Catéchèse : Mgr Fruchaud appelle à une « nouvelle évangélisation »

Mgr Lucien Fruchaud - Diocèse de Saint Brieuc Treguier.

C’est ce que révèle un article de Ouest-France. Par ailleurs, un dépliant mis en ligne sur le site du diocèse Saint-Brieuc et Tréguier (Côtes d’Armor) invite les paroisses à bâtir un nouveau projet diocésain de catéchèse, basé sur l’annonce de la foi chrétienne.

De très nombreux fidèles participent à l’opération « Catéchèse pour tous »

La première matinée de « Catéchèse pour tous » a connu un grand succès ce dimanche, avant la messe de 11 h à l’église Saint-Nicolas. De très nombreux enfants ont suivi un cours de catéchisme dans quatre lieux différents selon leur âge, pendant que les adultes, rassemblés à l’église, se voyaient appeler à « une nouvelle évangélisation », par Mgr Fruchaud.

Le père Delépine a axé son intervention sur la nécessité « de rencontrer Dieu tous les jours, par la prière, et pas seulement le dimanche ». Face à l’essoufflement parfois des laïcs qui assurent le catéchisme, il a demandé à chacun de « réfléchir et s’engager pour assurer la transmission de la foi, un vaste chantier inachevé. J’espère qu’à Loudéac, on prendra conscience des enjeux, du défi à relever ». A voir la foule dans l’église, toutes générations confondues, cette sensibilisation a touché sa cible. (Source : Ouest-France)

Un dépliant pour un nouveau projet

Dans ce document, Mgr Lucien Fruchaud, évêque de Saint-Brieuc et Tréguier, déclare : « Nous tous, baptisés dans la mort et la résurrection du Christ, une seule passion devrait nous animer : annoncer Jésus Christ, vie et espérance des hommes. Notre mission première est celle de proposer à notre monde le Christ, d’éveiller à la foi, d’initier à la vie dans le Christ afin que tout homme parvienne à la sainteté. »

Qu’est-ce que la catéchèse ?

« Qu’est-ce que la catéchèse ? », s’interroge-t-on. Réponse : « Au sein de la mission de l’Eglise, la catéchèse se situe dans l’annonce de la foi. Elle a pour objet de faire résonner la Parole de Dieu dans la vie des personnes. Il s’agit de nourrir, de faire grandir et mûrir des démarches de foi singulières par la foi de l’Eglise. » Et de citer l’exhortation apostolique Catechesi tradendae : « Le but définitif de la catéchèse est de mettre quelqu’un non seulement en contact mais en communion, en intimité avec Jésus-Christ. ».

Pourquoi ce projet catéchétique ?

« Malgré des situations déroutantes, une Eglise qui continue de naître, constate le document. La pratique religieuse diminue, l’indifférence, une prise de distance avec l’Eglise, mais une véritable quête de sens de toutes les générations. La mémoire et les traditions chrétiennes s’effacent, mais des demandes nouvelles apparaissent. Une crise de la transmission, mais passage d’une pratique religieuse d’appartenance à une foi à laquelle on adhère. Un crise des vocations et de l’engagement, mais de nombreux chrétiens cherchent à se former, et à approfondir leur foi pour mieux s’engager. Des assemblées dominicales vieillissantes, mais d’autres lieux de vitalité existent. La difficulté de trouver des catéchistes est réelle, mais des jeunes parents sont prêts à donner du temps et ont le désir d’aller plus loin dans la découverte de la foi. »

« Pour répondre à ces réalités nouvelles et s’appuyant sur les réflexions menées depuis plusieurs années au niveau national et diocésain, le diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier propose à chaque communauté chrétienne de bâtir un projet catéchétique de communauté à partir du projet diocésain de catéchèse », précise encore le document.

Que retenir du projet ?

Ce projet diocésain de catéchèse propose cinq éléments prioritaires à prendre en compte pour bâtir un « projet catéchétique de communauté » :

1. « Le but de la catéchèse est de mettre quelqu’un en communion, en intimité avec le Christ : la catéchèse n’est donc pas réservée qu’aux enfants mais elle s’adresse à tous. »

2. « Pour une catéchèse qui s’adresse à tous, il faudra s’appuyer sur une communauté chrétienne vivante et missionnaire apte à annoncer la foi à la célébrer et à en vivre. »

3. « La catéchèse a pour objet de faire résonner la Parole de Dieu dans la vie des personnes : La Parole de Dieu, comme lieu premier où Dieu se révèle Père, Fils et Esprit, sera au centre de toute proposition catéchétique. »

4. « La catéchèse permet de nourrir, faire grandir et mûrir des démarches de foi singulières par la foi de l’Eglise : pour aller au cœur de la foi, proposer la vie liturgique et sacramentelle, développer l’intériorité pour conduire à la vie de prière et accueillir le don de Dieu. »

5. « S’inscrire dans la Tradition et dans l’histoire du Salut. »

Reste à savoir comment, concrètement, le kérygme sera annoncé aux jeunes et aux moins jeunes. Mais nous ne sommes pas très loin du document Annonce explicite de l’Evangile dans les établissements catholiques d’enseignement, dont Anuncioblog parlait ici.

Pour en savoir plus : le site du diocèse

Encore un mot...
Ce blog est édité par l'association Lights in the Dark, qui ne vit que de dons. Pour nous aider à transformer des vies grâce à Internet, faites un don, maintenant : cliquez ici pour faire un don.

9 réflexions sur « Catéchèse : Mgr Fruchaud appelle à une « nouvelle évangélisation » »

  1. Emmanuel Pic

    Très intéressant le travail accompli par ce diocèse. Il y a là un mélange de réalisme et d’imagination qui me séduit beaucoup : d’un côté, la prise en compte lucide (et pas démoralisante comme souvent) de la réalité de la foi en France ; de l’autre, une feuille de route concise et précise qui va permettre des évaluations régulières de la pratique pastorale.

    Juste un point d’interrogation : la Parole de Dieu est certes “le lieu premier où se révèle Père, Fils et Esprit”, mais je pense qu’on risque d’oublier quelque chose d’important en la séparant des sacrements, qui ne sont cités qu’en second lieu alors qu’ils sont tout aussi centraux (ne serait-ce que parce qu’ils sont précisément le lieu par excellence de la proclamation et de l’actualisation de cette Parole).

  2. Jean-Baptiste Maillard

    Tu as raison, Emmanuel, il n’est pas juste de séparer la formation des sacrements… sauf que pour accéder à ces derniers, il faut d’abord avoir été baptisé. Les catéchisés le sont-ils tous ? Certains jeunes ont peut-être besoin d’être évangélisés… Faut-il alors faire une différence avec les autres ?

  3. joachim

    A mon avis, on donne les sacrements trop rapidement, notamment le baptême aux petits enfants. La nouvelle évangélisation ne pourra se faire que si on propose un parcours cohérent qui ne mette pas la charrue avant les boeufs (sacrement avant évangélisation).

  4. Jean-Baptiste Maillard

    @Joachin : “sacrement avant évangélisation” ?

    Je suis d’accord avec vous sur le fait qu’il ne faut pas baptiser trop rapidement, et cela, à tout âge de la vie. Comme le dit très bien Mgr Cattenoz dans mon livre Dieu est de retour (cf http://www.dieuestderetour.com), la période de gestation est primordiale, tout comme est la grossesse quand nous venons au monde.

    Cela dit, je ne sais pas ce que vous entendez par évangélisation, mais je pense aussi, comme lui, qu’il faut aussi parfois évangéliser les enfants – ou les adultes – qui ne croient pas avoir fait l’expérience d’une rencontre personnelle avec le Christ, autrement dit qui ne pensent pas avoir la foi. Par évangéliser, j’entends leur annoncer le kérygme, pour qu’ils fassent cette rencontre intime avec Jésus – c’est d’ailleurs aussi la définition de la foi selon Benoît XVI (lire ce billet).

    En effet, sans la foi, les sacrements ne sont-ils pas inutiles ? Il faut donc parfois évangéliser avant de les prodiguer. Vous me suivez ? Qu’en pensez-vous ?

  5. joachim

    Pas de problème sur le mot “évangélisation”. Le problème est que l’on fait entrer dans l’Eglise des enfants qui n’ont rien demandé et dont les parents ne vivent pas en Eglise. Du coup on fait entrer formellement dans l’Eglise des baptisés qui n’ont qu’un désir, obtenir des droits (baptême, mariage, obsèques..) sans se fatiguer. C’est du pur assistanat religieux. Du coup, l’évangélisation en France qui consiste à remplir des filets percés, c’est plutôt épuisant.

  6. mathieu c

    @joachim :
    heu, êtes-vous sûr que les gens qu’on baptise ainsi ne souhaite qu’avoir des “droits” sans se fatiguer ? N’est-ce pas plutôt le contraire qui est gênant ? Des baptisés qui souffrent de leur baptême imposé ? Pour ceux dont vous parlez ils ont quand même (selon les critères chrétiens) la possibilité d’être près de dieu à plusieurs reprises dans leur vie. Peut-être que ça fait du boulot en plus pour les curés mais le temps ça ils en ont ! Le problème c’est vraiment ceux qui peuvent mal prendre, comprendre, le baptême qu’on leur a imposé.
    Et puis il vaut mieux se réjouir (toujours comme plus haut) que les gens viennent à l’église même si ce n’est que trois fois dans leur vie, ils peuvent y gagner quelque chose.

  7. joachim

    Oui, je suis sûr que les catholiques non pratiquants sont plutôt dans une logique de consommation individualiste (droits sans devoirs). Par ailleurs, on peut être près de Dieu sans avoir été baptisé. D’ailleurs on finit par se dire que de nombreux non baptisés sont sans doute plus près de Dieu que des baptisés ne vivant pas en chrétien. Les curés français sont de moins nombreux pour un nombre de plus en plus grand de clochers (30 dans certains diocèses). Ils ont le temps de faire quoi ?

  8. Nitram

    Je suis pleinement d’accord avec Joachim et opposé à ce que dit Mathieu. Dans le contexte de déchristianisation où se trouve la soc iété contemporaine, il serait préférable de ne baptiser que les enfants en cours de catéchèse afin d’éviter la formation d’une catégorie de “paîens baptisés” ayant reçu le signe mais ignorant tout du Message. Et aussi d’éviter le parjure à des parents “non pratiquants” qui demandent le baptême de leurs enfants mais ne les font pas catéchiser le moment venu..(cf affaire récente en Loire Atlantique) .Je rappelle à Emmanuel Pic qu’il est écrit “qui croira et sera baptisé” et non “qui sera baptisé et croira” “Le Juste vivra par sa Foi” Les sacrements viennent ensuite. Le baptême n’est pas une fin en soi…Baptiser pour marier, et marier pour enterrer…Cela ne rime à rien…Tant que l’église persévérera dans cette pastorale, elle continuera d’aller où elle va, c’est à dire au déclin…et d’y aller les yeux ouverts…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *