concrètes pour la Pop-Louange

Au travers des premiers résultats du débat très ouvert qui a lieu sur la toile et dans la presse sur la question de la Pop-Louange suite à l’arrêt des groupes Glorious, Totuus et Spear Hit, force est de constater que la contribution déterminante de la Pop-Louange dans l’évangélisation de la jeunesse contemporaine semble bien acquise pour une majorité de jeunes catholiques, de pasteurs impliqués auprès de la jeunesse et plus généralement dans la nouvelle évangélisation. Même s’il n’y a pas bien entendu unanimité, le débat jusqu’à ce jour a permis de confirmer cette conviction initiale. Reste à donner de l’ampleur à cet écho et à cette espérance : un projet de “Manifeste national pour la Pop-Louange Catholique” et un site dédié sont en préparation.


Il est dores et déjà nécessaire de réfléchir à des proposition concrètes quant au soutien possible de l’Église à la Pop-Louange. L’histoire ecclésiale l’illustre depuis des siècles : au travers de ses différentes institutions, des mécènes, du peuple de Dieu selon son intérêt et ses moyens, l’Église a constamment encouragé, accompagné, conseillé mais aussi passé commande à des artistes, qu’ils soient musiciens, peintres, sculpteurs, etc…


Nous avons pour notre part été interrogés ou interpellés plusieurs fois (notamment par des artistes eux-mêmes) sur les possibilités concrètes d’aide et d’accompagnement de l’Église, sans tomber dans l’assistanat. Il parait donc effectivement essentiel de ne surtout pas “fonctionnariser” les artistes des groupes de Pop-Louange, ce qui serait un comble (et on voit déjà ce que ça donne parfois chez certains “agents ou animateurs pastoraux” dans les aumôneries ou établissements scolaires…) ! Selon nous, l’accompagnement de l’Église doit viser à stimuler la créativité, la qualité et le professionnalisme des artistes, à nourrir leur ancrage ecclésial et leur pertinence missionnaire, à créer une certaine émulation entre les groupes, tout en leur donnant les moyens d’inscrire leur travail et leur ministère dans une certaine durée. L’Église aurait ainsi toute sa place si notamment…

– elle propose des cadres de travail à ces groupes comme un immobilier dédié (“Maison de la Pop-Louange” ?): le patrimoine de l’Église est très vaste en la matière, et un aménagement très coûteux comme celui du collège des Bernardins à Paris consacré à la culture montre par exemple que des solutions financières existent quant il y a la volonté et s’en dégage la nécessité

– elle conçoit avec ces groupes des formations adaptées afin de professionnaliser les artistes, forger leur ancrage ecclésial et missionnaire (l’Église finance bien de multiples structures universitaires ou parcours multiples de formation, sans que personne n’ait rien à redire)

– elle met en oeuvre un travail d’observation et d’analyse de la Pop-Louage à une échelle internationale et interconfessionnelle, et ce sous des angles multiples : pastoraux, spirituels, sociologiques, organisationnels, ecclésiaux, théologiques, spirituels, etc. (tant de nos universités réalisent un tel travail sur bien d’autres sujets)

– elle constitue une ou plusieurs équipes de conseil, d’assistance et de formation auprès des groupes qui le souhaitent et alliant des compétences mixtes : représentants de l’Église (prêtres, religieux ou laïcs, expérimentés en terme de pastorale de la jeunesse et de l’évangélisation), et professionnels de la musique, du spectacle, ayant intégré l’objectif ecclésial et missionnaire de la Pop-Louange;

– elle lance un travail de réflexion et d’expérimentation à grande échelle de l’articulation entre la Pop-Louange, la pastorale de la jeunesse et celle de la « première évangélisation » (cette dernière devenant peu à peu – et enfin ! – un des axes pastoraux principaux de l’Église) : ceci permettrait de tester puis de développer des concepts missionnaires de première évangélisation basés sur l’évènementiel (type JMJ, Hollywins, Pélé pour les Nuls, Festival de Pâques, etc…), alliant l’intervention des groupes de Pop Louange et celle de prédicateurs (prêtres, religieux ou laïcs, hommes ou femmes) reconnus pour leur charisme d’exhortation kérygmatique et fructueuse de la Parole de Dieu : cet axe pastoral de l’évènementiel est incontournable pour la première évangélisation (la Pentecôte, et de nombreuses missions des Actes des Apôtres “accrochant” les non-croyants se déroulaient lors d’évènements ponctuels)

– elle rémunère à sa juste mesure (après discernement et, même évaluation-comparaison en fonction de la diversité et de la qualité de l’offre en cours) les prestations des différents groupes lorsqu’ils sont invités à exercer leurs talents et leurs ministères lors d’évènements, de rassemblements, selon leurs différents charismes

– elle mobilise les milieux et les réseaux adéquats pour trouver et collecter les financements nécessaires (l’Église l’a bien fait à grande échelle pour les radios et la télé), travaille sur les possibilité de proposer – par exemple – à certains artistes selon leurs compétences des postes de travail salarié à mi-temps (professeur, animateur, …?) compatibles avec leur travail d’artiste.

Ces propositions sont cependant une contribution parmi d’autres : s’il nous apparaît important que l’Église ait une vision cohérente sur le « pourquoi ? » de la Pop-Louange, le « comment ? » peut sans doute se décliner de très nombreuses manières.


Au regard de tout le débat qui est engagé depuis plusieurs semaines dans toute la presse catholique (et même évangélique !), il nous semble de plus en plus clair que c’est une demande pressante et explicite qui s’exprime chaque jour davantage : c’est de notre responsabilité à tous – jeunes ou moins jeunes, laïcs, consacrés ou prêtres – de travailler à ce que la Pop-Louange prenne toute sa part (et non “toute la place”, c’est certain) au sein de pastorale catholique et de la “première évangélisation” de la jeunesse et de nos contemporains.

Alex LAURIOT PREVOST

Encore un mot...
Ce blog est édité par l'association Lights in the Dark, qui ne vit que de dons. Pour nous aider à transformer des vies grâce à Internet, faites un don, maintenant : cliquez ici pour faire un don.

19 réflexions sur « Propositions concrètes pour la Pop-Louange »

  1. Marco

    Je pense que pour réussir dans ce domaine, il ne faut pas avoir peur !
    C’est cela, à mon avis, le grand problème !
    On aura beau avoir des moyens financiers, un potentiel pour faire de l’évangélisation, mais s’il y a la peur, on n’y arrivera pas.
    S’il n’y a aucun soutien des évêques de France et de la grande majorité des prêtres pour mener des actions d’évangélisation que ce soit par la musique, le théâtre, la littérature ou autre, on n’avancera pas.
    Ou alors on donnera beaucoup trop d’énergies pour une ou deux personnes touchées par la grâce.

  2. Marco

    L’idée d’un manifeste avec un site internet est une bonne solution.
    Il faut regrouper nos forces !
    C’est comme pour une manifestation à grande échelle !
    La pression peut faire basculer des choses !

  3. Sybilline

    L’une des propositions me paraît tout à fait réaliste : les jeunes des groupes chrétiens ont la possibilité de donner des cours, soit en institution, soit particuliers et cela leur permettrait de compléter des revenus un peu maigres.
    D’autre part, pourquoi parlez-vous de ministère ? Quel sens précis donnez-vous à ce mot, en parlant des chanteurs chrétiens ?

  4. alex lp

    ministère ? l’évangélisation est un appel pour tout chrétien; chaque baptisé est donc ministre de cette annonce du Christ (à ne pas confondre avec le ministère ordonné, diacre-prêtre-évêque): c’est donc un vrai ministère que celui de conduire la louange à Dieu en vue de l’évangélisation; cette notion sous-entend une reconnaissance ecclesiale : elle renforce l’idée d’un appel singulier, important, … pour réaliser notre mission en Eglise.

  5. Sybilline

    Super ? Mais oui !
    Beaucoup de jeunes trouvent à donner des cours de guitare à des particuliers, et ces particuliers acceptent de les déclarer.
    C’est là qu’il faut avoir un peu d’audace et de courage au travail.
    Je ne dis pas que les groupes ne sont pas travailleurs, mais la réalité des 35h , elle n’existe pour personne.
    Une mère de famille nombreuse n’est-elle pas constamment sur le qui-vive ?
    Et ce type de travail n’est pas de l’intermittence..
    Allons, que chacun retrousse ses manches et arrête de croire qu’il est forcément plus malheureux que son voisin ! (et on peut prier pour son voisin…)

  6. vv

    Ben, ça vous étonne que l’Eglise fasse barrage aux groupes musicaux? La prudence, c’est ne pas prendre de risques! Faut rester dans les habitudes qui font partir les jeunes, pour prier pour que les jeunes et les remettre dehors dès qu’y en a un qui pointe son nez…

  7. spidle33

    Je ne comprends pas bien, le but est-il évangéliser, ou répendre dans l’Eglise la pop-louange ?
    Cherche-t-on à convertir le monde, ou à convaincre l’Eglise ?

    Tout ceci n’est pas clair et le "débat" est biaisé.

    Mais je le dis pour ceux qui se sentiraient complexés : je n’aiderais pas la pop-louange et je n’en serais pas moins acteur de la nouvelle évangélisation. J’aiderais les artistes qui sont convaincant car de vrais artistes. Si eux profitent de telles structures alors tant mieux. Mais n’allons pas me faire croire que c’est ça l’évangélisation.

    Le débat qui n’a pas eu lieu, et qui doit précéder celui de la pop-louange, c’est : qu’est-ce qu’on entend par "nouvelle évangélisation" ? Chanter Dieu avec des bons arrangeurs, des guitares électriques, des studios à ne plus compter les zéros et une distribution "business-is-business" ?

    Qu’entend-on aussi par évangéliser ? Car je le dis franchement, ce n’est pas un débat qu’il y a eu, mais des leçons qu’on nous a donné parce qu’on évangélise pas comme VOUS le voyez.

    Alors faites,
    mais je vous avoue, ca me fait suer de voir partir des sous la dedans, parce qu’on veux copier les protestants, alors qu’eux et l’Eglise Catholique ne mettent pas la meme chose derrière évangéliser. Le travail d’évangélisation est lent et fastidieux, et si on veut encourager les évangélisateurs, c’est gentil de ne pas les narguer de la sorte, par respect pour eux au moins…

    Non, ce ne sont pas les concerts de pop-louange qui rempliront nos églises, mais bien plus les évangélisateurs qui donneront un public aux artistes de pop-louange.

    Alors retroussons nos manches, ok. Mais allons dans la rue, les pubs, les "teufs", les boites, les supermarchés, les maisons, les sorties, les écoles, les familles, au travail etc. et témoignons du Christ directement, en rencontrant les gens, par notre vie et nos paroles.
    Ca c’est de l’évangélisation. Si chacun est témoin du Christ là où il vit, alors nous n’aurons pas besoin de faire des "mégaconcert" de pop-louange. Celui qui dissocie l’évangélisation de la rencontre personnelle n’a pas compris l’évangélisation.

    Si donc je réfléchis bien, alors ce sont les évangélisateurs qui apporteront un public… sans toucher les sous ?
    C’est cela soutenir la nouvelle évangélisation ?

    Tout ceci, on passe outre. Ce n’est pas "moderne" et "branché".

    Moi je me charge de vous mettre en garde : l’évangélisation par la pop-louange, c’est du pipeau. le malin est trompeur et si celui qui évangélise oublie que c’est le coeur qu’il doit toucher, alors c’est déjà perdu d’avance.

    Je ne dis pas que le Seigneur ne s’en servira pas. Je dis simplement que ce n’est pas le plus efficace. En notre temps, sachant le temps que prendra la ré-évangélisation du pays, ne doit-on pas se diriger vers ce qui est le plus efficace ? Et le plus essentiel… (le coeur)

    Signé:
    Un internaute un peu fatigué d’évangéliser comme il peut dans son coin, et de se voir reprocher à travers les lignes de ne rien faire, car il ne veut pas soutenir la pop-louange.

  8. Paul

    Cher Spidle3,
    merci beaucoup pour votre réaction.
    Je suis d’accord avec vous quand on parle d’évangélisation avec coeur, avec cohérence.
    C’est-à-dire que ce que la vie que l’on mène doit être synonyme si possible de l’Evangile et de certains discours de l’Eglise.
    Pour autant je ne vois pas pourquoi interdire des concerts de pop-louange.
    C’est vrai qu’il peut peut-être y avoir tout et n’importe quoi.
    En ce qui me concerne, faisant partie d’une communauté nouvelle, j’aime à louer le Seigneur de tout mon coeur ! C’est une véritable expérience de la joie que nous faisons.

    Pour autant, s’il y a une chose sur laquelle j’insiste c’est que la louange n’est pas la propriété privée des communautés nouvelles catholiques.
    Je connais des catholiques qui vont à des groupes de prières et qui ne font pas partie d’une communauté nouvelle.

    Je pense également que pour témoigner de notre foi, il faut avoir une certaine formation.
    Je connais des gens qui se disent catholiques et qui disent des choses absolument contraires à la foi de l’Eglise et ça ne les dérange pas de témoigner.

    Lorsque vous dites l’évangélisation par la pop-louange c’est du pipeau, je ne suis pas tout à fait d’accord avec vous.
    Les protestants (encore eux vous me direz) remplissent bien des salles et leur message n’est pas si anti-catholique que cela.

    Au moins, les protestants louent le Père, le Fils et l’Esprit Saint (qui est souvent oublié dans notre Eglise).
    Je crois une chose : c’est que pour évangéliser il faut le faire avec humilité ; ce qui ne veut pas dire que s’il y a les moyens de faire de l’évangélisation avec de gros moyens financiers il ne faut pas le faire.
    Evangéliser, c’est rejoindre les gens là où ils sont, par la musique, la littérature, la peinture, le sport…
    Après, on fait cela à plus petite ou à grande échelle.

    Je suis d’accord avec vous pour dire qu’on peut évangéliser tout simplement dans son travail, auprès de sa famille. C’est notre mission également.
    Mais n’allons pas interdire et rejeter la pierre à des catholiques qui veulent évangéliser d’une autre manière.
    Que vous ne vouliez pas soutenir la pop-louange, c’est tout à fait votre droit et je n’irai pas vous le reprocher car vous faites de l’évangélisation autrement. Mais dire que l’évangélisation par la pop-louange c’est du pipeau, je pense sincèrement que c’est à nuancer.
    Dieu nous a donné des talents. Nous n’avons pas tous les mêmes. Profitons au contraire de cela.
    Si vous avez du charisme pour témoigner de votre foi à votre famille, à vos amis, dans votre travail, je trouve cela formidable ! Et il ne faut pas s’arrêter en si bon chemin.
    Mais pour évangéliser, il faut prendre en compte la personnalité de l’autre. Peut-être ne sera-t-il pas interpelé par votre témoignage mais par un concert de pop-louange ou par la beauté d’un vitrail ou je ne sais quoi.

  9. spidle33

    Cher Paul,

    Où est l’humilité quand l’évangélisateur vient avec ses gros sabots sur le terrain des artistes ?

    Pour les autres questions que vous soulever, elles méritent un article de fond. C’est cet article que je n’ai vu nulle part, et qu’on se contente d’évoquer dans des commentaires.
    S’il faut le rédiger je suis prêt à la faire. Car j’ai beau triturer le sujet dans tous les sens, la pop-louange mélange trop d’aspect aux yeux de ceux qui la pronent pour pouvoir répondre dignement dans un commentaire.

    Enfin, pour rassurer ceux qui me jugeraient hativement, j’apprécie moi-même la louange. J’en organise même.

  10. Paul

    Oui, vous avez raison. Combien de fois ai-je entendu cette question, ou plutôt ce constat de l’évangélisateur qui vient avec ses gros sabots ! Je sais ce que c’est.
    Je fais partie d’une communauté charismatique où l’on entend encore aujourd’hui qu’elle arrive avec ses gros sabots ! Même si parfois cela relève parfois d’une critique hâtive et non fondée.

    La pop-louange est, il est vrai, un terme bien général qui englobe beaucoup de choses.

    Et je suis bien heureux que vous organisiez des temps de louange, même si je ne vous avais pas jugé ;-)))
    Bravo et continuez !
    Vous pouvez, si vous le voulez réagir sur mon blog où l’on parle de la Nouvelle Evangélisation !

    Je crois vraiment, du fond du coeur, qu’il ne faut pas laisser tomber ce secteur de la pop-louange. Je le dis assez facilement car je suis pianiste (vraiment amateur) depuis 27 ans.
    C’est à exploiter. Comment ? Avec qui ? Avec quels moyens ? Qui soutient ?
    Bref, autant de questions auxquelles il faut répondre et qui ne pourront que faire avancer les choses.

  11. Paul

    Pour continuer sur cette question, je mets un lien sur une vidéo que j’ai trouvé vraiment passionnante du début à la fin, surtout parce que j’y ai trouvé les bonnes questions mais également les bonnes réponses.
    Et là, je dirais aux bloggeurs d’écouter les réponses du chanteur de Glorious.
    Franchement, je me suis tout à fait reconnu là dedans.
    Notamment quand il dit que lorsqu’il allait à l’aumônerie on lui parlait de racisme, de d’écologie… mais sans avoir entendu une seule fois parler de Jésus.

    Merci à KTO pour ces très bonnes émissions.

  12. Jagger

    Je partage a 250% ce que dis Paul … ns, jeune , ns ns retrouvons dans le discours que Benjamin et Glorious tient … ON A BESOIN d’EUX pour rammener du monde …
    J

  13. Jean-Remy Duboc

    Salut tout le monde,
    je voulais simplement ajouter mon grain de sable ou de sel a ce debat.
    Je pense effectivement qu’il n’y a pas assez de debat sur l’evangelisation, car beaucoup ont tout simplement peur d’evangeliser.
    Apres, la forme utilisee par la pop-louange est interessante, SI LE DISCERNEMENT SUIT DERRIERE.
    Formation et accompagnement par nos aines dans la foi sont essentiels pour les groupe et musiciens pop-louange, mais cela est souvent soit pas demande, soit carrement refuse.
    Et, quand certains proposent leur aide, ils sont tout simplement ignores.
    Par exemple, j’ai envoye plusieurs emails aux auteurs de ce blog pour proposer mon aide a la redaction d’un charte de la pop-louange et a sa presentation dans un site web. C’etait il y a un an, j’attends toujours la reponse.
    Pas etonnant que la pop-louange se casse la figure en France : pas assez ou trop de strategie commerciale, et peu de vrai discernement. Et on n’utilise pas les talents de personnes.

  14. Jean-Baptiste Maillard

    > à Jean-Rémy : encore désolé pour la lenteur à vous répondre, mais nous sommes envahis de mails et parfois nous en oublions ! (consultez votre boîte, je vous ai enfin répondu) ;

    je pense qu’en effet le discernement doit suivre derrière la pop-louange, comme vous dites, et qu’il doit même être un préalable à toute évangélisation (sans toutefois être un prétexte venu de l’extérieur pour ne pas évangéliser quand tous les voyants sont au vert 🙂 ) ; en ce qui concerne Anuncioblog, nous nous efforçons d’aider ceux qui veulent évangéliser, et dans ce cas précis, par la pop-louange, en commençant par parler des différentes initiatives, ce qui n’est qu’un début ; mais toutes les bonnes volontés sont les bienvenues, et je regrette d’avoir laissé s’échapper votre mail ! il n’est jamais trop tard pour se joindre à la fabuleuse aventure de l’évangélisation !

  15. jr duboc

    > à Jean-Rémy : encore désolé pour la lenteur à vous répondre, mais nous sommes envahis de mails et parfois nous en oublions ! (consultez votre boîte, je vous ai enfin répondu)

    Bonjour, merci pour la reponse et desole pour mon cote “ronchon”:). Je vous repond un peu tard, mais malheureusement j’ai du effacer votre email car je ne le retrouve plus. Pouvez-vous me le renvoyer ? Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *