Archives de catégorie : On fire

Une fête de la Musique en or à Paris

 THE binôme de CHOC : Anuncio & Abba travaillent ensemble depuis quelques temps pour préparer une … grosse soirée en or !

Des concerts sur le parvis, de la mission de rue, des gens vraiment sympas et l’Adoration animée à l’intérieur : bref. la meilleure fête de la musique jamais vue…

C’est le 21 Juin, de 20h30 à 23h30 : Rona Hartner, les Guetteurs, le groupe d’Anuncio et encore d’autres surprises… !


21 juin 2012 de 20h30 à 23h30 – Église Saint Étienne du Mont (Paris V-derrière le Panthéon). 

Plus d’infos : L’évènement Facebook ici !!

Année missionnaire Anuncio 2012-2013

Anuncio lance pour la troisième année son école d’évangélisation (Cela en plein cœur de Paris).

Pour tout les jeunes (de 18 à 30 ans) désirant vivre un an pour Dieu au service de l’Eglise, Anuncio propose de vivre sur la butte de Montmartre cette année missionnaire !

L’objectif ? Apprendre à vivre au quotidien une vie de laïc missionnaire. Concilier travail professionnel (organisation de festival, communication, logistique…) avec la vie fraternelle mais aussi une vie de prière soutenu et des temps de mission. Cette année sera marqué aussi par une formation philosophique et théologique (en suivant le cursus de l’Ecole Cathédrale).


L’année missionnaire avec Anuncio par festival-anuncio

Bref un an pour devenir… ce que tu dois être !

Pour plus d’informations c’est par ici

Soirée Festival Anuncio… un goût d’été à Paris !

Une soirée sur les quais de seine avec Anuncio ?! et oui ! Anuncio s’invite sur les quais parisiens pour une petite soirée fort sympathique qui donne un avant goût du festival de cet été : un goût de plage (malgré la couleur de l’eau), de concert (avec nos invités surprises !), d’évangélisation …. et oui ! Provocateur de rencontres, Anuncio vous propose une soirée festive dans une ambiance anunciesque !!

Si vous ne connaissez pas encore Anuncio : justement c’est l’occasion ! Vous verrez bien à quoi on ressemble ! 😉

Venez, amenez vos potes, votre smile et vos lunettes de soleil,… Anuncio s’occupe du reste !!

RDV le 9 juin à partir de 19h30, quai de la Tournelle, Paris V.

Cantalamessa aux jeunes d’Anuncio

Raniero Cantalamessa au Festival Anuncio (c) Festival Anuncio

Le Festival Anuncio présent aux JMJ de Madrid a eu la chance d’accueillir Raniero Cantalamessa, prédicateur de la maison pontificale. Il a donné une conférence aux jeunes évangélisateurs d’Anuncio pour l’occasion.

Raniero Cantalamessa a décrit les fruits de la pentecôte à l’origine de l’évangélisation :

« Commençons par nous demander qu’est-ce que le Saint Esprit ? De quoi furent-ils remplis ? L’Esprit Saint c’est l’amour complet, substantiel, cet amour qui unie le Père et le Fils dans la Trinité, cette flamme d’amour, cette fournaise, plus forte que toute forme d’amour que nous connaissons dans le monde : l’amour érotique des époux, l’amour des parents pour les enfants, l’amour des amis. Tous ces amours sont des étincelles qui sortent de cet incendie d’amour qui est Dieu parce que Dieu est amour. Donc dire qu’ils furent tous remplis du Saint Esprit, veut dire tout simplement qu’ils furent tous remplis de l’Amour de Dieu. Ils firent une expérience inexprimable, d’être aimés par Dieu.

Dans la vie, la vie humaine, lorsqu’on s’aperçoit qu’on est aimé par la personne que l’on aime – vous les jeunes vous le savez ou vous le saurez plus tard – que se passe-t-il ? La vie change, il y a une lumière nouvelle, une énergie nouvelle. Tomber amoureux cela crée une différence immense. J’ai moi-même connu des garçons qui étaient paresseux, le matin leurs parents n’arrivaient pas à les faire sortir du lit pour aller à l’école, mais dés qu’ils sont tombés amoureux ils voulaient finir leurs études… C’est l’Amour !

Imaginez maintenant que les apôtres, ces créatures humaines, furent remplis de cela. C’est Paul qui nous explique la pentecôte comme cela – pas moi – en disant dans la lettre aux romains, chapitre 5 verset 5 «  L’amour de Dieu a été répandus dans nos cœurs (cela ne signifie pas notre amour pour Dieu mais l’amour de Dieu pour nous) par le Saint Esprit qui nous a été donné ». Pourquoi ne pas le dire ensemble maintenant :« l’Amour de Dieu a été répandus dans nos cœurs par le Saint Esprit qui nous a été donné ». Ça, c’est une explication synthétique de la pentecôte. La pentecôte c’est une expérience réelle et inoubliable. De fait, à partir de ce moment nous voyons les apôtres changer complétement, se sont de nouvelles créatures : pas de timidité, pas de peur, pas d’hypocrisie, pas de querelles… Nous verrons qu’à partir de ce moment-là lesapôtres sont complètement changés.

Mais, c’est un point essentiel, chers jeunes, parce que le premier message que nous devons donner aux jeunes et au monde c’est précisément ce message-là, celui de l’amour de Dieu. C’est ça que le monde attend et c’est celui-là le premier message que l’Eglise se doit de donner au monde : que le monde, et chacun de nous, est aimé d’un amour particulier par Dieu. »

La conférence se poursuit… mais nous vous laissons le plaisir de la lire et de la relire, sur le site d’Anuncio et télécharger la version PDF . Bonne lecture !

 

Bref, c’est bientôt Noël

Anuncio et la Frassateam font le Buzz depuis quelques jours avec la parodie de Bref. Tourné cet automne dans les locaux de la Casa Anuncio, la Frassateam nous propose trois épisodes pour l’Avent.
Une manière ludique et chrétienne de rappeler cette période de préparation de Noël.
Découvre vite ces vidéos !
Bref, à voir et revoir, et à diffuser !

Vient de paraître : Dieu et Internet

 


Internet concerne tous les chrétiens. Qui ne l’utilise pas pour communiquer et parler de Dieu ?

En quarante questions, Jean-Baptiste Maillard, auteur de Dieu est de retour, la nouvelle évangélisation de la France aux Editions de L’Œuvre en 2009, revient avec ce nouveau livre : Dieu et Internet*, publié aux Editions des Béatitudes, pour nous partager son expérience du réseau des réseaux.

Une première partie dresse le portrait du web d’aujourd’hui et y analyse la présence de Dieu dans le continent numérique, toute religion confondue. Un deuxième chapitre détaille l’esprit de toute mission sur Internet, ce qu’en dit l’Eglise, ses obstacles, ses enjeux, ses stratégies, ses promesses. La dernière partie traite des moyens concrets, simples ou plus complexes, pour se lancer dans cette aventure.

Un livre plein de recettes pratiques, d’anecdotes et de témoignages, pour tout public.
Premier témoignage sur le livre d’une lectrice : « Un livre que je prête à ma mère pour parler à son petit-fils sur Facebook ! » (Annick F.)

Préface de Mgr Rino Fisichella, Président du Conseil pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation.

Avec notamment :

Erwan Le Morhedec (Koztoujours), Edmond Prochain, Paul Ohlott (Topchretien), Père Joseph-Marie Verlinde (Final-age), Sylvain Gilardeau (Spreading light), Florent Masson (Etanchermasoif), Sylvie Carnoy (Le Jour du Seigneur), François Lespes (KTO), Aubry Pierrens (We consulting), Olivier Bonnassies et Guillaume Anselin (Aleteia), Guillaume de Prémare (Urgencecomcatho/Médias&Evangile), Père Pierre-Hervé Grosjean (Padreblog), Frigide Barjot (Appelalaverite), les Dominicains de Lille (Retraite dans la ville), Bertrand Couderc (L’Evangile au quotidien), Katja Tootil (ICEnet)

Interview de l’auteur en vidéo :


(*) Plus d’infos : le blog consacré www.dieuetinternet.com

Anuncio fonde une école d’évangélisation à Paris

Anuncio, le mouvement catholique d’évangélisation qui se donne pour mission d’annoncer que « Dieu est Amour » se lance dans une nouvelle aventure après son quatrième festival : la création d’une école missionnaire au cœur de la capitale, sur la butte de Montmartre.

La Charité est le cœur de la Casa Anuncio : ses membres cherchent à vivre tout au long de l’année une vie fraternelle, par des temps de services et de vie commune mais aussi une vie spirituelle  importante, autour de la prière (oraison, louange, chapelet…) et des sacrements.

Une formation sera dispensée aux membres de la Casa Anuncio par l’Ecole cathédrale : théologie, philosophie, anthropologie… Une année pour mieux connaître les fondements de la foi, mais aussi l’actualité et les problématiques de l’Eglise aujourd’hui (application de Vatican II, œcuménisme, liturgie…).

La mission sera l’une des principales activités de la Casa Anuncio : tout au long de l’année, les jeunes pourront mettre leurs compétences (logistique, recherche de fonds, communication…) au service d’un évènement culturel chrétien de grande ampleur : Le festival Anuncio. Ils organiseront aussi des soirées en lien avec les paroisses ou des week-ends de mission au cours de l’année.

Pour tout renseignement, ou si l’aventure vous tente, contactez  Emmanuelle Philippe : malou@anuncio.fr ,  Téléphone : 06 70 73 66 30 ou visiter le site internet sur la Casa Anuncio.

 

« Vacances à tout prix »

La nouvelle émission de M6 « Vacances à tout prix » sera lancée jeudi 30 juin 2011. Les journalistes de M6 ont suivi les vacances de Jean lors du dernier Festival Anuncio à Pallavas-les-Flots. Le documentaire passe en seconde partie de soirée, à partir de 22H35.

L’occasion de découvrir le Festival Anuncio à travers le regard de journalistes, et qui sait si cela permettra de décider certains à venir au Festival Anuncio au cœur des JMJ !

Des prédicateurs chocs pour le Festival Anuncio

Les JMJ avec Anuncio se précisent.

Anuncio publie la liste de ses intervenants sur la « Plaza de España » à Madrid, de grands prédicateurs comme Raniero Cantalamessa, le Cardinal Barbarin ou Daniel Ange, mais aussi de nombreux groupes de musiques (Glorious, Rexband : le groupe indien qui chanta devant Jean-Paul II ou encore les brésiliens de Banda Dominus).

Le Festival Anuncio sera accompagné de nombreuses communautés et groupes de prières français mais aussi des communautés étrangères… Un Festival Anuncio qui promet d’être  très international pour ces JMJ !

Anuncio au coeur du Festival de Cannes 2011

Après 14 heures de voiture, la Casa Anuncio a débarqué à Cannes pour préparer la deuxième édition du Festival de Cannes d’Anuncio. Installée chez la Famille Missionnaire de Notre-Dame, la Casa a accueilli avec joie dix jeunes de Jeunesse Lumière ainsi que quelques jeunes venus spécialement de Paris.

Le curé de la paroisse de Cannes nous a accueilli dans l’Église Notre-Dame-de-Bon-Voyage, en face des marches du Palais des Festivals. Puis sont arrivés les musiciens d’Ein Guedi, venus donner un concert pendant trois soirs devant l’église. Les jeunes missionnaires ont alors pris un temps de louange avant d’être envoyé deux par deux en mission pour inviter les festivaliers au concert ou à la veillée d’adoration. Cela a été l’occasion de faire de belles rencontres, comme en témoigne Grégory, 30 ans : « J’ai rencontré un jeune dans la rue. Je lui ai proposé de redécouvrir la présence de Dieu dans sa vie, parce qu’il était baptisé et que cela faisait très longtemps qu’il n’était pas rentré dans une église. Il m’a dit « Pourquoi pas ? ». On y est allé ensemble ; il est venu avec moi jusqu’à l’autel et on a prié. J’ai été très touché car j’ai prié pour lui, mais après c’est lui qui a prié pour moi. Quand je suis parti, il a choisi de rester prier dans l’église. »

Lidy, jeune tchèque membre de JL, a fait la même expérience : « Ce qui m’a touché, c’est la rencontre avec les différentes personnes. J’ai rencontré deux dames musulmanes qui m’ont
confié qu’elles allument souvent des bougies à Notre-Dame-de-Paris. J’ai compris qu’elles avaient une vraie relation avec Marie. Au cours des rencontres, j’ai senti la grâce de Dieu agir : les gens rentrent dans l’église et remercient beaucoup. C’est un super grand cadeau de Dieu! ».

Dans le programme de cette mission, les matinées étaient consacrées à la formation et l’oraison. Un temps pour approfondir le sens de l’évangélisation. Cela a été l’occasion de redécouvrir la Charité au cœur de la rencontre missionnaire : Jean-Marie, 25 ans, affirme ainsi : « J’ai appris pleins de nouvelles choses : une façon plus intense de mieux accueillir l’autre, de se laisser toucher par l’autre, d’être entièrement disposé à lui, de consacrer son temps pour l’autre, et que pour l’autre. Mettre tout le reste de côté. » Pour Bastien, Suisse de 20 ans, cela a aussi été un moyen d’approfondir la mission : « Si on veut annoncer le Christ, il faut secouer les gens, non pas par la violence, mais par notre joie et notre audace. Il faut se montrer plus humble qu’eux, se mettre en dessous d’eux pour être transparent à Dieu et être toute porte ouverte pour eux. »

Cette expérience d’évangélisation a permis à Sarah, 21 ans, de redécouvrir l’élan missionnaire : « Plus on va à la rencontre des gens dans la rue, plus cela donne envie d’y aller. Tout le monde est tellement différent ! Ou plutôt, chacun est unique ! » Grégory a aussi goûté à l’évangélisation sur la plage : « C’est vraiment différent de la rue, on a vraiment le temps de la rencontre. J’ai été touché par la diversité des personnes rencontrées : athées ou très rationnelles, très croyantes ou paumées ; des Italiens, des Tchèques, des Juifs, des Musulmans. C’est très intéressant et enrichissant. »

En plein milieu du Festival de Cannes, les jeunes d’Anuncio ont eu le droit à un temps de repos bien mérité. Quoi de mieux que l’île paradisiaque de Lérins pour se retrouver et passer un temps de désert. Au programme? Repos, prière, silence et plage ! Un petit break qui a permis aux missionnaires de mieux se découvrir, de vivre un temps plus fraternel, et de se reposer en se laissant porter par la prière des moines de l’Abbaye de Lérins et la visite du père Daniel Ange.

De retour sur la Croisette, le Festival Anuncio a continué son animation de la paroisse Notre-Dame-du-Bon-Voyage. Les musiciens de Jeunesse Lumière et d’Anuncio jouent dans l’église pendant que des missionnaires partent à la rencontre des passants dans les rues et sur les plages. Jean-Marie a été plus particulièrement touché par une rencontre : « Une personne qui était plongée dans les bouquins depuis des années et qui cherchait à savoir qui était Jésus, et qu’il n’était pas Dieu. Elle semblait ne fonctionner qu’avec la tête, mais après une longue discussion, elle a bien voulue rentrer dans l’église, s’est agenouillé devant le Saint-Sacrement, avant de ressortir visiblement touchée en pleurant ». Bastien est allé à la rencontre de jeunes : « J’ai commencé la discussion comme Daniel Ange en disant : Vous savez prier? Cela m’a aidé à ouvrir une discussion et à donner mon témoignage. La personne semblait hyper intéressé et veux lire le bouquin qui fait partie de mon témoignage (La vraie vie en Dieu, ndlr), et m’a dit qu’elle voulait croire ».

Les soirées animées, portes de l’église grandes ouvertes, permettaient à tous les passants de rentrer dans l’église et de déposer une intention de prière au pied de l’autel où était exposé le Saint Sacrement. Les corbeilles d’intentions se sont remplies et ont été portées dans la prière lors de la messe en paroisse. Autant de demandes et de prières adressées à Dieu, dans toutes les langues et permises par les jeunes missionnaires. Un groupe de jeunes cannois a été très touché par cette église ouverte à tous. Grégory qui faisait son premier Festival de Cannes avec Anuncio trouve « cela particulièrement pertinent de proposer un endroit pour venir se poser et revenir à l’essentiel, dans ce Festival où tout est question d’apparence et où l’on n’arrête pas de courir ».

La mission de Cannes s’est terminée par une visite de la chambre d’Anne de Guigné, avant de partir pour Toulon, où le diocèse organisait une Flash Mob pour inviter les jeunes aux JMJ.

Si toi aussi tu veux vivre une expérience missionnaire : Anuncio te propose de rejoindre près de 700 autres jeunes pour animer le Festival Anuncio pendant les JMJ, les inscriptions sont encore ouvertes !

Festival Anuncio aux JMJ : le Teaser

Le Festival Anuncio, grâce auquel des centaines de jeunes sont partis dans les rues pour annoncer l' »Amour de Dieu »  fêtera sa quatrième édition cette année en plein cœur des JMJ, en devenant l’un des propositions phares du Festival Culturel des JMJ. Anuncio propose à ses jeunes missionnaires de faire des JMJ de Madrid des journées missionnaires, tant dans 12 diocèses qu’à Madrid.  Anuncio proposera alors des concerts, des prédications et des formations à tout les jeunes des JMJ.

Plus de 800 jeunes, tant français qu’espagnols, italiens et portugais sont attendus pour une édition internationale d’Anuncio.


Teaser Anuncio JMJ par ANUNCIO2009

Au Programme :
Logo Anuncio
– Du 8 au 10 août 2011 : 2 jours de formations à Lourdes (ateliers, louange, formation à l’évangélisation)
– Du 10 au 15 août 2011 : 5 jours de Festival Anuncio dans 12 villes en France et en Espagne, pendant les journées dans les diocèses.
– Du 15 au 19 août 2011 : le Festival Anuncio au cœur de Madrid : le Festival Anuncio sera l’un des Festival Culturel phare des JMJ en organisant la « Plaza de España »
– Du 19 au 21 août 2011 : clôture du Festival Anuncio avec les jeunes du monde entier autour du Pape Benoit XVI.

Les inscriptions pour les JMJ avec Anuncio ont déjà commencé!

Anuncio fait son « Botellón »

Pour la quatrième fois depuis le début de l’année, la Casa Anuncio, qui vit à Madrid depuis septembre afin de préparer les JMJ de Madrid, a organisé une veillé Anuncio en plein cœur de Madrid, à l’église San Isidorio à Chueca.

La veillée a débuté par un temps de préparation où les membres de la Casa, ainsi que des jeunes du groupe de prière espagnol Kerigma se sont réunis. Ces derniers ont soutenu les français par leur présence hispanisante. Les jeunes ont aussi eu la joie d’accueillir les organisateurs du Festival Marial International, présent pour préparer leur venue au sein du Festival Anuncio cet été. Ils ont participé à l’évangélisation pendant la veillée Anuncio.

Avant de partir en mission à la rencontre des jeunes madrilènes, rassemblés en botellons (lieu de rassemblements  des jeunes dans dans la rue, bien arrosés. ndlr), les missionnaires ont reçu un petit topo sur l’évangélisation. Ils ont aussi entendu le témoignage de  Christophe, de l’Alliance Mariale Internationale, sur son expérience d’évangélisation avec la Sainte Vierge, et notamment avec l’aide des « médailles miraculeuses ».

Ce fut l’occasion pour Sigolène de découvrir la présence de Marie dans l’évangélisation : «Marie était une professionnelle de l’évangélisation ! Avant la mission, on a eu un petit topo autour de la médaille miraculeuse de la rue du Bac par Christophe, tout simple. Tout de suite après, on a prié et j’ai senti que Marie était particulièrement présente et qu’elle me demandait de sortir dans la rue avec elle. Avant de partir j’ai tiré une phrase de l’Evangile de Matthieu « Je vous le dis, en vérité, si vous ne changez et ne devenez comme les enfants, vous n’entrerez point dans le royaume des cieux. » Comme si Dieu me demandait d’aller voir les gens avec la douceur et la spontanéité d’un enfant sous le regard bienveillant de notre Mère à tous. La mission a été très belle. Une chose est sure, je n’oublierai plus de prendre Marie avec moi ! »

Nous avons tous fait de nombreuses rencontres, eu des moments de dialogue et de véritable témoignages avec les jeunes présents. Sigolène témoigne :« Nous avons rencontré un monsieur handicapé qui buvait seul devant l’église. Nous nous approchons de lui avec Amélie, mon binôme pour la soirée, en lui demandant si nous pouvions lui offrir un cadeau. Nous lui présentons la médaille de la rue du Bac et son visage s’éclaire. Il nous montre alors la croix en bois qu’il porte autour du cou et nous dit que Jésus ne le quitte jamais et qu’il L’aime beaucoup ! Je lui demande alors si ce soir, il veut passer du temps avec lui devant le Saint Sacrement. Sa réponse est catégorique, Jésus et dans son cœur mais pas dans une église ! Après 10 mn d’échange, il accepte que nous rapprochions son fauteuil du seuil de l’église d’où on aperçoit l’ostensoir. Dès qu’il le voit,il pose sa bière par terre et me demande de l’aider à monter les trois marches qui mènent à l’intérieur. Le mendiant devant l’église nous prête main forte et le voilà vite devant Jésus. Il y reste 15 mn en adoration et demande même à une personne qui prie à côté de lui écrire une petite prière, lui qui n’a plus qu’un bras, pour la déposer aux pieds de celui qu’il aime tant! Quand il ressort de l’église, il est tout heureux et propose à tous les gens d’entrer à leur tour voir Jésus ! »

Florence, venue avec l’Alliance Mariale Internationale découvre l’évangélisation organisé par Anuncio : « J’ai été étonné de voir qu’il y avait un flux régulier de personnes qui rentraient dans l’église. Je n’avais encore jamais évangélisé de cette façon. Comme les personnes rentraient, il était plus aisé de les aborder que lorsqu’on fait du porte à porte par exemple».  Ce fut surtout l’occasion pour Florence de rencontre qu’elle nous raconte : « J’ai aimé ma rencontre avec Mercédes qui habite dans le quartier. Je me suis sentie poussée vers elle. Il fallait que je lui parle! Mercédes a la foi mais un « problème » avec l’Eglise. Je lui ai donc proposé une médaille qu’elle voulut refuser faute de moyens. J’ai trouvé cet aveu très humble. Grâce à cette médaille, notre conversation s’engagea. Les parents de Mercédes se sont mariés dans cette église. Elle-même y a été baptisée.  Elle espérait pouvoir un jour s’y marier également. Mais, précisa-t-elle, « je suis rentrée dans l’église pour demander un travail ». Je lui ai proposé de prier pour TOUT! Elle m’a dit qu’on lui avait conseillé d’arrêter de demander puisqu’elle l’avait déjà fait et que le Seigneur était déjà bien au courant! Je lui ai conseillé de poursuivre sa prière, que le Seigneur aimerait cette constance et cette fidélité. Qu’Il se laisserait forcément touché. Ainsi donc, nous priâmes pour toutes ses intentions. Ce fut un moment de grande douceur et de paix. Il était palpable que nous étions heureuses de ce moment partagé. A tel point que, spontanément, nous nous embrassâmes avant de nous quitter! Avant de partir, Mercédes me parla de tous les membres de sa famille qui habitaient dans le quartier. Je lui donnais donc une médaille pour chacun, qu’elle reçut avec beaucoup d’émotion et de joie. »

La veillée s’est finie à deux heures et demi du matin… Le prochain rendez-vous est déjà pris chaque le premier samedi du mois, avant la grande rencontre du Festival Anuncio pendant les JMJ de Madrid !

Festival de Cannes 2ème : Action

Du 11 au 20 mai 2011 aura lieu la deuxième édition du Festival de Cannes avec Anuncio. Riche de son expérience de l’année passée, lors du précédent Festival, Anuncio a décidé de continuer l’aventure. Du sable fin et des gens qui cherchent les étoiles : rien n’est plus propice pour aller à leur rencontre, et témoigner de notre foi, en préparant chaque soir une veillée Anuncio.

A cette occasion, la Casa Anuncio, toujours en active préparation des JMJ de Madrid, fera le déplacement afin de vivre ce Festival de Cannes et proposer des temps de partage et de témoignages à tous les Festivaliers.

Au programme : soirées d’évangélisation, rencontres dans les rues, et animation de la paroisse.

Le précédent festival a été l’occasion pour certains de vivre leur première expérience d’évangélisation avec Anuncio, comme celle d’Amaru : «Evangéliser m’a permis de mettre des mots sur ma foi et de découvrir d’autres manière d’en parler. Ça m’a donné des idées pour la suite et peut-être pour en parler dans mon taff ou à mes potes ».

Cela a aussi permis à l’Esprit Saint d’agir, comme le montrent les témoignages d’autres missionnaires : « Ce soir là j’étais claqué physiquement. J’ai dit au Seigneur de gérer pour moi. On est tombé sur une productrice de New York. On lui a proposé de prier pour elle, pour que ses films aident les gens à devenir meilleurs. Elle en a été si touchée qu’elle avait les larmes aux yeux. Les autres rencontres ont été très paisibles aussi : le Seigneur est délicat quand on le prie. ».

Si toi aussi tu veux faire cette expérience missionnaire, tu peux t’inscrire aux JMJ avec Anuncio, ou envoyer un mail pour participer au Festival de Cannes du 11 au 21 mai 2011 à malou@anuncio.fr (les places disponibles sont cependant très limités pour le Festival de Cannes).

La nouvelle évangélisation doit rééquilibrer annonce du kérygme et catéchèse (II/II)


En lui donnant un Conseil pontifical et en annonçant la réunion d’un synode en 2012 sur ce thème, la nouvelle évangélisation apparaît comme un défi majeur pour l’Eglise en ce début de XXIe siècle. ZENIT a interrogé Alex et Maud Lauriot Prévost, couple missionnaire et formateur à la mission, acteurs de la nouvelle évangélisation en France et à l’étranger depuis près de 30 ans. Nous reproduisons ici la deuxième partie de l’entretien avec Alex et Maud Lauriot Prévost que nous avons réalisé pour Zenit. (La première partie, c’est ici).


ZENIT – Un autre volet de la nouveauté méthodologique est le recours au témoignage ?

Alex et Maud Lauriot Prévost – Cette nouvelle pédagogie missionnaire est avant tout centrée sur l’authenticité du message annoncé, et pas sur la seule présentation des dogmes ou des pratiques religieuses : elle est assise sur le témoignage humble et l’expérience personnelle de l’amour de Dieu. Paul VI a beaucoup insisté sur cette exigence désormais incontournable pour évangéliser nos contemporains car « aujourd’hui, dit-il, le monde écoute davantage les témoins que les maîtres, ou s’il écoute des maîtres, c’est avant tout parce qu’ils sont des témoins ». Toutes les écoles d’évangélisation aujourd’hui de par le monde forment les missionnaires – jeunes, couples, prêtres, religieux – à donner leur témoignage.

Le dernier volet de la nouveauté méthodologique est de viser la conversion de ceux qui sont évangélisés. Mais est-ce vraiment nouveau ?

La reconnaissance de cet objectif de la mission n’est pas, bien entendu, une nouveauté apostolique, mais un retour aux sources, rendu nécessaire lorsque certains dans l’Eglise sont touchés par le sécularisme, et même le relativisme et le doute : Paul VI réfutait déjà des «alibis insidieux » soi-disant inspirés du Concile. Il rappela la honte de Paul à l’égard de ceux qui « rougissent de l’Evangile » ; il regretta chez certains « le manque de ferveur d’autant plus grave qu’il vient du dedans de l’Eglise et qui se manifeste dans la fatigue et le désenchantement, la routine et le désintérêt, et surtout le manque de joie et d’espérance ». C’est pourquoi, Jean-Paul II était si attaché à bien préciser que l’objectif de l’évangélisation est de conduire – dans la grande liberté des enfants de Dieu – à la conversion, qui est don de Dieu, renoncement explicite et public au mal et aux faux dieux par un acte libre et le choix personnel du Christ. C’est là un thème-clé de sa lettre apostolique – testament « Au début du nouveau millénaire », où il met en garde contre « une indifférence, malheureusement très répandue parmi les chrétiens et souvent fondée sur des conceptions théologiques inexactes et imprégnées d’un relativisme religieux, qui porte à considérer que toutes les religions se valent ».

Pouvez-vous présenter la dernière caractéristique de la nouvelle évangélisation selon Jean-Paul II : « un nouveau langage » ?

Pour comprendre, il nous faut regarder avant tout Jésus, le premier et le plus grand des évangélisateurs : il va à la rencontre de ses contemporains, aussi bien dans le Temple et les synagogues que sur les routes et dans leurs maisons ; il transmet l’Evangile de manière simple et directe, attestant ses propos par des signes messianiques : « Jésus parcourait la Galilée, proclamant la Bonne Nouvelle, guérissant toute maladie et toute langueur parmi le peuple. » L’évangélisation à l’école du Christ est donc assise sur trois piliers : l’inculturation du message, l’annonce de la Parole de Dieu et la guérison des malades.

Qu’est ce que l’inculturation du message ?

Jean-Paul II souligne combien «le christianisme du troisième millénaire devra répondre toujours mieux à cette exigence d’inculturation », c’est-à-dire au souci permanent « d’aller au-devant des exigences de chacun en ce qui concerne la sensibilité et le langage », en rejoignant chacun sur leur lieux de vie et au travers de leurs modes culturelles ou d’expression. D’où toute l’importance aujourd’hui d’évangéliser par exemple sur Facebook, par la musique, dans les boites de nuit, dans la rue ou au travers du porte-à-porte et en abordant de front toutes les questions existentielles qui habitent souvent douloureusement et nourrissent la « langueur » des hommes : la justice, l’amour, le sexe, la famille, le travail, les conflits, la souffrance, la vie, la mort…

Comment l’annonce de la Parole de Dieu peut-elle recouvrir une nouveauté ?

Là encore, c’est un retour aux sources : n’a-t-on pas trop souvent présenté la foi de manière avant tout catéchétique, en proposant une morale, des valeurs, des questions de pratique religieuse ou des dogmes ? C’est bien sûr important, mais surtout utile pour des croyants. L’évangélisation des non-croyants chez les apôtres s’appuie sur l’annonce de la personne de Jésus, sur sa vie et le cœur de sa mission, sur la Parole de Dieu qui sont en eux-mêmes puissance évangélisatrice. D’où l’importance de s’appuyer explicitement sur la Révélation faite en Jésus-Christ, dont les textes évangéliques, les Actes et les Epîtres sont dépositaires : combien de fois avons-nous expérimenté depuis près de 30 ans qu’il n’y a pas plus « efficace » pour conduire au Christ qu’une prédication qui présente et traduit en langage d’aujourd’hui les textes néo-testamentaires !

Vous évoquez enfin que le langage nouveau de la mission passe par la guérison ? N’est-ce pas aller trop loin ?

La guérison des maladies, physiques et intérieures, est le 3ème pilier de l’évangélisation de Jésus lui-même. Certes, elle est la plus dérangeante, et, lorsqu’elle fut minimisée ou oubliée dans la pratique et l’histoire de l’Eglise, ce fut à chaque fois lorsque la prédication kérygmatique était marginalisée ou oubliée. Pourtant, ouvrons les yeux ! Nos contemporains sont las de belles paroles, de belles conférences savantes ou pieuses sans effet sur leur vie : ils veulent être témoins des « merveilles de Dieu » qui sont annoncées dans la foi de l’Eglise, ils attendent de toucher de près l’authenticité et l’efficacité de l’Evangile du Christ. D’où l’importance pour ces personnes d’écouter et de voir des témoins de la foi pour illustrer cette authenticité, et d’être témoin de guérisons pour attester de cette efficacité. La guérison au nom de Jésus est la manifestation où se révèle le triomphe du Christ sur la maladie, le péché et la mort que nous confessons dans le Credo ; et le témoignage ou la constatation de ces guérisons interpellent et édifient croyants et incroyants : ils sont alors d’autant mieux disposés à écouter et à accueillir le message du Salut par adhésion à la personne de Jésus-Christ comme Sauveur et Seigneur.

Pouvez-vous préciser l’articulation entre évangélisation et guérison ?

Si la prédication est pour sa part « Parole de Dieu », la guérison est « manifestation de Dieu », c’est-à-dire authentification de la Parole, attestation pratique que Jésus-Christ est le Messie, qu’il est ressuscité, bien vivant et agissant aujourd’hui dans les vies de ceux qui l’accueillent. Dans les périodes les plus riches de l’histoire de l’Eglise, prédication et guérison ont toujours été associées ; les opposer est un non-sens et peut produire deux dérives : prédication sans guérison risque de dériver vers l’intellectualisme qui n’intéresse plus grand monde ; la guérison sans prédication ou dans le cadre de fausses croyances dérive vers la manipulation, la magie ou le charlatanisme.

Etre témoin de guérisons liées à la mission, n’est-ce pas exceptionnel ?

Certes, si les guérisons physiques sont souvent d’ordre exceptionnel, liées à des ministères charismatiques singuliers (les saints ou des personnes comme le père Emiliano Tardif plus récemment), à des lieux de grâces particulières (Lourdes par exemple), à certaines assemblées liturgiques, spirituelles ou missionnaires (messes pour les malades, rassemblements ou groupes de prière), d’innombrables guérisons intérieures ou relationnelles sont aujourd’hui le fruit de la nouvelle évangélisation, comme l’illustrent depuis 40 ans des centaines de livres ou d’interview, sans parler des innombrables anonymes qui témoignent si régulièrement à leurs proches ou dans divers groupes des merveilles de Dieu dans leur vie.

Vous-même, dans le cadre de vos missions auprès de jeunes ou de couples, êtes-vous témoins de guérisons ?

L’évangélisation des relations affectives, amoureuses et conjugales est d’une grande urgence aujourd’hui, vu les innombrables et profondes blessures en matière d’affectivité ou de sexualité : dans quasiment toutes nos missions, nous sommes témoins de guérisons intérieures car telle parole du Christ, telle prédication, tel exemple concret aura touché, retourné et ouvert les cœurs. La première des guérisons que nous constatons vient tout d’abord des pardons si longtemps refusés, qui sont enfin reçus ou donnés ; elle ouvre la voie à la réconciliation, à l’échange amoureux, à l’accueil de la vie, à la justesse des comportements ou à un bien plus grand respect l’un de l’autre ; dernièrement, un couple blessé depuis longtemps dans sa sexualité, a pu enfin revivre une vraie lune de miel et ils témoignent aujourd’hui d’un bonheur et d’une complicité qu’ils ne connaissaient pas.

L’évangélisation «nouvelle dans son expression » dont parle Jean-Paul II s’accompagne donc logiquement, comme dans l’Evangile et les Actes des Apôtres, par la manifestation de la puissance de Dieu ‘ici et maintenant’, et donc par « des signes et des prodiges » (Ac 2, 22) que l’Esprit-Saint veut répandre. Ce n’est là que réponse au commandement du Christ : « Allez, prêchez, et dites ‘Le royaume des cieux est proche’. Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux » (Mt 10, 8).

Pourquoi cette nouvelle évangélisation est-elle une réponse pastorale majeure pour notre temps ?

Avec nos papes, aux côtés de nos pasteurs et théologiens les plus avertis, il nous faut considérer comme dépassé l’ancrage chrétien de nos sociétés occidentales, alors que « l’humanité est en recherche et bien souvent malade », comme le soulignait saint Paul à son époque. Les comportements amoureux et sexuels de nos contemporains en sont un exemple criant. D’où l’importance méthodologique pour les missionnaires du XXIe siècle, d’être avant tout à l’écoute du vécu des hommes et des femmes, de leurs souffrances et de leurs « maladies » intérieures, de leurs attentes existentielles et des voies de traverse si souvent utilisées pour compenser leur méconnaissance de l’amour et du don immense de Dieu pour chacun de nous.

Vous évoquez également certaines exigences ecclésiales pour la mise en œuvre de la nouvelle évangélisation…

En effet, car «la mission est le signe le plus clair de la maturité de la foi » dit Jean-Paul II puisqu’elle témoigne d’une « conversion radicale de son état d’esprit tant au niveau des personnes que des communautés ». Ce n’est donc selon lui qu’« en devenant missionnaire que la communauté chrétienne pourra dépasser ses divisions et ses tensions internes et retrouver son unité et la vigueur de sa foi », et donc que l’Eglise « devra apprécier la valeur des organismes, des mouvements, des paroisses et des œuvres apostoliques de l’Eglise à la lumière de l’impératif missionnaire ». Vous comprenez combien Jean-Paul II voit loin et met la barre haute puisqu’il définit ainsi de véritables critères de discernement pour mesurer – à partir de la mise en œuvre ou non de cette dynamique personnelle et collective de la nouvelle évangélisation – la « valeur » des différentes institutions ecclésiale et la « maturité » chrétienne des baptisés.

Vous semblez tous deux nourrir un très grand espoir dans le développement de la nouvelle évangélisation ?

Nous sommes certains que l’Esprit-Saint suscite aujourd’hui dans toute l’Eglise un nouvel élan missionnaire. Notre pape invite les pasteurs à y être attentifs et ajoute que la vitalité de l’Eglise gagnerait «à un peu moins d’organisation, un peu plus d’Esprit-Saint » ; par ses décisions, notre pape décide de faciliter au cœur de l’Eglise universelle et de ses institutions l’accueil d’un souffle spirituel et évangélisateur puissant, espérant par là donner toute la bénédiction et l’appui à un renouveau, certes dérangeant, mais puissant et salutaire pour l’Eglise et le monde qui a tant besoin de connaître le Christ. Deo Gratias !

Propos recueillis par Jean-Baptiste Maillard

Pour découvrir les émissions, prédications, livres d’Alex et Maud Lauriot Prévost, cf. www.evangilepourlecouple.fr

Dieu est de retour dans La Croix

Benoît XVI arrive samedi 6 novembre à Compostelle, où, en 1989, Jean-Paul II avait exhorté les jeunes à redécouvrir les racines de leur foi et à être « d’ardents messagers de la nouvelle évangélisation ». Depuis, ce concept a fait son chemin dans l’Église de France…

Un article passionnant signé Céline Hoyeau à lire sur La Croix.com, sous le titre « La nouvelle évangélisation concerne toute l’Eglise »

Dans ce petit panorama, on retrouve des expériences de mon livre Dieu est de retour, la nouvelle évangélisation de la France :

Des étudiants évangélisant sur les plages l’été (raconté dans mon livre), un prêtre qui passe ses nuits en discothèque pour parler de Jésus aux jeunes (raconté dans mon livre), des laïcs proclamant leur foi dans les rues, debout sur une caisse de bois… (raconté dans mon livre), la nouvelle évangélisation serait-elle l’apanage des communautés nouvelles et des jeunes convertis des JMJ ? (…)

« Le “levain dans la pâte” était pertinent quand il fallait d’abord renouer le dialogue »

Pour autant, si la bannière « nouvelle évangélisation » a catalysé les énergies de milliers de catholiques, elle a aussi pu en agacer d’autres, qui redoutaient des velléités prosélytes, une volonté de reconquête catholique ou un retour à des positions anté-conciliaires. La nouvelle évangélisation a, de fait, souvent été présentée en réaction à « un certain enfouissement de la foi qui, à force de trop vouloir être le “levain dans la pâte”, s’est pratiquement dissoute comme du beurre dans une soupe bien chaude », selon les mots de Jean-Baptiste Maillard, dans un livre consacré au sujet (1).

« La pastorale du “levain dans la pâte” était pertinente dans un monde où il fallait d’abord renouer le dialogue, après la rupture qui s’est accomplie entre l’Église et la société moderne, et où un long témoignage silencieux était nécessaire pour regagner la confiance », analyse le P. Henri-Jérôme Gagey, professeur au Theologicum de l’Institut catholique de Paris.

Lire l’article dans son intégralité : La-Croix.com

(1) Dieu est de retour, la nouvelle évangélisation de la France, L’Œuvre, 20€.

Citoyens des cieux : l’album de feu !

Quand la pop-louange devient évangélisation…

J’ai pu profiter en avant-première du nouvel album de Glorious, Citoyens des cieux, dans les bacs le 15 novembre. Emprunté à un collègue, je dois avouer que je l’ai écouté en boucle tout le week-end de la Toussaint, et plus particulièrement lors d’un aller-retour en province…

Les chansons sont de très bonne facture, on gagne encore en qualité musicale et en profondeur. Les paroles sont puissantes, dynamiques, stimulantes, remplies de l’Esprit Saint.

En écoutant ce disque, on se tourne vers Dieu. A travers la louange, la prière des musiciens et du public est largement palpable.

Deuxième aveu : pour la première fois, je me suis vraiment mis à prier en écoutant un CD de pop-louange, moi qui d’habitude préfère la vivre en direct live !

J’ai alors senti comme un vide immense chez mes voisins dans le TGV, ce vide de ne pas connaître Dieu ou du moins de ne pas vivre de relation intime avec le Christ. Et j’ai eu alors une folle envie de Le leur annoncer ! Le plus fort, dans cette histoire, c’est que ma petite épouse a eu la même sensation, au même moment, à plusieurs centaines de kilomètres de distance. C’était pour elle au volant de notre voiture, en écoutant le précédent album de Glorious, Génération louange. Elle me l’a raconté le soir-même…

Alors merci Glorious de nous permettre de prier avec vous, pour que l’Esprit Saint nous rende témoins de la miséricorde ! « Nous voici, Jérusalem ! »

Acheter le disque : sur Amazon

Pour en savoir plus : www.glorious.fr et www.lyoncentre.fr

Les nouveaux évangélisateurs sont sur KTO

Le lundi 22 novembre à 20h40, KTO diffuse un documentaire intitulé Jeunesse évangélisatrice sur les nouveaux évangélisateurs. A l’heure où Benoît XVI vient d’instituer le Conseil pontifical pour la nouvelle évangélisation et d’annoncer que le prochain synode des évêques aurait lieu sur ce thème, ce film signé Véronique Bréchot tombe à point nommé.

Le créateur de ce blog, auteur également du livre Dieu est de retour, la nouvelle évangélisation de la France, fait partie des personnes filmées.

Présentation de KTO :

De plus en plus de jeunes gens vont au devant d’inconnus pour leur proposer l’Evangile. Un phénomène actuel illustre un mouvement profond et durable de l’Eglise catholique en France et en Europe : la jeunesse évangélisatrice. Le film propose de révéler cette nouvelle évangélisation qui se développe, prise en main par la jeunesse catholique. Il présente, de façon joyeuse et tonique ces équipes de jeunes engagés qui se rassemblent pour prier ensemble et agissent également dans leur vie quotidienne en allant à la rencontre de l’autre pour l’écouter et témoigner de sa foi. Il donne enfin des clefs à ceux qui souhaitent s’y associer.

Avec :

Jeunesse 2000 à Paris (avec Véronique)
– Samarie à Pigalle (avec Steven)
– Le festival Anuncio (avec David) et une mission Anuncio au festival de Cannes
– Une mission Jeunesse Lumière
– Anuncioblog (Jean-Baptiste Maillard)
– Une mission Surf and Pray
P.U.S.H, groupe de musique suisse

Avec aussi, comme intervenants :

– Le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon
– Christian Godin (philosophe)
– Aubry Pierens (consultant en stratégie, We consulting)

Regarder le film en direct sur KTO : www.ktotv.com – le profil Facebook de Jeunesse évangélisatrice

Dieu est de retour : interview sur Radio Vatican

Sur Radio Vatican, un entretien inaugurant une nouvelle série sur les livres, réalisé par Charles-François Brejon, revient sur Dieu est de retour, la nouvelle évangélisation de la France, paru en 2009 aux éditions de L’Oeuvre.

« L’Église existe pour évangéliser », déclarait Paul VI en son temps. L’évangélisation est un thème repris maintes fois par Jean-Paul II, et aujourd’hui, Benoît XVI s’en fait largement l’écho. Il a d’ailleurs créé, en juin dernier, le Conseil pontifical pour la nouvelle évangélisation. Selon le Pape, personne ne peut se soustraire à l’engagement évangélique, qui doit même être la priorité de chaque baptisé. « Le premier engagement qui nous concerne tous est celui d’une nouvelle évangélisation qui aide les nouvelles générations à redécouvrir le visage authentique de Dieu, qui est amour », souligne-t-il. Un appel qui a retenti dans les oreilles et dans le cœur de Jean-Baptiste Maillard. Dans son livre « Dieu est de retour, la nouvelle évangélisation de la France », paru aux éditions de L’œuvre, le journaliste révèle de nombreux exemples de démarches missionnaires, dans des champs d’évangélisation très vastes, allant des boîtes de nuit jusqu’au cœur des paroisses

Le mp3 : ici

Sous les palmiers, le Christ ?


L’été 2010 est un décidément un été très missionnaire. Pour vous en convaincre, voici notre revue de presse.

Il y a eu d’abord ces interviews sur Radio Vatican et Radio Notre Dame (à écouter ici, avec également Zenit et Famille chrétienne) concernant le nouveau site d’évangélisation Etanchermasoif.com dont ce blog est co-fondateur. Créé au même moment que le Conseil pontifical pour la nouvelle évangélisation, le site compte désormais plus de 80 contributeurs missionnaires prêts à rendre compte sur Internet de l’espérance qui est en eux.

Il y a eu ensuite cet excellent article de François-Xavier Maigre dans La Croix intitulé « L’évangélisation fait désormais partie du paysage des vacances », dans lequel sont évoqués pêle-mêle Surf and pray, le Festival Anuncio qui a lieu en ce moment même dans 9 lieux en France, et Holy Beach…  Notamment évoquée, la difficulté de « témoigner sans tomber dans le prosélytisme ».

On trouve également dans Sud Ouest un bel article de Thiphaine Deraison intitulé « Un prêtre qui surfe avec son temps », présentant le frère Paul-Marie Cathelinais, 35 ans, dominicain, prêtre et professeur de philosophie dans la région bordelaise, qui pratique le skimsurf pour évangéliser. Le journaliste précise avec malice que le milieu de la glisse n’est pas « celui de jeunes qui ont la foi ». Dans le même journal, Olivier Bonnedon signe aussi un article sur Anuncio intitulé : « Sept jours pour parler du Christ sur les plages ». Il rapporte les propos de la réalisatrice Véronique Bréchot qui prépare un documentaire sur les nouveaux évangélisateurs : « Les jeunes catholiques sont de plus en plus mobilisés par la mission d’évangélisation. Ils s’investissent beaucoup. Ce don de soi touche les gens. L’accueil est très bon sur les plages et dans les rues. »

L’hebdomadaire chrétien d’actualités La Vie n’est pas en reste et pose lui aussi des questions essentielles dans cet article intitulé « Vague de jeunes missionnaires sur le littoral breton », au sujet d’Holy beach. La journaliste Céline Marcon rapporte l’aventure de « ces jeunes du diocèse de Nanterre qui investissent la plage de Damgan, dans le Morbihan, pour parler de leur foi aux estivants.» « Une démarche bien accueillie », précise-t-elle. Ainsi Violaine se défend d’évangéliser de façon agressive : « la différence se joue dans la relation humaine et le respect de la liberté de l’autre. Si des vacanciers se montrent réticents, nous n’insistons pas. Parce que nous comprenons que ce n’est pas le moment. ».

L’été a aussi été le terrain de missions d’évangélisation menées par les évangéliques membres de la Fédération protestante de France, notamment chez les gens du voyage, que nous ne pouvons pas ignorer. Ainsi dans France soir, on peut lire un article intitulé « Dans la tourmente, les gens du voyage célèbrent leur foi ». Le pasteur Joseph Charpentier y témoigne que « l’appel de Jésus nous oblige à une vie de bien. Comment répandre sa parole si nous n’agissons pas à son image ? ».

On retrouve les gens du voyage dans La Voix du Nord, rassemblés sur l’aérodrome de Bondues. « Ils sont venus entendre la parole de Dieu portée par la mission évangélique Vie et Lumière », peut-on lire. « Si ce n’est pas nous qui allons au-devant de notre peuple pour porter l’évangile, qui le fera ? », s’interroge alors le pasteur Pierre Dederwaerder, qui exerce depuis 1976. « C’est pourquoi nous profitons des événements comme la Braderie de Lille pour toucher les nôtres, qui n’ont pas d’ancrage dans les villes. » La conversion, c’est « un choix du coeur », fondé sur un engagement qui reste « libre de toutes contraintes », insiste-t-il.

C’est enfin le journal L’Union qui titre encore « Un été en tournée d’évangélisation » au sujet du deuxième rassemblement de l’année pour la communauté évangélique tsigane, trois mois après celui de Gien dans le Loiret. « Ce dernier a lancé la tournée d’évangélisation, précise dans cet article Philippe Lagrene, doyen de la communauté tsigane en question. « Tout l’été nous nous sommes déplacés chaque semaine, par grands groupes de 100, 150 caravanes pour annoncer l’évangile. Tandis que l’on propose nos services – peinture, nettoyage, récupération de féraille, bucheronnage, élagage – on essaie de discuter de religion avec les gens », poursuit-il. Avec sa famille, Philippe Lagrene a parcouru quinze départements différents, dans le Nord-Est de la France au cours de l’été. Quand on l’interroge sur l’accueil qu’ils reçoivent, il répond simplement : « c’est très variable ». Il assure avoir rencontré des gens qui se sont convertis à l’Evangile et donc dont la vie a radicalement changé, le bien étant destiné à tous.

Ce n’est pas le pape qui dira le contraire : d’après l’AFP, en pleine polémique sur le renvoi par la France de Roms dans leur pays d’origine, des gens du voyages comme les gitans catholiques se réjouissent de la récente intervention de Benoît XVI en leur faveur. La charité n’est-elle pas l’âme de toute évangélisation, comme le pape le dit lui-même ?

Festival Marial 2010 : « Marie, Reine des coeurs »

Quatre jours de festival avec Marie, étoile de l’évangélisation, du 18 au 22 août prochain, à Paray-le-Monial.

Quelques jours de vacances et de ressourcement au milieu de l’été, seul, entre amis ou en famille, jeune ou senior… ? Le Festival Marial International est un temps festif et une invitation à mieux connaître Marie et le Christ.

Le thème de cette année est « Marie, Reine des cœurs » et la méditation des mystères du rosaire.

Au programme : enseignements, prière, rencontres avec les Franciscains du Bronx, le Père Guy Gilbert, Monseigneur Rey, Monseigneur de Dinechin, le Père Michon, le Père Verlinde, le Père Laurentin…

Cette année, l’Eglise d’Orient, Eglise persécutée, sera l’invitée d’honneur.

Autres moments prometteurs : les messes, les temps de louanges, les veillées…

Plus d’informations sur http://www.festivalmarial.com et sur Facebook, la page « Festival Marial International »

Glorious/Kiss in de Lyon : lettre ouverte à Michel Janva

Lettre ouverte à Michel Janva et à ses bloggeurs suite à la parution de son billet Le groupe Glorious défend le lobby homosexuel sur le Salon Beige

Rappel des faits : un affrontement entre catholiques et personnes homosexuelles à dégénéré à Lyon. Le groupe catholique de pop louange Glorious, installé à Lyon, s’est élevé contre ces violences…

Cher Monsieur,

Je connais Glorious depuis leurs débuts. Ce que vous dites à leur égard dans votre billet « Le groupe Glorious défend le lobby homosexuel » me semble peu charitable. Je trouve le titre abusif et certains des commentaires qui en découlent déplacés. Si vous me permettez, voici pourquoi.

Primo, pour répondre d’abord aux critiques, le groupe Glorious est une œuvre d’évangélisation des jeunes qui fonctionne bien, que vous le vouliez ou non. Epouser les styles musicaux de la jeunesse d’aujourd’hui en y diffusant un message évangélique et explicite s’appelle l’inculturation. C’est précisément ce que demande l’Eglise catholique à ses fidèles et Benoît XVI en particulier, quand il parle d’évangéliser la culture. Faut-il rappeler aussi que le 1er album de Glorious a été béni par Jean-Paul II ? Si vous passez au Lyon centre, même si vous n’aimez pas le style, vous constaterez que les jeunes sont au rendez-vous et qu’on y prie avec profondeur. Il y a même l’adoration du Saint Sacrement ! (A ce sujet je vous renvoie à leur entretien dans mon livre Dieu est de retour, cf ce billet sur Anuncioblog). Pourquoi donc jeter ainsi le discrédit sur une oeuvre d’Eglise, d’ailleurs encouragée par le Primat des Gaules ? N’est-ce pas injuste ?

Secondo, où les Glorious ont-ils soutenu ce « kiss in » homosexuel de Lyon, comme vous le sous-entendez ? Ce qu’ils regrettent dans leur tribune au Progrès, ce sont les comportements de catholiques qui ne se sont pas vraiment comportés en catholiques, précisément. Glorious n’a jamais dit, comme certains le suggèrent dans les commentaires de votre billet, qu’ils avaient « honte d’être catholiques ». (Je m’étais moi-même élevé en février 2009 dans une tribune de la Croix contre celle de Matthieu Grimpret avec ce titre, citée en commentaire). Il faut donc apporter une petite nuance, mais qui est de taille : les Glorious ont simplement dit qu’ils avaient honte « de ce qui s’est passé mardi soir devant la cathédrale Saint Jean, honte de la récupération opérée par des groupes politiques, honte de la contre-manifestation orchestrée », ce qui n’est pas tout à fait pareil.

Posons-nous d’ailleurs la question : à quoi bon prier à genoux devant des homosexuels, si ce n’est les provoquer ? Des études n’ont-elles pas démontré l’effet contre-productif, dans ce type de cas, des « prières démonstratives » en public, y compris médiatiquement ? De plus, à quoi bon jeter des injures à la figure de ces personnes homosexuelles comme on peut le voir sur les vidéos de la manifestation sur Dailymotion ? A quoi bon entrer avec elles dans une confrontation directe, voire violente, et qui sent le gaz lacrymo ? Le Christ se serait-il comporté ainsi en rencontrant, par exemple, la samaritaine, qui était pourtant une grande pécheresse ?

Tertio, Glorious a raison de rappeler qu’il faut aimer les homosexuels, comme le Christ le fait déjà, par pure miséricorde. Ce n’est pas pour autant soutenir le lobby homosexuel ou l’homosexualité que d’aimer une personne qui souffre. Il ne s’agit pas seulement de ‘respect’, comme vous l’écrivez en prétendant l’usage d’un « prétexte pour les défendre », mais il s’agit d’amour. Le Christ n’a pas dit « respectez-vous les uns les autres ». Au contraire, il nous a demandé de nous aimer, ce qui est beaucoup plus difficile, vous en conviendrez.

Justement : aimons-nous toujours les personnes homosexuelles en tant que créatures de Dieu ? Je n’en suis pas sûr. Or nous avons là un témoignage à donner, non pas un contre témoignage haineux. C’est ce qu’il faut comprendre du témoignage que rapporte Glorious concernant cet homosexuel venu les remercier de leur accueil chaleureux. Car nous catholiques, nous devons eux aussi les évangéliser. Même si cela nous coûte et nous demande des sacrifices comme celui de voir les parvis de nos églises transformés en baiser géant ! Ouvrons donc un peu les yeux : il faut aller à la rencontre de ces personnes et leur parler du Christ, leur témoigner de l’espérance qui est en nous avec douceur… et respect (cf 1 Pierre, 3,15).

Pour toutes ces raisons, j’en appelle à votre responsabilité éditoriale pour revenir sur vos propos et votre titre, en toute conscience.

Fraternellement,

Jean-Baptiste Maillard


Glorious, ça pulse !

Glorious en concert à Meaux

Glorious, ça pulse ! Cinq ans après leur premier concert à Meaux et trois albums plus tard, le groupe mythique revient donner un concert* à Meaux (77) dans la cour de la Cité épiscopale. Ils présenteront leur 5ème album.

D’autres concerts sont prévus à Mercurol (26) le 15 mai, à Beauvais le 22 mai, à Melle le 23 mai, à Vourles le 5 juin, ou encore à Davezieux (07) le 12 juin…

Glorious continue sur la lancée du Lyon Centre (les jeudis soirs à 20h) avec un autre « centre » ouvert à Albi sur le même concept (voir ce reportage sur Youtube), d’autres villes étant sur les rangs.

Le  1er mai, ils ont réuni 1.000 personnes à Dijon. Ils sont passés également sur Canal + (voir ici). Actuellement en cours, la préparation d’un DVD avec un enregistrement live le 18 mai à Lyon Centre et ce nouvel album bientôt dans les bacs !

L’évangélisation des jeunes n’attend plus !

* à 25 min de Paris via la gare de l’Est – réservations sur gloriousmeaux@gmail.com  – 8€ en pré-vente, 12€ sur place – tarif groupes ou familles

Anuncio on fire !

Il ne reste que 4 places pour la mission Anuncio au festival de Cannes, du 12 au 16 mai prochains, avec une quarantaine de jeunes ! (Inscriptions ici).

Demain soir, tous ceux qui sont intéressés par le festival qui a lieu du 20 au 28 août sont invités à la Barbec’Party Anuncio à Paris, au jardin de l’église Saint Séverin, 20h précises. C’est ‘Open-potes, ça va envoyer de la brochette ! », précise l’invitation.

Anuncio, c’est aussi une école d’évangélisation qui ouvre l’an prochain à Madrid dans l’optique des JMJ.

Un scoop : cette année la messe de clôture du festival, sur la butte Montmartre, sera présidée par le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris et président de la conférence des évêques de France.

Pour en savoir plus : le site du Festival Anuncio

Evangéliser en paroisse : l’expérience des cellules paroissiales d’évangélisation

Evangélisation en paroisse - cellules paroissiales d'évangélisation

Comme nous en parlions sur ce blog et dans Dieu est de retour en ayant interviewé leur responsable pour l’Europe, les cellules paroissiales d’évangélisation sont une expérience d’évangélisation en paroisse calquée sur les premières commnautés chrétiennes. Venue en Italie par la Floride grâce à Don Pigi Perini, du diocèse de Milan, cette expérience s’est largement répandue et a été officiellement reconnue en 2009 par le Conseil pontifical pour les laïcs.

Continuer la lecture

Pierre Benoit : « L’évangélisation n’est jamais le fait d’une musique ou d’un média en tant que tel »

Pierre Benoit - pop louange

Alors que la Conférence des évêques de France est sur le point de publier un rapport de réflexion sur l’articulation de la musique contemporaine avec la pastorale des jeunes, le coordinateur de cette réflexion, Pierre Benoit(1) prépare un livre sur ce sujet à paraître prochainement aux éditions des Béatitudes. Il a bien voulu répondre en avant-première aux questions de Alex Lauriot-Prévost pour France catholique et Anuncioblog. Pour lui, si l’exultation dans la louange est une expérience forte d’abandon à Dieu, l’évangélisation n’est jamais le fait d’une musique ou d’un média en tant que tel, mais de l’annonce de la Parole de Dieu et du Salut en Jésus-Christ, de la célébration liturgique authentique et du témoignage évangélique par la charité.

Continuer la lecture

« Ce n’est pas la pire des religions »

Jean-Marc Bastière

Dans cet essai au titre ravageur*, deux écrivains, François Taillandier et Jean-Marc Bastière, témoignent et réfléchissent sur leur appartenance à l’Eglise catholique. Des cheminements différents : le premier a retrouvé après des années d’éloignement la foi de son enfance ; le deuxième, à l’inverse, y a trouvé à vingt ans l’antidote au nihilisme de l’époque. Ce dernier revient sur son livre pour l’Homme Nouveau et Anuncioblog, en répondant à la question sous-jacente de l’évangélisation.

Continuer la lecture

Lyon centre : la moisson est abondante et les ouvriers… nombreux !

Fête 8 décembre - Lyon Centre

En ce week-end de début décembre, où tout le diocèse de Lyon s’est mobilisé pour 4 jours d’évangélisation à l’occasion du 8 décembre, 400 personnes se sont rassemblées pour fêter avec actions de grâce la 1ère bougie de « Lyon-Centre ». A l’origine, certains s’en souviennent sans doute(1), la rencontre déterminante début 2008 entre le Père Grea, le jeunes curé de la presqu’île entre Rhône et Saône, tout chaud-bouillant pour réveiller la sève missionnaire de ses ouailles paroissiales, et les membres du groupe Glorious, la figure de proue de la pop-louange catholique française, alors en plein questionnement et discernement sur leur avenir et l’appel de Dieu.

Continuer la lecture

Catéchèse : Mgr Fruchaud appelle à une « nouvelle évangélisation »

Mgr Lucien Fruchaud - Diocèse de Saint Brieuc Treguier.

C’est ce que révèle un article de Ouest-France. Par ailleurs, un dépliant mis en ligne sur le site du diocèse Saint-Brieuc et Tréguier (Côtes d’Armor) invite les paroisses à bâtir un nouveau projet diocésain de catéchèse, basé sur l’annonce de la foi chrétienne.

Continuer la lecture